jeudi 25 avril 2019

TRIBUNALMACON3.jpg

Céline est née il y a 4 jours, elle était aujourd’hui dans la salle d’audience correctionnelle dormant dans un landau. Sur le banc des victimes : sa maman. Dans le box des prévenus : son papa. Comme disait Coluche, certains sont moins égaux que d’autres.

 

 Il y a deux jours, le service de la maternité de Mâcon a prévenu la police qu’un jeune père avait fait un esclandre dans la chambre de sa femme tout juste accouchée. Du personnel l’a entendu l’insulter, et donner un coup de poing dans le mur. Puis on a vu l’homme debout les poings fermés et sa femme prostrée sur son lit. Or ce n’était pas la première fois, et il y avait eu bien pire, la maman s’en était déjà ouverte à l’assistante sociale, à l’AMAVIP, et aux personnel hospitalier, il y avait même une plainte pour des faits datant du 9 septembre dernier, alors les policiers sont allés illico chercher ce monsieur, l’ont placé en garde à vue, et il comparait pour des faits d’il y a 1 mois, dans ce contexte qui nécessite de protéger la maman.

 

Christine G., 31 ans, rencontre Antar G. en 2012. Il est algérien, est arrivé en France en 2008. Ils se fréquentent et tombent amoureux. C’est assez logiquement qu’ils souhaitent se marier. Parce qu’Antar est en situation irrégulière, la Mairie les convoque à des entretiens, pour s’assurer de la validité de leur attachement, pour ne pas cautionner ce qu’on appelle un mariage blanc. Cérémonie. Dans la foulée, Christine tombe enceinte, et c’est le début de la fin car Antar se montre subitement et constamment méprisant à son égard : « Tu n’es bonne à rien, pourquoi tu ne fais pas le ménage. » A l’époque, elle travaillait, pas lui. Le titre de séjour provisoire qu’il avait obtenu ne lui donne pas le droit de travailler. Ça va crescendo, et aux remarques vexatoires ou insultantes, aux accès de colères succèdent des strangulations. Des faits de la sorte en mars, en août, et en septembre, au moins, lorsqu’il surprend Christine en train de joindre l’AMAVIP ou un avocat.

Aujourd’hui, il demande un délai pour préparer sa défense : il a un récépissé qui lui donne doit au séjour valable jusqu’en janvier 2016. Il espérait pouvoir demander une naturalisation puisque le voilà père d’un enfant né en France. Il n’envisageait pas de séparation, mais il a compris, dira son avocate, qu’il n’a plus le choix, que c’est trop tard.

A son casier une condamnation pour faux et usage de faux en 2012, et à venir, une convocation le 18 décembre prochain pour violences sur Christine. Tout cela fait pelote, il est possible que les dossiers soient joints.

 

L’avocat de Christine a déposé une requête auprès du Juge aux Affaires Familiales pour obtenir une ordonnance de protection. La jeune femme veille sur son bébé, elle est fatiguée, légitimement, et triste : Antar a dit qu’il l’aimait, alors il ne peut en être autrement. Elle pense qu’il est devenu violent parce qu’il était dans l’incapacité de subvenir aux besoins de sa famille, voilà, c’est tout, mais elle écoute les différentes personnes qui autour d’elles s’alarment de la répétition et de la gravité des agressions sur sa personne. Elle avait porté plainte contre lui, elle est là avec un nouveau né de 4 jours, et pendant le délibéré elle approche l’enfant de lui parce qu’il veut le voir. Et puis en dehors de la salle, elle pleure, silencieusement. Elle a déjà 4 enfants dont seul l’aîné vit avec elle, mais elle voit les 3 autres souvent, et elle dit qu’ils sont contents de pouvoir pouponner.

 

Après en avoir délibéré, le Tribunal place Antar en détention, en raison des risques de récidives. Il sera jugé le 2 novembre prochain, le bébé n’aura pas encore un mois.

Florence Saint-Arroman

THOISSEY : Collision frontale au niveau du port

COLLISION FRONTALE PORT THOISSEY - 1.jpg
Un des blessés, gravement touché, a été héliporté.

MÂCON : Un quadragénaire profère des menaces de mort de chez lui vers l'extérieur

1541352411_police-afp.jpg
Les faits se sont produits hier soir rue de Bourgogne à Mâcon. Il était à peu près 20h30 quand un homme de 45 ans, alcoolisé, a proféré des menaces de mort vers l'extérieur, envers les pompiers notamment. Il était chez lui dans son appartement.

MÂCON-LOCHÉ : Suicide sur les voies du TGV

L'accident est survenu ce début d'après-midi sur les voies de la ligne TGV, allant de Mâcon à Lyon.

TRIBUNAL DE MÂCON : Contrôlé deux fois en une semaine au volant alors qu’il n’avait pas le permis

TGI_MACON.jpg
A 64 ans, Patrick est bien connu des services de police : 24 mentions au casier judiciaire !

TRIBUNAL DE MÂCON : Fou de jalousie, il frappe, insulte et crache sur tout ce qui passe

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg
Kevin C., 31 ans, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel pour des faits de violences commis le 10 décembre à Mâcon.