dimanche 26 mai 2019
  • MACON WINE NOTE 2019 MACONINFOS - 1.jpg
  • ECO RANDO DECATHLON MACON INFOS2 - 1.jpg

TRIBUNALMACON3.jpg

Le comble de la désinsertion et son tragique : au bout du bout la prison est un abri. Une femme est condamnée à 1 an de prison ferme pour violences sur son conjoint.

De même qu’en juin dernier (voir article sur audience du 3 juin 2015), elle a le visage dégagé, les cheveux retenus en arrière par un large bandeau, mais aujourd’hui, sous le bandeau, une plaie de 7 cm et 4 agrafes. La jeune femme, 31 ans, sort de l’hôpital, arrive cependant menottée, et repartira de même pour faire 12 mois de prison ferme, à la maison d’arrêt de Dijon.

On l’a déjà écrit : il est rare de voir une femme dans le box, mais celle-ci y revient, comme une vague vient se fracasser sur le même rocher, en un ressac inéluctable.

Il y a du « même » dans la vie douloureuse d’Isabelle B., ce qui n’a pas échappé au CPIP chargé de son suivi : « L’histoire se répète. » Quelle histoire ? Alcool, violences sur conjoints.

On n’aura pas davantage d’éléments sur ce qui pourrait donner un peu de sens à la geôle intérieure.

 

Nulle part où aller

 

Relaxée en juin dernier de la prévention d’évasion, Isabelle avait demandé à être incarcérée pour purger sa peine, parce qu’elle n’a « nulle part où aller ». Elle ne peut pas prétendre au foyer du Pont : son ex-conjoint vit en face et elle a une interdiction de contact avec lui. Aucune attache familiale et des potes aussi largués qu’elle, aussi alcooliques aussi.

L’un d’eux, Monsieur K., parvient pourtant à se maintenir en location et c’est lui qui l’héberge, c’est lui qui avait passé le boitier de son bracelet électronique dans les escaliers en juin dernier, et c’est chez lui qu’elle est retournée à sa sortie de prison mi-août, et c’est lui qui lui a fracassé une bouteille sur le crâne le 3 octobre au soir. Il n’est pas poursuivi, le Parquet estimant qu’il était en état de légitime défense.

 

Trouvée par terre, dans son sang

 

Que s’est-il passé ? On ne le saura pas vraiment, elle invoque « un trou noir », et Monsieur K. n’est pas là pour dire quoi que ce soit. Elle était tellement murgée, au rosé et au Lysanxia (prescrit pour les troubles anxieux sévères mais aussi dans le cadre d’un sevrage, pour prévenir le delirium tremens) que les policiers l’ont trouvée à terre, dans son sang, et incapable de dire quoi que ce soit de cohérent.

On sait qu’ils avaient bu, que Monsieur K. avait reçu un appel qui aurait suscité la jalousie d’Isabelle. Ils se sont battus, griffés, frappés, elle l’aurait menacé avec un couteau, il lui a cassé une bouteille sur la tête.

 

En prison, elle n'y boit pas

 

Son visage blanc, dont la blancheur est rehaussée par le large bandeau noir sous lequel se résorbe lentement un hématome de 8 cm, fendu par deux yeux comme des meurtrières, des meurtrières meurtries, semble plus dur qu’en juin, plus douloureux. Elle avait dit l’angoisse qui l’empêchait de sortir pendant ses heures autorisées quand elle portait un bracelet.

Le juge d’application des peines écrit cependant dans son rapport qu’elle remplit ses obligations. Elle n’est donc plus en état, et sans doute la prison la soulage-t-elle pendant un temps car, dit-elle, « je n’y bois pas ». Elle n’y boit pas, elle n’est plus en situation de piquer des crises de jalousie, de reporter sur son conjoint on ne sait quel règlement de comptes antérieurs, et, à l’inverse, elle est aussi protégée de ne pas être une proie facile pour les errements d’un Monsieur K., ou d’un autre. Alors, la prison.

 

Pas de Monsieur K. à la barre

 

La salle d’audience est quasi vide en ce jour, c’est un endroit où l’on rit peu d’une manière générale, eh bien on y rit encore moins à cet instant.

Maître Quoizola va porter un peu la parole d’Isabelle. Isabelle la remerciera d’avoir mis en doute l’existence du couteau, peut-être alibi d’un geste indéfendable, peut-être. D’avoir dit ne pas comprendre que Monsieur K. ne comparaisse pas. De rappeler la violence du coup de bouteille, les 4 agrafes, la plaie de 7 cm, l’hématome de 8 cm, le scanner cérébral, les marques de strangulation. D’avoir rétabli un peu de justice en faisant une part à ce qu’Isabelle subit, elle qui fit deux incises pendant l’audience, pointant qu’elle n’avait plus d’hébergement, et plus de téléphone non plus.

 

La prison pour seul recours

 

Maître Quoizola prend cette peine, en sachant pertinemment que le Parquet est fondé à ne voir aucune alternative possible à la prison. En sachant sans doute que l’incarcération est hélas, pour Isabelle et pour d’autres pris comme elle dans un cul de sac puisque, sans aucun arrimage social et dévorés par l’angoisse, celle-ci n’étant pas soluble dans l’alcool, l’incarcération est alors un abri. Ça fait drôle de l’écrire. Personne ne rit ni ne sourit, parce que plus tragique, il n’y a pas, que de penser que cette jeune femme, qu’on n’imagine pas vivre longtemps à ce régime, cette femme qui a porté et mis au monde 3 enfants qu’elle ne voit pas, n’a pas d’autre recours possible que la maison d’arrêt. Pas d’autre recours possible que la maison d’arrêt.

Verdict : coupable. 12 mois de prison et un suivi mise à l’épreuve de 2 ans, avec obligation de soins et interdiction de contact avec Monsieur K.

 

Florence Saint-Arroman

FUISSÉ : Un viticulteur blessé dans un accident de tracteur

FUISSE TRACTEUR TONNEAUX - 3.jpg
ACTUALISÉ à 17h55 : C'est une vitesse qui s'est enclenchée et a provoqué l'accident sur un terrain à fort dévers. Le tracteur a fait un tonneau.

MÂCON : bizarre et surprenant... le fait du nettoyeur de la Saône

VELO SAONE MACON 222.jpg
ACTUALISÉ - Le fin mot de l'histoire, une histoire qui met au jour une chose que sans doute peu de gens savent : la Saône est considérée par quelques uns.es comme une poubelle !...

MÂCON : MacDonald's Nord (à Sancé) ravagé par les flammes cette nuit

MACDO MACON SANCE - 5.jpg
ACTUALISÉ : La police scientifique se rend sur place cet après-midi pour tenter de déterminer la cause de cet incendie dévastateur. Le gérant de l'établissement annonce d'ores et déjà la reconstruction du Mac Donald's d'ici 6 à 9 mois maximum.

THOISSEY : Collision frontale au niveau du port

COLLISION FRONTALE PORT THOISSEY - 1.jpg
Un des blessés, gravement touché, a été héliporté.

MÂCON : Un quadragénaire profère des menaces de mort de chez lui vers l'extérieur

1541352411_police-afp.jpg
Les faits se sont produits hier soir rue de Bourgogne à Mâcon. Il était à peu près 20h30 quand un homme de 45 ans, alcoolisé, a proféré des menaces de mort vers l'extérieur, envers les pompiers notamment. Il était chez lui dans son appartement.

MÂCON-LOCHÉ : Suicide sur les voies du TGV

L'accident est survenu ce début d'après-midi sur les voies de la ligne TGV, allant de Mâcon à Lyon.

TRIBUNAL DE MÂCON : Contrôlé deux fois en une semaine au volant alors qu’il n’avait pas le permis

TGI_MACON.jpg
A 64 ans, Patrick est bien connu des services de police : 24 mentions au casier judiciaire !

TRIBUNAL DE MÂCON : Fou de jalousie, il frappe, insulte et crache sur tout ce qui passe

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg
Kevin C., 31 ans, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel pour des faits de violences commis le 10 décembre à Mâcon.