jeudi 21 février 2019

TRIBUNALMACON3.jpg

 

Non seulement il est pauvre, et l’a toujours été, mais en plus, ça ne va pas. Bobby va mal depuis que sa mère est morte, dit-il. Il a alors commencé à boire, à se droguer, et ne s’est jamais arrêté. Cela fait bientôt 10 ans, il en a 25.

25 ans et avec tout ça, une petite santé, une ganache de clochard, des habitudes de poivrot, de troubles du voisinage, la plupart du temps dans le centre-ville, et 3 condamnations dont l’une pour stupéfiants, ce qui lui vaut des rapports fréquents avec la police : « Moi je peux être contrôlé deux à trois fois quand je sors, et ils ne s’embêtent pas pour me fouiller, pas de gants, allez ouvre ta braguette, tout. », qui confinent au harcèlement. La police en a autant à son encontre, souvent dérangée parce que Bobby est ivre et fait et dit n’importe quoi. La proximité, c’est ça.

S’arrêter… la situation couve depuis des années, des années que le jeune homme en a assez de boire, assez d’aller mal. Des années, et puis récemment comme un fruit mûri, ça monte en puissance, jusqu’à « tout faire péter ».

 

Une boutique de spiritueux cambriolée

 

Dans la nuit de mercredi dernier, la boutique de spiritueux de la rue Dufour est victime de cambriolages, à deux reprises, une première fois avant 2 heures du matin, la seconde vers 4 heures. La BAC se déplace à chaque fois, et commence par contrôler 5 jeunes dans une rue parallèle, l’un d’eux est ivre, c’est Bobby, il part en cellule de dégrisement. De fil en aiguille les enquêteurs vont appréhender les auteurs : deux mineurs. L’un allait fêter sa sortie de centre éducatif fermé, l’autre pensait acheter du champagne pour bien faire. Inutile : ils avaient volé de la vodka, de l’absinthe, etc., pour un total de près de 900 €.

Quand Bobby sort du commissariat, le lendemain, les copains lui donnent une des bouteilles et il va la boire sur les quais. Les jeunes gens font comme tous les autres : des selfies, bouteilles en main, et hop ! sur messenger. Ça et leurs empreintes, c’est plié pour le vol.

 

Bobby co-auteur, mais un espoir

 

Bobby est co-auteur, et a aussi une procédure en cours pour usage de stupéfiants : placé en garde à vue, il vient cependant librement à l’audience, dans le cadre d’une comparution volontaire, assisté par Maitre Dufour depuis 3 jours.

L’avocat va parler de la garde à vue, du moment de bascule pendant une audition. On évoque la mère de Bobby, il craque, il s’agite, il dit : « Attention, on est deux à l’intérieur. » L’officier de police va suspendre l’audition, lui propose une cigarette, ils sortent, ils discutent, ils se parlent. La proximité, c’est ça aussi.

D’après Pierre Dufour, il s’est passé quelque chose à ce moment là. Bobby ne se sent plus réduit à la somme de ses problèmes, il est pris en considération autrement, d’une autre façon. Le jeune homme est fatigué, à 25 ans, de surnager à grand peine, il veut « arrêter ». Un OPJ s’en soucie : des choses sont possibles, il faut s’y mettre. C’est en grande partie pour cette raison que Bobby ne veut pas se défiler. Il n’est que co-auteur, ce n’est même pas lui qui a volé les bouteilles, pour autant il fait face, et indemnisera ce qu’on lui demandera.

 

1 PEL, 2 CACES et un soutien

 

Il indemnisera, il a un plan d’épargne logement, certes chichement garni mais il existe. Cela arrache un sourire au juge. La misère, comme n’importe quelle condition sociale, mais à sa façon, produit, génère, détermine l’existence, elle a sa propre cohérence interne, et vu de l’extérieur, un PEL fait tâche : on s’y attend si peu. Bobby a également 2 CACES, il a payé ses formations lui-même, il n’est pas un pur produit des organismes sociaux, il est hybride, contrasté : délinquant, victimes d’addictions dévastatrices, mais un PEL, mais des qualifications, mais la possibilité de travailler.

Il a des soutiens. Alice M. parle de lui comme d’un frère. Elle le connaît depuis qu’il est petit. Elle est jeune, elle s’en voit, elle aussi prise dans les logiques sociales de ceux qu’on appelle pudiquement « les défavorisés », et Dieu sait qu’on en voit, des « défavorisés », en audience correctionnelle. Les plus démunis, les plus faibles, les plus « défavorisés » font le lot commun des rôles, mais ce n’est pas un acharnement judiciaire, c’est la logique interne de leur milieu social qui fabrique ça, pas toujours, mais souvent.

 

Obligation de soins !

 

Coupable, Bobby est condamné à 6 mois de prison dont 3 mois assorti d’un sursis mise à l’épreuve pendant deux ans, avec obligation de travailler, de se soigner, d’indemniser la société victime du vol (renvoi sur intérêts civils en décembre).

Pendant deux ans il sera sous la surveillance du juge d’application des peines et du service pénitentiaire d’insertion et de probation : sous main de justice, comme on dit. 10 ans d’alcoolisme et de drogue à remonter, avec, en plus, le sentiment parfois d’être « deux » dans sa tête.

Florence Saint-Arroman

MÂCON-LOCHÉ : Suicide sur les voies du TGV

L'accident est survenu ce début d'après-midi sur les voies de la ligne TGV, allant de Mâcon à Lyon.

TRIBUNAL DE MÂCON : Contrôlé deux fois en une semaine au volant alors qu’il n’avait pas le permis

TGI_MACON.jpg
A 64 ans, Patrick est bien connu des services de police : 24 mentions au casier judiciaire !

TRIBUNAL DE MÂCON : Fou de jalousie, il frappe, insulte et crache sur tout ce qui passe

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg
Kevin C., 31 ans, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel pour des faits de violences commis le 10 décembre à Mâcon.

PONT-DE-VEYLE : Une maison en feu dans la grande rue

Feu_habitation_Pdv_161218 (5).jpg
ACTUALISÉ LUNDI 14H : Un appel urgent à une aide vestimentaire est lancé.

MÂCON : Une blessée grave dans une collision avec délit de fuite

ACCIDENT MACON RUE BIGONNET 0912 - 5.jpg
ACTUALISÉ : Un appel à témoins est lancé.

SAÔNE-ET-LOIRE : 3 morts dans un crash d'avion près de Charolles

Crash avion.jpg
Après des recherches par hélicoptère, l'avion a été localisé vers 14h dans le bois de Beaubery. Les trois occupants, pilote et passagers, sont morts carbonisés. ACTUALISÉ : Le procureur Eric Jaillet, qui s'est rendu place, a donné les 1eres informations en milieu d'après-midi.

TRIBUNAL DE MÂCON – Violences conjugales : jusqu'à la plaie et l'hématome au visage

VIOLENCE CONJUGALE MACON.jpg
Elle était là, assise en face de la juge, le visage marqué par les blessures. Son homme était à quelques mètres, dans le box des accusés, escortés par les gendarmes. Le couple s'est battu dans la nuit de mercredi à jeudi...

CHARNAY : Ivre au volant, il provoque un accident et fait 2 blessés

ALCOOL AUVOLANT A CHARNAY.jpg
ACTUALISÉ : Le verdict du tribunal de Mâcon

MÂCON : Embardées sur la route, sous l'emprise de la drogue et de l'alcool, et plus encore...

C'est au volant, peu après 21h, et pourtant interdit de séjour en Saône-et-Loire (sauf pour travailler) que Frédéric, 47 ans, commet cet acte délictueux ce dimanche soir place Gardon. ACTUALISÉ : La juge a décidé de son incarcération.

TRIBUNAL DE MÂCON : Ivre au volant, il avait percuté la voiture des gendarmes

TGI_MACON.jpg
Les faits se sont déroulés samedi à 00h40 à Tournus.