vendredi 5 mars 2021
  • JPO Lamartine 2021 MACON_280x410.jpg
  • VACCISERVICE MBA - 1.jpg
  • PEUGEOT NOMBLOT MACON VOMARS2021 - 1.jpg

mouth-guard-4929133_1920.jpg

Marie est infirmière libérale à Mâcon. Elle exerce depuis 17 ans. Malgré un quotidien bien occupé et souvent mouvementé, dédié au service à la personne et aux soins, elle a accepté de prendre de longues minutes pour livrer à macon-infos quelques réflexions. Entretien.

 

Lors de cette crise sanitaire, le visage de l’infirmière a souvent été mis au centre des événements et du récit médiatique... Pour alerter et protester (question du manque de moyens), pour être applaudie ou arrêtée (cas d’une infirmière placée en garde à vue après une manifestation). Pour être honorée aussi, comme la jeune Marie-Corentine Janvier citée dans les vœux présidentiels... macon-infos a donc souhaité aller à la rencontre d'une de ces infirmières, dévouée comme toutes les autres.

 

Marie, le rôle social de l’infirmière a-t-il changé ? Le regard de vos patients est-il différent ?

Oui... La reconnaissance nous va droit au cœur. Si le monde médical est considéré, on néglige souvent, y compris sur le plan des revenus, le monde paramédical : infirmières, aides-soignantes ou ASH... La qualité de notre travail et de nos soins dépend de l’implication d’une équipe pluridisciplinaire ! La crise a mis en lumière ces milieux dont l’action, parfois ignorée, est cruciale. Cela dit, des choses m’ont dérangée : ces images d'infirmière en colère, insultant parfois même la population pour appeler à respecter le confinement et les gestes barrières. J'entends l'épuisement... mais est-il nécessaire d'en arriver là ? Faire face aux situations d’urgence est un aspect du métier que nous avons choisi : par exemple, pendant mes études, je me rappelle avoir participé à un exercice plan blanc pour l’évacuation d’un hôpital psychiatrique.

Infirmière libérale, j’ai conscience de la situation des consœurs qui, à l’hôpital, sont plus exposées. Je ne parlerais cependant pas de sacerdoce : nous sommes là pour les autres, nous sommes là pour soigner. Tous les discours sur l’héroïsme me paraissent presque déplacés. Nous faisons simplement notre devoir, notre métier.

 

Alors que des voix s’élèvent contre les mesures sanitaires, quel constat faites-vous en tant que professionnelle de la santé ?

Dans toute décision politique, il y a une part qui nous échappe ! Si l’on en croit les chiffres officiels, le premier confinement a eu des effets bénéfiques : malgré la deuxième vague, il y a moins de victimes qu’au printemps dernier. L’évolution de la prise en charge thérapeutique y est aussi pour beaucoup. À propos du couvre-feu, on est en droit de se poser des questions : que les gens se dépêchent pour s’amasser au même endroit au même moment, cela pourrait avoir des effets contre-productifs !

 

C'est-à-dire ? Comme causer des risques sociaux qui annulent ses bénéfices éventuels ?

Il y a certes un impact sur les réunions amicales et familiales visées en tant que vecteurs de contagion... mais il y a aussi des conséquences sociales, notamment pour ceux qui se retrouvent dans l’isolement. Sachons raison garder : le temps seul nous permettra de juger. Selon moi, chacun devrait pouvoir apporter connaissances et idées indépendamment des groupes ou partis politiques... Il y a un manque d'écoute ou de considération que je déplore... J’imagine qu'aucun homme ne peut prétendre avoir la solution à lui tout seul... Armons-nous donc de la richesse du « composer ensemble » !

Un homme comme le Professeur Toussaint doit pouvoir s’exprimer, mais a-t-il vraiment la bonne analyse et surtout les bonnes solutions ? Dans certains pays, les gens évitent le confinement car ils sont plus disciplinés que nous... Le documentaire Hold-up fait intervenir quelques acteurs médicaux intéressants, mais l’un d’eux (l’ancien ministre de la Santé Philippe Douste-Blazy) a dû le désavouer, estimant avoir été manipulé... Pour ne pas sombrer dans le « complotisme », il faut faire preuve de discernement !

Le masque paraît très symbolique (muselière ?)... On peut ressentir l’impression d’être empêché de parler ou de respirer ! Il y a d’ailleurs une polémique sur les entraves à l’apprentissage du langage dans les crèches (où les adultes parlent masqués) et les écoles... Au début, j’étais très réticente et triste de ne plus pouvoir embrasser mes enfants... mais percevons-nous bien tous les paramètres ? Encore une fois, nous n’avons pas le recul suffisant. Pour le moment, il s’agit de briser les chaînes de contagion, de contrôler autant que possible ! Voilà la justification du masque et des mesures barrières : distance et gel pour laver les mains... Je peux vous dire qu’au moins, grâce aux pratiques hygiéniques, petits virus, rhumes et gastro-entérites ont diminué !

 

Quel est votre avis sur la situation actuelle et la vaccination, qui fait aussi polémique ? 

J'ai vu l'hôpital de Mâcon surchargé et saturé quand la situation était critique... pour la première fois de ma carrière ! Quant au virus, je ne l’ai vécu que de manière très légère... Contrairement à mon amie (et partenaire) infirmière ! Je ne suis donc pas très bien placée pour en parler. Pour en revenir au vaccin, j’entends les différents points de vue : la décision est personnelle. Heureusement, le vaccin n’est pas obligatoire actuellement ! Il y a trop de peur.

Il y a la peur de ceux dont la vie est empoisonnée par ce virus qui menace les plus fragiles (problèmes cardio-vasculaires, immunitaires...) : si le vaccin les aide à revivre, c’est très bien ! Bonne nouvelle ! Toutefois, d’après les études récentes, il a un effet sur l’immunité qui n’empêche pas la contagion... et ne met donc pas fin aux gestes barrières.

Il y a aussi la peur de ceux qui redoutent les effets secondaires : je ne les juge pas, je les comprends. Ce type de vaccin est une nouveauté, nous en saurons plus avec l’expérience. Il n’est pas indifférent de constater que des sociétés rétives au confinement comme la Suède pensent atteindre un taux de vaccination important. Ce qui remet en cause des idées reçues !

Sur un plan plus global, une autre orientation aurait-elle pu être donnée à la prévention ? Peut-être a-t-on négligé la sensibilisation aux différents moyens de renforcer son immunité : exercice en plein air, culture des plaisirs, alimentation saine, diète, jeûne, prise de vitamines et autres compléments alimentaires... Mais qui parle en moi en ce moment ? L’infirmière, la femme, la maman ? Ne détenant pas la vérité, je n’ai pas de réponse définitive.

Propos recueillis par Antoine Collinet

 

Photo d'accueil : photo d'illustration

 

SAÔNE-ET-LOIRE : L'État, le Département et les collectivités, ensemble pour lutter contre les violences intra-familiales

ConVif 050321(20).JPG
Le Département de Saône-et-Loire est engagé de longue date dans la lutte contre les violences intrafamiliales (VIF). Depuis le 17 décembre, après le vote en Assemblée départementale, la collectivité a choisi de financer des postes d’intervenants sociaux en commissariat et en gendarmerie (ISCG).

COVID-19 - Vaccination en Saône-et-Loire : Près de 35 000 personnes vaccinées au 3 mars

Tous les chiffres de la vaccination en Saône-et-Loire. ACTUALISÉ

MÂCON - Logement social : MÂCONhabitat met le paquet sur la rénovation thermique, mais pas seulement

MACON HABITAT MARS2021 - 1.jpg
La ville va poursuivre sa transformation grâce, entre autres, aux investissements du bailleur social MÂCONhabitat. Karen Clivio-Fontany, directrice générale, et Eric Maréchal, président de l'office, présentent les grands projets qui les animent. Rénovation, ascenceurs, démolitions, entretien, tout ce qu'il faut savoir.

CHARNAY : Un internat filles flambant neuf à l'EREA !

EREAInternatF040321.jpg
Stéphane Pernaton, directeur de l’EREA Claude Brosse, a accueilli ce jeudi Stéphane Guiguet, vice-président de la Région en charge des lycées, et Fabrice Ben, IA-DAZEN (représentant Nathalie Albert-Moretti, rectrice de l’académie de Dijon) pour l'inauguration du nouvel internat de filles.

MÂCON - Écologie : 1ères lampes LED installées, à la cité de l'entreprise !

LED MACON 04032021 - 8.jpg
Une première LED, à droite. 10 000 LED vont être installées dans la ville.

COVID-19 : La vaccination mobile se déploie en Saône-et-Loire

Et sera dans l’arrondissement de Mâcon la semaine du 22 mars.

ÉNERGIE : La Banque des Territoires lance une boîte à outils en ligne sur la méthanisation à destination du monde agricole

La « boîte à outils méthanisation » met à la disposition des porteurs de projets des instruments permettant de préparer la structuration de l’économie générale de leur projet.

SAÔNE-ET-LOIRE : Le Département offre des tablettes numériques aux assistants familiaux

TableTAFMacon030321.jpg
Dans le cadre du volet santé-solidarité de son plan de soutien voté en mai 2020, le Département de Saône-et-Loire attribue des tablettes informatiques à ses 230 salariés assistants familiaux.

CINÉMA : Medhi Brahamd, 25 ans, cinéaste en attente...

Mehdi Brahamd Autun 0303.png
Il attend avec impatience sa résidence d'écriture avec Talents en cour.

ARMÉE DE TERRE : Deux Mâconnais signent, au CIRFA de Mâcon, pour devenir sous-officiers

CIRFA MACON ARMEE 03MARS - 1.jpg
Le clin d'oeil de macon-infos. L'Armée recrute, profitez-en !

CONSEIL MUNICIPAL DE MÂCON : Les 12 grandes orientations inscrites au budget principal 2021

MACON CMMARS2021.jpg
Le conseil municipal réuni hier soir avait pour ordre du jour le rapport d'orientation budgétaire 2020 et la présentation des grandes oriantations 2021. Sécurité, empploi, animation, cadre de vie, développement durable, fiscalité... Revue de détails.

SAÔNE-ET-LOIRE : Le Conseil départemental donne un gros coup de pouce à l'emploi des jeunes

ANDRE_ACCARY_2711_CHARNAY-2.jpg
Avant l’assemblée départementale de ce jeudi et dans un contexte sanitaire particulier, André Accary a présenté ce lundi les principaux points qui seront à l’ordre du jour. Parmi ces sujets, l'annonce d'un vaste plan de soutien aux jeunes et à l’attractivité du territoire.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : Le nombre de décès quotidiens est en forte baisse montre l'INSEE

MORTALITE BFC INSEE JANV2021 - 1.jpg
Et se situe désormais au même niveau que lors de l’épidémie de grippe de 2019. L'occasion d'évoquer aussi la mortalité de la grippe de 2017, qui fit bondir le nombre de morts. Le covid n'existait pas, l'état d'urgence sanitaire non plus...

SAÔNE-ET-LOIRE : 8 lauréats « Prodiges de la Républiques »

L’initiative nationale « Prodiges de la République » met à l'honneur des citoyens de moins de 30 ans qui s’engagent remarquablement au service d’une cause ou de personnes. Deux jeunes femmes, de Mâcon et Jalogny, sont parmi les lauréats.es.

MÂCON - Affaire Laronze : Olivier Bosson cherche des hommes pour La Chanson de Jérôme !

Olivier Bosson La Chanson de Jérôme Mâcon 2702 (1).jpg
Le célèbre réalisateur lyonnais était samedi après-midi à la Maison des jeunes et de la culture (MJC) de l’Héritan, à l’occasion d’une rencontre avec les personnes volontaires pour prendre part à son film en hommage à Jérôme Laronze.

MÂCON : Sur la pelouse comme au parc... vive le printemps malgré l'hiver !

Parc Mâcon 2802 (60).jpg
Ce dimanche, rassemblements improvisés et spontanés sur les espaces et parcs aménagés en bord de Saône... Temps des tribus (cf. Michel Maffesoli), désir de fête ou tendance éphémère ? Une certitude : le printemps refleurira !