jeudi 4 mars 2021
  • VACCISERVICE MBA - 1.jpg
  • JPO Lamartine 2021 MACON_280x410.jpg
  • EPINOCHES MACON SENIORS - 1.jpg

L’Union syndicale des Retraités CGT de Saône et Loire invite toutes les retraitées et tous les retraités à signer une pétition en ligne

Les retraités et les personnes âgées ont été les principales victimes de la première phase de la pandémie. Après les tergiversations et l’absence de décisions claires lors de la première vague, on aurait pu penser que des mesures fortes seraient prises pour affronter la deuxième vague de Coronavirus. Et bien non, nous sommes plus démunis encore pour affronter la propagation du virus et malheureusement, le coût en vie humaine risque fort d’être plus lourd que dans la première vague.

Rien n’a été fait pour renforcer notre système de santé en moyens humains et matériels, hormis la fabrication de masques - qui ne sont toujours pas gratuits - le dépistage est dérisoire et les tests quasiment inaccessibles. Au contraire les suppressions de lits continuent de plus belle en pleine reprise de l’épidémie, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2021 prévoit une économie de 4 milliards sur les dépenses de santé. Comment s’étonner que de nombreux hôpitaux soient déjà saturés, les personnels soignants épuisés, les personnes les plus fragiles sont encore plus menacées.

Parallèlement, même si des dispositions ont été prises pour préserver les salariés (télétravail, chômage partiel) la grande majorité des aides de l’État, dans le cadre du plan de relance, vont aux entreprises. Des milliards sont distribués aux entreprises, ou plutôt à leurs actionnaires, sans engagements de leur part en matière d’emploi ou de salaires.

Or, un rapport officiel fait état d’une explosion des dividendes chez les 0,1 % les plus fortunés, après la suppression de l’ISF et l’abaissement de la fiscalité sur le capital. Les dividendes ont augmenté de 60 % en 2018, pour atteindre 23,2 milliards d’euros ! La pauvreté s’étend. Il y a un million de retraités pauvres en France, mais la fortune des 0,1 % de Français les plus aisés a augmenté d’un quart depuis 2017. La jeunesse est particulièrement concernée et beaucoup s’estiment une génération sacrifiée. La France ne manque pas d’argent mais de justice sociale.

Tout dernièrement, les députés de la majorité présidentielle ont voté un “forfait patient urgences” de 18 euros pour les passages en urgences non suivis d’une hospitalisation. Qui parmi les plus démunis d’entre nous se décidera à appeler les urgences sous la menace de devoir payer cette somme ? C’est inacceptable !

Notre économie doit répondre aux besoins de la population pour redémarrer. Les retraités représentent 52 % de la consommation en France, or leur pouvoir d’achat n’a cessé de se dégrader ces dernières années. Leurs revenus ont largement été réduits par la hausse de la CSG, le gel des pensions et des complémentaires, la non-revalorisation des pensions qui n’ont pas suivi le coût de la vie : en 12 ans les prix ont augmenté de 13 % et les pensions nettes seulement de 8,60 %. En réalité le niveau de vie moyen des retraités a diminué de plus de 3 % entre 2017 et 2018.

L’urgence pour les retraités comme pour l’économie du pays c’est de leur redonner du pouvoir d’achat. C’est pourquoi sept organisations de retraités (CGT, FO, FSU, Solidaires, FGR-FP, Ensemble et Solidaires, LSR) ont lancé une carte-pétition réclamant 100 € tout de suite, mais aussi la revalorisation des pensions selon l’évolution du salaire moyen, comme c’était la règle à l’origine, l’accès à la santé pour tous, la prise en charge de la perte d’autonomie à 100 % dans la branche maladie de la Sécurité sociale et non pas dans la 5ème branche sans garantie de financement et ouverte aux financements privés que le gouvernement vient de décider de mettre en place.

Au-delà des 100 € dans l’immédiat, la CGT a évalué le rattrapage de la perte de pouvoir d’achat à 300 € pour l’année 2021. Ces mêmes organisations exigent également la prise en charge de la perte d’autonomie à 100 % dans la branche maladie de la sécurité Sociale

L’Union syndicale des Retraités CGT de Saône et Loire invite toutes les retraitées et tous les retraités à soutenir cette action en signant et en faisant signer autour d’eux la carte-pétition au Président de la République sur le site change.org : adresse : http://chng.it/5HDCZ4JrQh ou sur le site internet de l’UCR CGT : : www.ucr.cgt.fr , dans le bandeau du haut de page.

 

CONSEIL MUNICIPAL DE MÂCON - Budget : « Alors, Mâcon la ville aimée ?... les Mâconnais ont besoin de preuves »

Eve Comtet-Sorabella, cheffe de file du groupe Mâcon citoyens, a largement critiqué les orientations budgétaires lundi soir après la présentation du rapport d'orientation budgétaire. « Quand les villes socialistes et communistes font ce que nous faisons, c'est bien, pas quand c'est une ville de droite... » a répondu le Maire.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ - Enjeux agricoles et industriels : Marie-Guite Dufay exhorte Emmanuel Macron à agir enfin !

La Présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay, a profité du déplacement du président de la République ce mardi 23 février à Étaules (21), pour interpeller Emmanuel Macron sur plusieurs dossiers d’une importance capitale pour le territoire.

COVID-19 - Vaccination : Ça bloque à Paris et dans les ARS, et ça met en colère André Accary

ANDRE ACCARY 2711 CHARNAY - 1.jpg
Le président du Département de Saône-et-Loire s'est fendu d'une lettre au président de la République pour rappeler que le Département est prêt depuis un moment, contrairement à l'ARS... A lire ici.

COVID-19 - Pr Luc Montagnier : « Il y a eu aussi, en partie, fabrication du virus »

DR MONTAGNER - 1.jpg
Mais « sans mauvaise intention », précise-t'il... VIH, covid-19, science, vaccin, prévention et thérapie, autisme, Fourtillan, Bill Gates... le professeur Luc Montagner, prix Nobel de médecine, a affirmé ses positions sur France Soir il y a trois jours. Étonnant, détonant et très éclairant !

FORMATION : À Mâcon, Roxana Maracineanu évoque la création d'un Bac Pro des métiers du sport

ROXANA MARACINEAU MACON 17DEC2020 BACPRO - 1.jpg
La ministre l'a présenté comme « une révolution pour la filière ».