CORMORANCHE tombe degradee 4.jpeg

 

Vendredi, de passage au cimetière de la commune, une maman a découvert que la tombe de sa fille avait été dégradée. Il semblerait que de l'huile de vidange ait été répandue sur la totalité de la tombe, et qu'un ange qui ornait le monument ait été volé...


En France, selon la loi, la profanation de tombes et la violation de sépultures sont des délits prévus et réprimés par le code pénal. Dans le détail, toute atteinte « à l'intégrité du cadavre » est passible d'un an d'emprisonnement et de 15 000 € d'amende, selon l'article 225-17 du code pénal. Idem quand il s'agit de « la violation » ou de « la profanation de tombeaux, de sépultures, d'urnes cinéraires ou de monuments édifiés à la mémoire des morts », « par quelque moyen que ce soit ». Et si les deux se cumulent, la peine est portée à deux ans de prison et 30.000 euros d'amende.


Parmi les délits susceptibles d'être condamnés, on peut énumérer le fait de frapper des tombes à l'aide d'un bâton, en prononçant des paroles outrageantes pour le mort. On peut également citer le fait de desceller des dalles, d'extraire un cercueil d'un caveau ou encore le fait de détruire des fleurs fraîches déposées sur la tombe, ou d'endommager les objets qui y sont déposés.

Si vous avez vu quelque chose de suspect, n'hésitez pas à contacter la gendarmerie de Laiz ou de Saint-Laurent.

Jordan Ravinet

 

CORMORANCHE tombe degradee 3.jpg

CORMORANCHE tombe degradee 2.jpg

CORMORANCHE tombe degradee 1.jpg