présentation aides Dirx Courtois (10).JPG

Lors d’une conférence de presse cet après-midi, le député Benjamin Dirx et le maire de Mâcon Jean-Patrick Courtois ont fait le point sur les aides disponibles au niveau national et local pour les entreprises en difficulté suite à la crise sanitaire.

 

En Saône-et-Loire, le fonds de solidarité mis en place depuis le printemps par le gouvernement a été attribué à 11 850 entreprises, qui ont bénéficié d’un total de 39 700 000 d'€, dont 6 800 000 seulement pour les commerces.

Les prêts garantis par l’état ont atteint le seuil de 593 millions d’euros (157 000 000 euros pour les commerces). Des échéances fiscales d'un montant total de 10 000 000 euros ont été reportées au bénéfice de 375 d’entreprises (les commerces ont obtenu le report d’un total de 2 700 000 euros).

Depuis le mois de mars dernier, l’activité partielle a concerné 101 700 salariés en Saône-et-Loire dans près de 10 000 entreprises, et pour un total de plus de 6 300 000 000 d’heures de chômage partiel. 16 000 des salariés en chômage partiel dans le département étaient dans le commerce.

Benjamin Dirx a présenté ce bilan provisoire en invitant celles et ceux qui n’ont pas encore bénéficié de ces aides à contacter les services de l’État et même d’appeler ou d’écrire à sa permanence parlementaire pour des renseignements.

présentation aides Dirx Courtois (13).JPG

« Tout le monde n’est pas au courant de ce qui a été mis en place comme soutien par l’Etat. Or, c’est très important si on veut que nos entreprises et nos commerces survivent. On n’abandonne personne » a assuré le député.

Le député, qui est également conseiller municipal de la majorité, a annoncé que le conseil d’administration de MÂCONhabitat se réunirait la semaine prochaine pour voter la gratuité des loyers pour les commerçants pour les mois de novembre et décembre 2020. Il s’agit d’une réponse à la mise en place d’un crédit d’impôt de 50% pour les loyers en direction des bailleurs qui louent à des entreprises de moins de 250 salariés fermées pendant les deux derniers mois de cette année.  

L’ensemble des aides de l’Etat et les nouveautés sont disponibles en ligne sur le site economie.gouv.fr. Des informations et conseils peuvent être obtenus également au numéro téléphonique national 0806 000 245 et au numéro de la permanence du député Benjamin Dirx 03 85 31 66 42.

La Ville apporte son aide financière

A son tour, le maire Jean-Patrick Courtois a annoncé qu’une série d’exonérations de loyer pour les commerces en pause forcée seront proposées pour être approuvées à la prochaine réunion du conseil municipal du mois de décembre.

Au niveau de Mâconnais-Beaujolais Agglomération, une aide au loyer a été mise en place lors du premier confinement pour les commerçants en difficulté (hors zone commerciale pour les communes de mains de 3000 habitants) et pour laquelle on peut encore faire la demande jusqu’au 31 décembre 2020. La prise en charge par MBA représente 3 mois de loyer (aide plafonnée à 1 500 €).

En ce qui concerne ce deuxième confinement, Jean-Patrick Courtois envisage de discuter de nouvelles mesures au prochain conseil d’agglomération : souscrire à la convention avec le Conseil régional et cotiser 2 euros par habitant (environ 300 000 euros) pour mettre en place une nouvelle aide aux loyers pour les commerçants en difficulté de payement ; la mise en place d’une solution de vente en ligne pour les commerces hors de Mâcon sur le modèle mis en place à Mâcon (lire ici).

La municipalité a approuvé une exonération pour une période de 6 mois en 2020 des loyers des commerçants qui sont ses locataires et qui ont dû arrêter leur activité cette année à cause du confinement. Une exonération identique est envisagée par Jean-Patrick Courtois pour les droits de terasses pour les restaurateurs, cafetiers et hôteliers.

Le maire a annoncé qu’une autre exonération de loyer vise les marchands forains de mi-mars jusqu’à mi-juin, ainsi que les abonnements pour les commerçants pour un trimestre en 2020. « Si jamais la crise continue en 2021 on pensera à prolonger ces aides » précise celui-ci.

présentation aides Dirx Courtois (16).JPG

« On continue d’accorder les subventions du Fonds d’intervention pour les services l’artisanat et le commerce (abondé par la Région, l’Etat et la municipalité ndlr.) C’est un signe d’optimisme car les commerçants en font la demande en pensant à la période d’après la crise. Ont déjà été distribués 214 000€ aux commerces du centre-ville de Mâcon pour des projets de plus de 700 000 euros d’investissements » a dévoilé Jean-Patrick Courtois.

Toujours au niveau des aides pour les commerçants de Mâcon, la Ville et l’association Mâcon Tendance proposent déjà un service de conciergerie gratuite ainsi qu’une solution commune pour les ventes en ligne, toujours gratuite. 39 commerces mâconnais sont déjà inscrits sur la plateforme mavillemonshopping.fr

Le député Benjamin Dirx et le maire Jean-Patrick Courtois invitent l’ensemble des habitants à faire leurs achats sur cette plateforme « pour aider les commerces locaux et également pour éviter de trop gros brassages dans le centre-ville à la réouverture des commerces. »

Car, une telle éventualité est probable selon le même député : « On doit se préparer pour l’ouverture de tous les commerces dès la semaine prochaine. Je demande aux commerçants d’être prêts avec tous les protocoles sanitaires, et à l’ensemble des citoyens de respecter les gestes barrière et la distanciation. »

Le soutien de la Région aussi

Les deux élus ont rappelé les aides mises en place avec le soutien du Conseil régional de Bourgogne Franche Comté.

La Région a mis en place, avec les communautés de communes, un Pacte régional pour l'économie de proximité via un fonds mutualisé et solidaire de 27 millions d’euros à destination des entreprises de moins de 10 salariés.

Ce pacte est composé de deux volets : le Fonds régional d’avance remboursable pour la consolidation de trésorerie des TPE (FARCT) à hauteur de 10,2 millions (la Mâconnais Beaujolais Agglomération y a contribué avec plus de 300 000 euros en 2020) et le Fonds régional des territoires (FRT) d’un montant de 16,8 millions d’euros minimum.

Cristian Todea