ArcEnCiel1311.jpg

En juin dernier, l'établissement dirigé par Guillaume Charles a obtenu le label européen Eco-Ecole pour son implication durant l'année scolaire dans un projet d'établissement de développement durable. Depuis la rentrée, l'école est soutenue par la ville de Mâcon.

 

Né au Danemark en 1994, le programme Eco-Ecole a vu le jour en France en 2005. Il vise à favoriser la participation des élèves, les liens avec les enseignements et l'ouverture sur le territoire.

Aurélie Bordat, coordinatrice de la classe ULIS et du projet Eco-Ecole, est revenue sur la genèse du projet : « Le projet Eco-Ecole, parti d'ULIS, a été construit par toute l'équipe. Petit à petit, il a pris de l'ampleur. L'année dernière avec ma collègue de CE2, nous avons monté un dossier pour l'obtention du label. Nous ne l'avons eu que sur la partie des déchets. Le projet déchets est celui des petits (CE1-CE2) parce qu'il était plus abouti. Celui des grands, (CM1-CM2) sur la biodiversité devait se faire au printemps. Nous l'avons donc reporté à cette année. »

Des jardins et carrés potagers vont bientôt être installés par la mairie qui a également financé une commande importante de matériel de jardinage et de récupérateur d''eau.

« Pour le projet jardin, poursuit Aurélie, l'idée est de prendre des groupes en demi-classes et de travailler sur les arbres. Avec les CP, nous sommes allés voir les arbres, comparer les formes des feuilles, les fruits et travailler autour du langage. J'ai fait un élevage d'escargots dans la classe ULIS. Des bulbes financés par la coopérative de l'école ont été plantés dans la cour. Nous avons fait intervenir Fatima Pardon, maître composteur de la MBA, en CP pour les déchets. Un pôle recyclage sera installé dans le hall pour la récupération de bouchon, feutre et papier.

Les CP vont organiser des défis dans leurs familles autour du tri des déchets. Nous avions déjà fait du ramassage des déchets l'année dernière à la Chanaye. Les CM2 ont un projet cartes postales. Ils échangent des cartes dans lesquelles ils parlent de leur projet écologique avec d'autres écoles du monde entier. Ils ont reçu récemment des cartes de La Réunion. On va commencer à travailler avec le pôle science de l'Éducation nationale. Le projet étant sur du long terme, l'objectif est de le construire tous ensemble. »

Des plantes vertes seront installées prochainement dans les classes. Les maternelles vont réaliser une maison à hérisson. Un hôtel à insectes devrait voir le jour. Pour les nichoirs à oiseaux, l'école recherche une personne bénévole. L'objectif est d'élaborer un diagnostic pour savoir quels oiseaux sont présents dans les haies autour de l'école et quels nichoirs construire en conséquence.

Les Jardins de Cocagne vont offrir dix fraisiers et un groseillier et demander à leurs adhérents un don de petits fruitiers.

Tout le monde est mobilisé sur ce projet d'école ce qui représente 17 classes et une vingtaine d'enseignant(e)s. Une nouvelle demande sera déposée par l'établissement cette année afin de conserver le label.

« Pour construire ce projet, des éco-délégués ont été élus, deux dans chaque classe du CP au CM2. Ils viennent travailler avec moi. Ils ont aussi pour mission de communiquer avec la mairie. Depuis peu, nous avons un espace numérique pour l'école, où les plus grands rédigent des articles. Tous les projets partent de leurs idées. Nous avions élaboré un diagnostic dans l'école pour savoir ce qui est fait au niveau des déchets et de la biodiversité. Il en est ressorti que notre cour n'a pas d'arbre, pas de fleur et pas d'animaux. L'idée est d'utiliser ce projet d'école pour travailler sur le langage des sciences mais aussi la production d'écrits », souligne Aurélie.

Contact : École Arc-en-ciel au 03 85 34 16 47.

 M. A.

 

EcoArcenCiel1311 (1).JPG

Photos : M. A.

EcoArcenCiel1311 (4).JPG

Aurélie Bordat

EcoArcenCiel1311 (6).JPG

Emplacement des futurs carrés potagers