mercredi 2 décembre 2020
  • ILLUMINTATIONS 8DEC2020 CHARNAY.jpg
  • BFC_Macon_Infos_280x410px-2.jpg
  • CONCIERGERIE MACON2111.jpg
  • MACON HABITAT LOCAUX COMMERCIAUX 20NOV2020.jpg

arrivée jeunes camerounais Mâcon octobre 2020 (76).JPG

Cinq jeunes camerounais sont arrivés en France grâce au programme éducatif « Afrique Education & Codéveloppement », lancé à Mâcon à l’initiative du Dr Anne-Marie Lindou.

Tous ont été présentés mercredi au centre de Formation Automobile de Mâcon, un établissement qui accueille d’autres jeunes camerounais dans le cadre du même programme éducatif.

Aicha-Myriam, Kévine Briselle, Eugène, Kabrel Valdo et Issah ont un projet d'avenir commun : ouvrir leur propre garage au Cameroun à la fin de cinq années d’études, maximum, en France.

Quatre ont été inscrits à l'ensemble scolaire privé Saint-Pierre Saint-Paul de Langogne (en spécialité Véhicules des particuliers), un autre à l'ensemble scolaire privé Sacré-Cœur de Saint-Chély d'Apcher (en option Maintenance d’engins agricoles). Les deux établissements d’enseignement sont situés en Lozère.  

Les cinq jeunes ont entre 20 et 23 ans, sont bacheliers et, pour certains d'entre eux, ont déjà suivi des années d’études universitaires. Trois ont bénéficié également d’une année de formation mécanique automobile payante auprès du constructeur allemand Volkswagen au Cameroun.

Pour se procurer les visas étudiants, leurs familles ont dû déposer chacune 12 000 € de garantie dans une banque française. Pour réunir cette somme importante, certaines se sont endettées ou ont vendu leurs biens. Le nombre des potentiels candidats a d'ailleurs été réduit fortement par cette contrainte financière. L’appel aux candidats a été lancé dans plusieurs pays africains francophones. Initialement, ils étaient 150 candidats.

Les débuts du projet

En novembre 2019, un premier groupe de six jeunes camerounais est arrivé en France avec un visa étudiant pour se former dans la maintenance de mécanique automobile.

Deux ont été inscrits en classe de 1ère au lycée des métiers de l’automobile Camille du Gast de Chalon-sur-Saône, deux autres dans le lycée du groupe scolaire privé La Salle de Paray-le-Monial, et le reste dans l’ensemble scolaire privé Sacré-Cœur de Saint-Chély d’Apcher en Lozère. Leur première année a été jugée excellente par les directeurs d’établissement, malgré les difficultés liées aux différences culturelles et malgré le confinement sanitaire qu’ils ont dû vivre seuls, loin de leurs familles. 

Quatre ont entamé leur première année d’apprentissage en alternance au centre de Formation Automobile de Mâcon. Françoise Mathieu-Humbert, directrice du CFA de Mâcon (au centre sur la photo) a souligné les efforts faits pour leur trouver des contrats d’apprentissage.

arrivée jeunes camerounais Mâcon octobre 2020 (29).JPG

« A cause du confinement, ils n’ont pas pu faire les stages en entreprise, il leur manquait la pratique professionnelle. Mais ils compensent avec un savoir-être positif qui nous a permis de leur trouver des entreprises pour leur apprentissage. À l’avenir, il faudra penser à d’autres régions pour maximiser les chances de trouver des entreprises pour les futurs apprentis africains. »

Sophie Jacqueson, chargée de la relation avec les entreprises et du recrutement au CFA de Mâcon (à gauche sur la photo), a trouvé les entreprises pour les actuels apprentis camerounais. La tache lui a été facilitée par la motivation des jeunes camerounais et le soutien qu'ils ont eu.

arrivée jeunes camerounais Mâcon octobre 2020 (20).JPG

Les jeunes arrivés en 2019, présents aussi ce mercredi au CFA, ont parlé de l’encadrement reçu au CFA Mâcon et l’aide pour trouver des contrats d’apprentissage, ainsi que du soutien apporté par l’association d’Anne-Marie Lindou. « Ça se passe bien dans les entreprises et également au CFA, ont avoué tous les deux. Les employeurs souhaitent voir notre motivation et le travail réalisé. Nos maîtres de stage sont à notre disposition. »  

Pour une politique préventive de l’immigration

Pour Anne-Marie Lindou, présidente de l’association Afrique Education & Codéveloppement, « la bonne solution pour endiguer l’immigration illégale des pays d’Afrique et pour assurer le développement de ces pays est l’éducation des jeunes à travers des programmes comme le sien. »

arrivée jeunes camerounais Mâcon octobre 2020 (37).JPG

Elle souhaite pérenniser et étendre le programme à d’autres pays francophones d’Afrique et trouver le financement auprès de l’Organisation Internationale de la Francophonie pour soutenir les projets des jeunes une fois retournés dans leur pays.

Une convention-cadre entre le Cameroun et la France est en phase d’étude au niveau du ministère de l’Éducation nationale.

« Je souhaite la création d’une agence au Cameroun qui puisse conseiller et informer les jeunes des dangers de l’immigration illégale. Au Cameroun, il y a toujours cette croyance que la France est un Eldorado. Il faut leur dire la vérité. C’est vrai qu’une fois arrivés en France les organisations humanitaires leur tendent la main, mais il est préférable d’apprendre l’art du pécher que de donner indéfiniment des poissons aux Africains. L’Afrique ne va pas se développer par l’aide de l’aumône, par les Restos du cœur, mais par l’éducation. Je crois dans le développement endogène des pays africains. Si nous ne le faisons pas, ce sont les autres qui nous envahissent économiquement. »

arrivée jeunes camerounais Mâcon octobre 2020 (49).JPG

Susanne Parquier, présidente du Haut Conseil des Camerounais de l’Extérieur en France et élue dans une commune bretonne, a félicité Anne-Marie Lindou pour sa ténacité et pour les résultats obtenus à travers ce projet éducatif en souhaitant que d'autres projets similaires puissent émerger.

arrivée jeunes camerounais Mâcon octobre 2020 (52).JPG

A son tour, Max Maldacker, ancien consul général de l’Allemagne à Lyon et président d'honneur de l’association Afrique Education & Codéveloppement, était présent pour montrer son soutien au programme de formation professionnelle.

Plus de détails sur l’histoire de ce projet à lire ici.

Cristian Todea

 

Photo d'accueil: Les jeunes camerounais en compagnie d'Anne-Marie Lindou, Françoise Mathieu-Humbert et Sophie Jacqueson du Centre de Formation Automobile de Mâcon

 

 

arrivée jeunes camerounais Mâcon octobre 2020 (12).JPG

arrivée jeunes camerounais Mâcon octobre 2020 (8).JPG

arrivée jeunes camerounais Mâcon octobre 2020 (39).JPG

Jacques Vigouroux, bénévole du programme et membre de l’église évangéliste de Mâcon qui soutient Anne-Marie Lindou et les jeunes camerounais  

arrivée jeunes camerounais Mâcon octobre 2020 (40).JPG

arrivée jeunes camerounais Mâcon octobre 2020 (42).JPG

arrivée jeunes camerounais Mâcon octobre 2020 (44).JPG

arrivée jeunes camerounais Mâcon octobre 2020 (45).JPG

arrivée jeunes camerounais Mâcon octobre 2020 (62).JPG

arrivée jeunes camerounais Mâcon octobre 2020 (69).JPG

arrivée jeunes camerounais Mâcon octobre 2020 (6).JPG

MÂCON : Des créations inédites pour les illuminations de fin d'année en centre-ville

collage illuminations Mâcon 2020.jpg
La municipalité mâconnaise s’adapte à la crise sanitaire et propose des décorations autour de la lumière pour le festival Contes et lumières 2020, mais se voit obligée d'abandonner les autres événements.

SAÔNE-ET-LOIRE : Jusqu'à 70km/h au dessus de la vitesse limite autorisée !

5 automolistes ont perdu leur permis ce week end en Saône-et-Loire, dont deux dans le Mâconnais. Le plus gros excès de vitesse (délictuel) a été enregistré sur la RCEA, à hauteur de Milly-Lamartine.

CRISE SANITAIRE : L'activité touristique en Bourgogne-Franche-Comté a résisté durant la période estivale

16857_1_full.jpg
Selon l'INSEE, le tourisme a souffert dans la région. La Saône-et-Loire a subi une baisse importante liée à la crise sanitaire en 2020. En Bourgogne-Franche-Comté, de mars à août, les hôtels ont globlalement perdu la moitié de leur chiffre d'affaires, les restaurants 41 %…

MÂCON : Pompiers, policiers et CRS face aux troubles nocturnes !

VIOLENCES URBAINES 272811 MACON - 1.jpg
Actualisé : C'est vendredi soir que l'atmosphère était plus tendue

ATTRACTIVITÉ : Les villes de Bourgogne-Franche-Comté ont des aires de petite taille et sont peu dynamiques démographiquement

BFC attractivite.jpg
Entre 2007 et 2017, la population est pratiquement stable dans les aires d’attraction des villes de la région comme l'indique l'INSEE. La Bourgogne-Franche-Comté ne comporte pas de très grandes aires urbaines qui sont souvent des moteurs démographiques.

VIRÉ : Les Vignes dorées, l'EHPAD flambant neuf du Conseil départemental

EHPAD VIRE 2811 - 1.jpg
Un investissement de 12,6 millions. Les travaux avaient commencé en février 2019. Les 1ers résidents seront accueillis à partir du 1er décembre.

André Accary : « Nous aurons à nous demander comment redonner vie aux associations »

ANDRE ACCARY 2711 CHARNAY - 1.jpg
Reçu ce vendredi par Christine Robin à Charnay, le président Accary a profité de l'occasion pour évoquer deux sujets liés à la crise sanitaire : le vaccin et, surtout, la situation des associations, « qui va se révéler extrêmement préoccupante. Je pense qu'on ne soupçonne pas encore les dégâts de cette crise pour nos associations, qui font vivre aussi l'économie locale »

CHARNAY : Investir pour faire des économies, et faire des économies pour investir

ACCARY ROBIN CHARNAY 271122 - 1.jpg
1ère visite du président du Conseil départemental ce matin à Charnay. Président qui se rend dans toutes les communes de Saône-et-Loire pour rencontrer les élus.es et voir quel projet, hors règlement d'intervention, la collectivité peut soutenir. Explications.

COVID À L'HÔPITAL DE MÂCON : Les médecins entre soulagement et grande inquiétude

COVID HOPITAL MACON 2611 - 2.jpg
L'hôpital est en phase plateau descendant, le pire semble derrière nous. Pour autant, les médecins présents ce matin pour la visite du député Benjamin Dirx ont alerté sur les risques de la réouverture des commerces ce samedi. Le docteur Kisterman a annoncé une vaccination à grande échelle en juin.

SAÔNE-ET-LOIRE : L'UMIH appelle les restaurants, les cafés, les discothèques à une ouverture symbolique le 28 novembre

UMIH LAISSEZ NOUS TRAVAILLER 2611.jpg
L'UMIH 71, organisation professionnelle, interpelle les conseillers départementaux et avance des revendications