vendredi 30 octobre 2020
  • SORTEZ DE CHEZ VOUS_350x550.jpg
  • Effilogis MACON INFOS -280x410-mc.jpg
  • Connectons-nous-2020 MACON VIGNETTE.jpg

Ces appellation réunies pèsent 8 milliards d'euros de chiffre d'affaires, dont 2 milliards pour les vins de Bourgogne. Les vignerons demandent une juste place dans le plan de relance de l’économie annoncé cet automne.

 

Communiqué

Les vignerons champenois, bourguignons, alsaciens et du Centre-Loire ne cachent pas leur déception sur le plan gouvernemental de soutien à la viticulture. Ce plan ne prend pas en compte le poids majeur de ces appellations dans l’économie nationale et le nombre d’emplois directs et indirects qu’elles représentent.

Les vignerons appellent le nouveau gouvernement à un sursaut après un premier vote intervenu à l’Assemblée Nationale dans la cadre du PLFR3 la semaine dernière. Et demandent une juste place dans le plan de relance de l’économie annoncé cet automne.

Fait assez rare, de grandes appellations à notoriété internationale, ont décidé de s’exprimer ensemble et publiquement face à l’indifférence dont elles ont le sentiment d’être l’objet de la part du gouvernement et des pouvoirs publics. Ces appellations dont le chiffre d’affaires représente près de 8 milliards d’euros et dont une partie importante de leur production est exportée (Champagne : 51 %, Bourgogne : 55 %, Alsace : 26 % et Centre-Loire : 48 %) souffrent beaucoup des conséquences de la crise Covid en raison notamment de la fermeture des CHR et de la diminution de la consommation sur tous les marchés. Pour autant et contrairement à de nombreux secteurs, elles n’ont pas recouru au dispositif de chômage partiel et ont poursuivi leurs activités et maintenu les nombreux emplois qu’elles génèrent.

Ces appellations sont aujourd’hui critiques face aux mesures de soutien très insufisantes qui leur est proposé au travers du plan gouvernemental. Les représentants de ces régions, Maxime TOUBART (Champagne), Thiébault HUBER (Bourgogne), Jérôme BAUER (Alsace) et Olivier LUNEAU (Centre-Loire), déclarent : « Au regard des 465 milliards d’euros injectés par les pouvoirs publics en soutien à l’économie dont 15 milliards d’euros pour le secteur aéronautique et 8 milliards d’euros pour le secteur automobile, les 250 millions d’euros du plan gouvernemental en soutien à la viticulture paraissent dérisoires.

Nous avons fait le choix contrairement à d’autres de rester fiers de nos produits et de privilégier des mesures d’allégement des charges pour aider les exploitations à passer ce cap difficile. La position qu’a défendue le gouvernement la semaine dernière lors d’un premier vote à l’Assemblée Nationale (PLFR3) face à la colère et l’incompréhension des élus de nos territoires est un très mauvais signal ! Nous espérons que le nouveau Premier ministre qui se dit proche de la ruralité entendra notre appel en faveur du maintien de l’emploi et que le Gouvernement proposera un plan d’allégement des cotisations sociales plus ambitieux et volontaire. »

Ces appellations qui constituent des fleurons de la filière agro-alimentaire française appellent aussi un soutien dans le cadre du plan de relance de l’économie qui devrait être annoncé par le gouvernement cet automne. Elles souhaitent notamment un accompagnement dans leur politique de promotion et de développement durable.

 

Quelques chiffres importants :

Chiffre d’affaires :

Champagne : 5 milliards d’euros

Bourgogne : 2 milliards d’euros

Alsace : 540 millions d’euros

Centre-Loire : 300 millions d’euros

Cumul : près de 8 milliards d’euros

Export :

Champagne : 51 %

Bourgogne : 55 %

Alsace : 26 %

Centre-Loire : 48 %

Emplois :

Champagne : 160 000 dont 100 000 contrats vendanges

Bourgogne : 45 200 emplois générés soit 7 % de l’emploi total en Bourgogne Franche-Conté

Alsace : 25 800 dont 24 000 emplois saisonniers

Centre-Loire : 5 000 dont 2000 emplois saisonniers

 

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : La pauvreté touche particulièrement les familles avec enfants

Capture d’écran 2019-12-08 à 02.15.42.png
La Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté a lieu le 17 octobre. En Bourgogne-Franche-Comté, le nombre de personnes vivant avec moins de 1.041 euros par mois est inférieur au taux national. Un enfant sur cinq vit dans un ménage pauvre mais les enfants sont les premiers à bénéficier du système de redistribution.

ÉDUCATION NATIONALE : La CGT réclame le respect de la vie personnelle des enseignants.tes

Le corps d'inspection de SVT de l'académie de Dijon sollicitait les enseignants.es dimanche par mail pour une visio-conférence mardi soir à 20h indique le communiqué de la CGT Educ'action.

BIODIVERSITÉ : SNCF Réseau s'associe à la Ligue pour la Protection des Oiseaux

BIODIVERSITE SNCF BFC.jpg
À l'échelle de la Bourgogne-Franche-Comté, SNCF Réseau et la LPO ont signé une convention le 12 octobre afin de mener des actions communes pour protéger la faune proche des voies et préserver des corridors de biodiversité.

CONSEIL RÉGIONAL : Un plan de relance de 435 M€ pour « alimenter la machine économique »

13976_1_full.jpg
L'exécutif du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté soumettra un plan de relance au vote de la session du 9 octobre. Ce jeudi 8 octobre, la présidente a présenté ce plan de 435 M€ pour financer une centaine de mesures.

Lou-Anne Lorphelin Miss Bourgogne : Sandrine et Philippe Lorphelin, des parents fiers et présents

PHILIPPE SYLVIE lou-anne-lorphelin-miss-bourgogne-2020.jpg
Deux filles (Ils ont 3 enfants. Le dernier s'appelle Enzo) qui décrochent le titre de Miss Bourgogne à 7 ans d’intervalle (la 1ère fut Miss France 2013), ce n'est pas très courant. Nous leur avons demandé comment ils vivaient les choses quelques heures après la victoire de Lou-Anne. Réactions.

ATTRACTIVITÉ : La Bourgogne-Franche-Comté peine à retenir les moins de 40 ans

Capture d’écran 2019-11-10 à 15.11.56.png
Selon l'INSEE, la Bourgogne-Franche-Comté voit sa population diminuer malgré une forte propension à attirer des habitants. La région gagne des ménages de petite taille et des retraités. Les jeunes ouvriers renforcent leur présence.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : Une moyenne de 11 hospitalisations par jour pour covid-19 en une semaine

Capture d’écran 2019-05-17 à 22.59.02.png
Plus de 40 000 personnes ont été testées entre le 22 et le 28 septembre une semaine. Le taux de positivité dans la région est passé de 3,33% à 4% de personnes positives dans la région. Le taux de positivité au covid en Saône-et-Loire est à peine plus élevé, à 4,13%.

Projet de loi Finances 2021 : Les AOC de France attendent du parlement une fiscalité équitable pour tenir compte de la crise

1,5 milliards d’euros perdus avec la fermeture des Cafés / Hotels / Restaurants, fort ralentissement de l’export... surtaxes américaines sur les vins français : moins 500 millions d’euros de chiffre d’affaire sur un an.

VINS DE BOURGOGNE : Ils accueillent un nouveau marché dans leur top 5 à l'export

Capture d’écran 2019-11-10 à 15.11.56.png
Qui a dit par ailleurs que le Brexit était néfaste à l'exportation des Bourgogne ?... A lire aussi : Les vins de Bourgogne résistent en dépit du contexte international