lundi 18 janvier 2021
  • VO PEUGEOT NOMBLOT MACON JAN2021 - 1.jpg
  • MACON HABITAT LOCAUX COMMERCIAUX 20NOV2020.jpg
  • ARMEE TERRE CIRFA MACON DEC2020 - 1.jpg

Le syndicat appelle à une journée d'action le 24 juin

 

Plan d’urgence pour la rentrée ? Pas vraiment !

La CGT Éduc’action a été reçue ce matin, sur les perspectives de la rentrée par le ministre, sans le ministre....

Jean-Michel Blanquer étant absent, alors que sa présence était prévue, nous avons dû discuter avec ses conseillers.

Nous avons, tout d’abord, fait part de notre incompréhension quant au nouveau protocole sanitaire qui est en opposition avec le décret, notamment sur le « 1 mètre de distance ». Une fois de plus, ce manque de cohérence laisse les personnels dans l’expectative, voire même dans l’anxiété. Nous avons demandé que ce point soit clarifié d’urgence.

Toujours concernant ce protocole, si les personnes vulnérables continuent de bénéficier d’autorisations d’absence, il n’en est pas de même pour les personnels qui vivent avec une personne vulnérable. Pourtant dans le secteur privé, ces autorisations d’absence restent d’actualité et les salarié·es concerné·es peuvent effectuer du télétravail. Cette exception pour les personnels de l’Éducation est incompréhensible. La CGT Éduc’action exige que les agent·es de l’Éducation soient traité·es comme les salarié·es du privé.

Sur les conditions de rentrée, la volonté de développer le télé-enseignement, sous une forme hybride, nous inquiète. Nous avons pu mesurer le stress que cela pouvait générer pour les personnels enseignants et le confinement a démontré que le télé-enseignement ce n’était pas l’École. La CGT Éduc’action réaffirme son refus de généraliser cette mesure qui n’était qu’un moyen de maintenir, pour les élèves, un lien avec les apprentissages et pas une pseudo « continuité pédagogique ».

Concernant les 2S2C, le ministère s’est voulu rassurant en insistant sur l’aspect temporaire de ce dispositif : il n’est pas question de transférer les missions d’EPS et de culture artistique. La CGT Éduc’action continue d’exiger le retrait de ce dispositif.

Bien évidemment, nous avons insisté sur la nécessité d’un collectif budgétaire pour faire face à cette rentrée exceptionnelle: des moyens supplémentaires nous semblent indispensables. Les réponses apportées par le ministère ne nous ont pas convaincu·es. Intensifier les dispositifs « devoirs faits » ou l’aide personnalisée n’est pas à la hauteur des enjeux. Concernant la voie professionnelle, il nous parait urgent d’accentuer les moyens sur les enseignements disciplinaires quitte à mettre entre parenthèses les dispositifs nouveaux mis en place lors de la réforme de la voie pro comme la co-intervention par exemple : nous avons eu une fin de non-recevoir !

Les élèves en grande difficulté scolaire à l’issue de la période que nous venons de vivre, doivent bénéficier d’un accompagnement fort qui doit passer par un véritable plan d’urgence en terme de moyens humains avec des emplois de titulaires. Ce n’est, de toute évidence, pas cette option que le ministère semble privilégier.

Plus que jamais, il faut que le ministre entende la revendication des personnels pour une rentrée digne pour tous et toutes les élèves. C’est la raison pour laquelle, la CGT Éduc’action s’inscrit pleinement, avec d’autres organisations syndicales dans la journée d’action du 24 juin.

La CGT Educ'Action 71, comme d'autres organisations syndicales du département, appelle à un rassemblement devant la DSDEN à Mâcon, mercredi 24 juin en début d'après-midi

COVID-19 - Vaccination : Ça bloque à Paris et dans les ARS, et ça met en colère André Accary

ANDRE ACCARY 2711 CHARNAY - 1.jpg
Le président du Département de Saône-et-Loire s'est fendu d'une lettre au président de la République pour rappeler que le Département est prêt depuis un moment, contrairement à l'ARS... A lire ici.

COVID-19 - Pr Luc Montagnier : « Il y a eu aussi, en partie, fabrication du virus »

DR MONTAGNER - 1.jpg
Mais « sans mauvaise intention », précise-t'il... VIH, covid-19, science, vaccin, prévention et thérapie, autisme, Fourtillan, Bill Gates... le professeur Luc Montagner, prix Nobel de médecine, a affirmé ses positions sur France Soir il y a trois jours. Étonnant, détonant et très éclairant !

FORMATION : À Mâcon, Roxana Maracineanu évoque la création d'un Bac Pro des métiers du sport

ROXANA MARACINEAU MACON 17DEC2020 BACPRO - 1.jpg
La ministre l'a présenté comme « une révolution pour la filière ».

EXPRESSION CITOYENNE - Auto-confinement des élèves : « Nouvelle préconisation, nouveau mépris pour le personnel » estime la CGT Educ'action

Le syndicat signale quatre classes fermées pour covid dans le département, plusieurs enseignants positifs et une vie scolaire impactée.

EDITO : Nucléaire, covid-19, la question est...

Pourquoi Emmanuel Macron écoute un expert de très haut niveau en matière d'énergie nucléaire et pas un autre en matière de santé ?

POLITIQUE : Fabien Genet défend l'enseignement agricole au sénat

« Votre budget n’est pas à la hauteur de l’ambition agricole qui devrait être celle de notre pays ! » a-t'il lancé à la tribune.

SANTÉ - 31 millions d'€ pour la région BFC : « Une belle enveloppe qui ne règle pas tout »

Le 14 novembre, le ministre de la Santé annonçait une enveloppe de 31 millions d'euros pour la Bourgogne-Franche-Comté attribuée dans le cadre du Ségur de la Santé. Michel Maillet, membre du collectif Santé protection sociale de l’Union Départementale CGT de Saône et Loire, a réagi à cette annonce.

Général Electric : « C’en est trop » s'indigne Marie-Guite Dufay

Après l’annonce de nouvelles suppressions de postes dans le cadre de la réorganisation de GE Steam Power, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, réagit avec force...

CRISE SANITAIRE ET POUVOIR D'ACHAT : Les retraités de la CGT demandent 100€ tout de suite

L’Union syndicale des Retraités CGT de Saône et Loire invite toutes les retraitées et tous les retraités à signer une pétition en ligne

EXPRESSION POLITIQUE : « De quoi ont besoin les quartiers populaires de Mâcon ? »

La réaction du PCF cu Mâconnais suite aux violences urbaines du week end à Mâcon.