Cluny

VISIERE PROTECTION CLUNY ENSAM FABLAB - 2.jpg

 

Le FabLab est également en confinement mais ses membres, dont Richard Brun (photo ci-dessus), ancien professeur de l'ENSAM, continuent pour le bien de tous et se sont lancés dans la réalisation d'une visière de protection pour les personnes en contact avec le public.

Cette visière, en ABS, a été conçue sur imprimante 3D en deux heures environ.

- la visière à double face est collée en une seule pièce,

- le nettoyage s’effectue avec des lingettes ou à l'eau savonneuse,

- très légère, sa souplesse permet d’épouser toutes les tailles sans se blesser

Richard Brun a réalisé un prototype. Si certains le souhaitent, il peut en faire suivant ses moyens (il n’a qu’une seule imprimante) et peut également fournir le fichier « .stl », si certains veulent se lancer.

 

VISIERE PROTECTION CLUNY ENSAM FABLAB - 1.jpg

La mairie de Cluny et son maire, Henri Boniau, l'ont déjà adoptée !

 


Communiqué

Les ENSAM de France mobilisées

 

Arts et Métiers se mobilise pour aider les soignants en concevant du matériel adapté à leurs besoins

Dans cette période de lutte contre la pandémie Covid-19, Arts et Métiers se mobilise aux côtés des professionnels de santé. Pour cela, l’ensemble des outils est mobilisé pour proposer du matériel répondant aux besoins des soignants.

Augmenter la production de visières de protection

Sous l’impulsion de Nicolas Perry, enseignant-chercheur sur le campus de Bordeaux, les huit campus d’Arts et Métiers ont décidé de concevoir et de produire des visières de protection à destination des personnels soignants au plus près du terrain.

Enseignants-chercheurs, membres du personnel et étudiants se sont rapidement portés volontaires pour participer à la conception et à la réalisation de ces équipements de protection. Des rotations sont assurées tous les jours pour maintenir un niveau de production important, soit environ 1 500 unités par semaine.

En parallèle, des actions entreprises par les personnels dans les huit campus,

les étudiants se mobilisent aussi pour réaliser depuis chez eux des visières mises à disposition dans les pharmacies de plus d’une vingtaine de villes.

Les besoins pour ce type de matériels de protection sont énormes et croissants, il est donc nécessaire d’augmenter la production. Pour cela, l’équipe de projet déploie de nombreux efforts pour optimiser ses processus de production, trouver de la matière première, distribuer les équipements, contacter les structures de santé ayant des besoins...

Ainsi, des moules sont en cours de finalisation pour pouvoir réaliser les supports de visières non plus par impression 3D, mais par injection de plastique, ce qui augmenterait considérablement la production (40 minutes pour une impression 3D contre 1 minute pour l’injection plastique).