« Mes amis, je suis dans une colère noire...

Muriel Pénicaud, ministre du Travail, s'en est prise aux entreprises du BTP qui décident de fermer leur activité du fait de la mise en confinement. Elle qualifie cette attitude de "défaitisme" alors que le pays traverse sa crise la plus grave depuis la seconde guerre mondiale.

Je suis outré de tels propos. Nous avons décidé de fermer nos entreprises en raison de la spécificité de nos travaux. Nous ne pouvons pas garantir les "gestes barrières" d'une part, mais surtout la plupart de nos clients publics (Conseils départementaux, Conseils régionaux, collectivités) nous a ordonné de quitter nos chantiers (O.S. arrêt de chantier).

Donc Mme Pénicaud, nous n'allons pas nous présenter sur les chantiers alors que les donneurs d'ordre nous en interdisent l'accès !

Pour la mise en place des gestes barrières, il nous faut du gel, des masques, la distance de 1m etc. Mme Pénicaud, venez avec moi, je vous invite une journée sur un chantier pour voir la vraie vie de compagnon du bâtiment et vous verrez qu'à des dizaines de reprises la distanciation de 1m est IMPOSSIBLE à tenir ! Si demain un compagnon est déclaré positif au coronavirus, Mme Pénicaud, vous viendrez me trainer au pénal pour mise en danger de la vie d'autrui...

Par contre, je  me permets le constat suivant : Mme Pénicaud, en terme de protection des salariés, je pense que les agents des hôpitaux travaillent dans des conditions déplorables en l'absence de protections individuelles efficaces. L’hôpital de Mâcon nous a sollicité ce jour pour fournir des combinaisons TYVEK classe 3 Type 5/6. Nous les avons portées et fait don des derniers stocks que nous avions ce matin (110 unités).  

Mme Pénicaud, je ne sais pas si mon entreprise se relèvera de cette crise, mais sachez que je suis solidaire et pas défaitiste ! En revanche, je doute vraiment de votre capacité de votre capacité à gérer la suite du dossier.

J'ajoute que nous ne sommes pas aussi imbéciles que cela. Nous savons très bien qu'à l'issue de la crise, vous nous refuserez le chômage partiel mis en place par le gouvernement au prétexte que nous étions en droit d'aller au casse-pipe ! Tellement facile...

Bonne journée quand même.

Pierre BOST, le défaitiste de Mâcon

Alpes Bourgogne Construction