lundi 30 mars 2020
  • COVID 19 MBA vous informe MI_Plan de travail 1 (1).jpg

MACON salon du chiot 2020 8.jpg

Tout au long du week-end week-end se déroule au Parc des expositions le salon du chiot. Pour ou contre cette pratique, le débat est palpable.

 

Cela aurait pu s'appeler le salon du chien, mais l'on comprend évidemment qu'un chiot attire plus. Certains vous diront aussi que si l'on souhaite adopter, il est aussi plus facile de dresser un être tant qu'il est petit. D'autres défendront tous ces animaux délaissés qui n'attendent que d'être aimés. C'est le cas des militants présents devant l'entrée de l’événement, distribuant tracts informatifs avec le slogan « N'achetez pas, adoptez en refuge ».

En effet, la France est championne d'Europe d'abandons d'animaux (principalement chiens et chats), leur nombre avoisinant les 100 000 par an. En achetant un chiot, il arrive que le maître ne réalise pas tout l'enjeu (coût financier, temps à consacrer, dommages pouvant être effectués…). En plus de ce problème, les anti-élevage veulent aussi mettre en avant la question éthique que pose la pratique de l'élevage : « L'animal n'est pas une marchandise. Est-il acceptable que l'on se fasse de l'argent par ce biais ? En produisant des animaux à une quantité permettant d'en vivre. Quel est le bien-être de l'animal ? Y'a t-il des risques ? »

 

« Il ne faut pas croire tout ce que l'on voit à la télé »

Un éleveur explique que la règlementation pour exposer dans un tel salon est stricte. Ici, seuls des chiens provenant de France sont présentés. « Il ne faut pas croire tout ce que l'on voit à la télé parfois, montrant des choses horribles qui se passent en élevage ». Il arrive effectivement qu'un tableau noir soit dressé montrant des élevages maltraitant les animaux. Tout comme pour ceux servant à l'exploitation de la fourrure... Vraie fourrure que l'on peut voir sur les chaussures d'une exposante. Là encore, la question de la valeur portée aux animaux peut se poser.

En tout cas, tout cela ne freine pas les visiteurs, présents en nombre, et qui n'ont pas l'air gênés par les aboiements stridents en continu, ni par l'odeur qui commence à se faire sentir à certains endroits. C'est un succès pour les vendeurs qui sont ravis de l'affluence. Parmi eux, on peut en trouver qui viennent de loin pour l'occasion. Par exemple, de Tarbes avec 6 races différentes.

Le salon, c'est effectivement aussi l'occasion de découvrir des races. Parmi celles-ci, une nouvelle est à l'honneur : le chien Pomsky, mélange entre le husky et le spitz poméranien. C'est l'humain qui crée les races. Pour les faire perpétuer, il y a parfois consanguinité. Cela peut provoquer malformations et maladies. Ce sont les risques que dénoncent également les militants.

 

Entre 600 € à 2 800 €

 

On peut aussi y trouver des pensions. En effet, les animaux peuvent être gardés, lors de départs en vacances ou en cas de maladie par exemple. Certains stands affichent la demande de ne pas toucher les animaux par respect de l'hygiène. Alors qu'à d'autres, les vendeurs n'hésitent pas à mettre les chiots dans les bras des visiteurs. Ceux-là craquent parfois. Un enfant trépigne de bonheur à l'acquisition d'un chiot. « C'est un beau cadeau d'anniversaire là ! » lui fait remarquer sa maman. Qui avoue finalement que c'est aussi pour elle. Déjà amoureuse de sa petite chienne, elle s'inquiète de cette dernière : « Ça va ? Elle est rassurée ? » demande-t-elle à la vendeuse à propos de son bébé Beagle. Puis s'en va acheter les accessoires utiles pour la suite.

D'autres affiches informent sur le coût de l'alimentation en fonction de la taille de l'animal, avec, par exemple, des croquettes de marque. Il est compris entre 172 € et 895 € par an. Un point à prendre en compte, en plus des frais vétérinaires futurs. Quant à l'acquisition d'un chiot, le prix varie de 600 € à 2 800 €. Un coût qui peut faire réfléchir : « Ce n'est peut-être pas la priorité de prendre un chien en ce moment », tente de raisonner une dame à son conjoint, prêt à se faire plaisir.

 

 Sherfy

 

 

MACON salon du chiot 2020 2.jpg

Photos : Sherfy

MACON salon du chiot 2020 1.jpg

MACON salon du chiot 2020 3.jpg

MACON salon du chiot 2020 4.jpg

MACON salon du chiot 2020 5.jpg

MACON salon du chiot 2020 6.jpg

MACON salon du chiot 2020 7.jpg

CORONAVIRUS À L'HÔPITAL DE MÂCON - Roland De Varax : « Nous assurons au mieux, avec de la débrouille »

ROLAND DEVARAX HOPITAL MACON - 1.jpg
Praticien hospitalier en réanimation médicale, chef du service de réanimation et président de la Commission Médicale d'Etablissement à l'hôpital de Mâcon, Roland De Varax a répondu à nos questions cet après-midi, au téléphone, sur la gestion de crise covid-19. Il exprime également sa colère vis-à-vis de l'Etat. Interview.

CORONAVIRUS : Une salve de remerciements de la part du comité A.M.i.71

AMI 71 collage.jpg
L'Association de défense des droits des Malades, Invalides et handicapés exprime, dans un communiqué, sa reconnaissance envers les professionnels.les qui travaillent en cette période historique d’épidémie.

Coronavirus - Covid-19 : 32 décès en Saône-et-Loire depuis le 12 mars

PIERRE PRIBILE ARS BFC22 - 2.jpg
Actualisé - 82 personnes sont hospitalisées à Mâcon pour covid-19. Une plate-forme téléphonique nationale et gratuite est disponible pour s'informer.

MACON : Les Restos du cœur rouvrent leurs portes

restos du coeur Mâcon covid 19 (1).jpg
Rappelons qu'ils ont été cambriolés le 17 mars, au tout début du confinement.

CORONAVIRUS : La vague de l'épidémie progresse en Saône-et-Loire

28 personnes sont décédées en milieu hospitalier des suites du covid-19 ; 42 personnes sont sorties d'hospitalisation. L'hôpital de Mâcon est l'établissement qui accueille le plus de malade du coronavirus.

SAÔNE-ET-LOIRE : Les policiers municipaux peuvent aussi verbaliser

Des dérogations pour les marchés alimentaires sont accordées par le préfet. Azé, Igé, Leynes etc. sont concernés.

TRAVAUX PUBLICS EN BFC - Vincent Martin : « Je persiste à dire que les chantiers doivent rester strictement à l’arrêt »

TRAVAUX PUBLICS BFC.jpg
Le président de la FRTP Bourgogne Franche-Comté s'exprime sur les conditions de la reprise d'activité dans un communiqué.

EXPRESSION CITOYENNE - Sans-abris et coronavirus : « Pour ne pas les oublier, NON ! »

Plusieurs associations mâconnaises s'alarment des conditions de vie des personnes à la rue, Migrants et SDF. Elles lancent un cri d'alerte.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : La Région met en place la gratuité des TER pour les soignants...

et suspend les prélèvements pour tous les abonnés TER annuels.

CORONAVIRUS - Covid-19 : Les attestations de déplacements dérogatoires évoluent

NOUVELLES ATTESTATIONS.jpg
Elles entrent en vigueur dès aujourd'hui. Le document intègre la participation à une mission d'intérêt général et la convocation judiciaire ou administrative.

VIDÉO : Confiné mais sportif et, surtout, bien rigolo !

RIONS UN PEU - 1.jpg
Mais que s'apprête-t'il donc à faire avec son bidon d'huile ou de liquide vaisselle ?.... La réponse dans la vidéo.

MÂCON : Le portage des repas à domicile facilité par le CCAS

PORTAGE REPAS.jpg
3 commerces en lien avec la stucture assurent également des livraisons aux personnes âgées dépendantes.

Covid-19 : L'UMIH 71 insiste pour une reconnaissance en catastrophe sanitaire par les assurances

Le président du syndicat des hôteliers de Saône-et-Loire s'adresse aux députés.

MÂCON - Coronavirus : 83 commerces de proximité ouverts

primeur.JPG
La Ville de Mâcon a effectué un recensement des commerces de proximité ouverts. Nous comptons actuellement 83 commerces de proximité ouverts, ce nombre est amené à évoluer car d'autres sont peut être ouverts.

CORONAVIRUS : L'école à la maison avec France 4, ça commence demain

A compter du lundi 23 mars, France 4 modifie toute sa programmation de journée pour diffuser en direct des cours dispensés par des professeurs de l’Education Nationale. Ceci pour répondre à la mission « Nation Apprenante ».