mercredi 29 janvier 2020
  • JPO2020 LYCEE LAMARTINE MACON.jpg
  • COLLECTE SAPINS 2020 MBA 225 - 1.jpg
  • MACON HABITAT LOCAUX COMMERCIAUX 20NOV2019.jpg
  • DECATHLON MACON TROCATHLON 2019223 - 1.jpg

dressag.jpg

 

Le centre équestre de Mâcon-Chaintré accueille pour la première fois une compétition para-équestre de dressage de haut niveau.

Neuf nations sont présentes au centre avec 29 cavaliers et 31 chevaux. Toutes espèrent gagner leurs derniers points pour se qualifier pour les Jeux paralympiques de Tokyo 2020.

L'enjeu de cette compétition ?... « Les dernières étapes qualificatives pour les jeux para-olympiques de Tokyo se déroulent jusqu'à la fin janvier, a expliqué, Sébastien Dauvergne, directeur sportif de Mâcon-Chaintré événements. Les nations en retard de points viennent ici comme la Belgique, l'Allemagne, le Brésil, le Portugal, l'Irlande, la France, la Lettonie et la Finlande.

La compétition se déroule comme n'importe quelle compétition pour les personnes valides avec 3 tests. Le time test, le premier jour, correspondant à des figures imposées réalisées en un certain temps. Les individual tests, un autre protocole avec d'autres figurent et le troisième jour, le free style, si les cavaliers sont parmi les 8 meilleurs de leur catégorie, ils sont qualifiés pour venir faire des reprises libres en musique. Le jury juge la réalisation des figures et la partie chorégraphiée, ainsi que le choix de la musique et le tempo du cheval.

La différence majeure par rapport à un cdi classique, (concours international de dressage), c'est qu'ici on est dans le cas d'un concours équestre de dressage para-équestre international (cpedi).

Le para-dressage implique des classificateurs chargés de vérifier la bonne classification des cavaliers. Les dresseurs sont classés par grade en fonction de leur handicap.

L'organisation est beaucoup plus pointue sur la sécurité des cavaliers ».

Fanny Delaval conseiller technique national en charge du para-dressage remercie beaucoup le centre équestre et la municipalité de Mâcon d'avoir accepté d'organiser cette compétition internationale stratégiquement très importante.

« Je pense que les étrangers apprécient énormément le lieu et ce qui serait très sympathique c'est qu'ils aient envie de revenir pour préparer les jeux de Paris 2024 en base arrière. L'idée est de leur faire savoir que Mâcon a la possibilité de les accueillir pour la préparation des grandes échéances à venir ».    

M.A.

 

dressagE (14).JPG

Sébastien Dauvergne, Fanny Delaval et le maire de Mâcon, Jean-Patrick Courtois