Rémi Fontanel.jpg

L’Embobiné a proposé fin novembre un hommage à Patrick Dewaere avec la projection de deux films au Cinémariveaux : "Beau-père" de Bertrand Blier (1981) et "La Meilleure façon de marcher" de Claude Miller (1976).

Le 28 novembre le film Beau-père était accompagné par Rémi Fontanel, enseignant-chercheur en études cinématographiques à l’Université Lumière Lyon 2. Selon Rémi Fontanel, Patrick Dewaere est un acteur qui a marqué le cinéma par son jeu si particulier, fait d’intuition et de technique. Son physique lui a permis de jouer des rôles de révoltés, de marginaux ou de séducteurs. Jusqu’à "F.comme Fairbank" de Maurice Dugowson (1976), où Patrick Dewaere apparaît tel qu’il est, un acteur tragique et comique. Tous les rôles suivants seront dans cette veine-là.

Au sujet de "Beau-père", Rémi Fontanel rappelle que c’est l’un des trois films dans lesquels Patrick Dewaere ne porte pas la moustache. Ce changement de physionomie laisse apparaître la fragilité et la délicatesse de l’acteur, habitué jusqu’alors à des rôles plus physiques ou border-line.

Le sujet du film, un homme qui cède aux avances de sa belle-fille âgée de 14 ans, aurait pu être scabreux. La mise en scène de Bertrand Blier, les gestes répétés au cordeau par les deux acteurs principaux ainsi que les cadrages donnent au film cette délicatesse et cette justesse de ton qui, venant de Bertrand Blier, a pu surprendre les spectateurs.

L’intervention de Rémi Fontanel, puis les échanges avec les cinéphiles ont permis d’approfondir les connaissances sur un acteur d’exception.

Rémi Fontanel a écrit un ouvrage, hélas épuisé, "Patrick Dewaere, le funambule" (Scope édition).