MACON regates handisport 2.jpg

Créée en 2018, la section Handi-Aviron de la Société des régates mâconnaises va bénéficier de l’aide du Rotary club de Mâcon qui participe au financement d’un bateau spécifique Handi-Aviron pour l’entraînement paralympique de Sandrine Martinet.

La championne déficiente visuelle et championne paralympique en judo à Rio en 2016 a en effet rejoint le club l’an dernier. Son objectif : gagner son billet pour les JO de Tokyo en 2020 dans les deux disciplines judo et aviron. Elle explique son arrivée au club : « J’ai enchaîné les blessures, mon corps n’était pas du tout d’accord avec ma décision. Le mental me disait d’aller chercher de nouveaux défis, mais pas mon corps. J’ai rencontré Jacques Doussot, le directeur sportif, et nous avons crée un projet de préparation physique avec les régates pour permettre à mon corps de revenir grâce à ce sport qui a des parallèles clairs avec le judo : l’utilisation de tout le corps pendant l’effort, les ouvertures du corps, le fait de ne pas traumatiser les chevilles et les genoux, ce qu’on a avec la course à pied, et la possibilité de faire un sport ludique à l’extérieur, sans chocs répétitifs et compatible avec mon handicap, de s’aérer un peu tout en étant en pleine complémentarité avec le judo. J’ai découvert ici la performance et le professionnalisme de Jacques. Et aujourd’hui j’ai une démarche de haut niveau au sein du club. Et en tant que kiné, je suis également sensible à la démarche sport santé du club. »

Françoise Gras, présidente du Rotary de Mâcon, était lundi aux Régates mâconnaises pour présenter le projet de financement du bateau spécifique pour l’entraînement paralympique de Sandrine Martinet, action phare de l’année 2019-2020. Elle a pu visiter le site et les équipements sportifs en compagnie de la championne, du président Bernard Rey et du comité directeur de la société des Régates mâconnaises dont Jacques Doussot, directeur sportif. Et découvrir ainsi la section Handi-Aviron des régates mâconnaises, créée en 2018 pour les personnes porteuses de handicaps.

 

« Cette action en direction des personnes éloignées de la pratique est très chronophage, même si elle développe altruisme et bienfaisance, elle n'en n'est pas moins couteuse en matériel adapté et en volume temps professionnel occasionné », précise Jacques Doussot. Les Régates mâconnaises ne sont en effet pas équipées de bateau spécifique Handi pour la discipline dans laquelle Sandrine Martinet s’entraîne et concourt.

Le Rotary club de Mâcon a donc souhaité apporté son soutien à cette section par le financement d’un bateau spécifique Handi-Aviron. Ce bateau, à destination de sportifs porteurs de handicap, permettra entre autre de satisfaire la préparation paralympique de Sandrine Martinet. En soutenant ce projet, le Rotary club de Mâcon espère en plus d’une belle aventure humaine, faire rayonner le Rotary et la ville de Mâcon jusqu’à Tokyo en 2020 !

 

 

MACON regates handisport 1.jpg