mardi 19 mars 2019

 

À la lecture de l’article paru le 6 mars sur le projet de centre éducatif fermé de Chardonnay, nous souhaitons apporter les précisions suivantes.

En tant que parlementaires, il est de notre rôle d’être à l’écoute des maires et de leurs préoccupations.

 

Dès que nous avons été saisis, en juillet 2018, par Paul PERRE, maire de Chardonnay, et les élus des communes environnantes, nous nous sommes inquiétés, tout comme eux, du sort réservé au Château de Montlavillle, bâtiment historique datant de 1870, et de la pertinence du choix fait par l’association « La Sauvegarde 71 » de transformer cette demeure en un centre éducatif fermé, destiné à accueillir 12 jeunes âgés de 13 à 18 ans impliqués dans un parcours de délinquance.

 

Ce n’est évidemment ni le travail de l’association, que nous saluons, ni l’objectif du programme, promu par le ministère de la justice, pour une alternative à l’incarcération des mineurs, que nous mettons en cause mais bien la méthode et le lieu.

Ce projet est né, dans l’urgence, après que le bail du CEF, situé à AUTUN, n’ait pas été reconduit par le maire, Vincent CHAUVET, du fait de nombreux incidents - insultes et violences - enregistrés depuis l’ouverture, en 2005.

 

Dès lors, il est bien légitime, dans un système démocratique, que nous interrogions sur l’opportunité du transfert d’un tel établissement, au sein d’un château, dans une petite commune rurale de deux cents habitants, dont la vocation est plutôt de se tourner vers le développement de l’œnotourisme et le monde du vin, grâce à la renommée mondiale de son cépage CHARDONNAY.

Soucieux de l’efficacité et de la maîtrise des budgets, nous nous interrogeons également sur les coûts d’une telle opération. Au montant d’acquisition du bien immobilier, 600 000 €, s’ajoutent en effet des travaux conséquents qui s’élèveraient à trois fois ce prix d’acquisition. Quant aux frais de fonctionnement, il est rappelé que le coût de prise en charge est de 700 € par jour et par jeune.

 

Aujourd’hui, il n’est pas avéré que la construction d’un bâtiment neuf soit plus onéreuse. Cette solution présente l’avantage d’une structure plus adaptée, en termes de surface et d’environnement, et mieux située, à proximité des centres urbains et économiques, comme le prescrivent, eux-mêmes, les services judicaires de la jeunesse, afin de favoriser une insertion progressive sur l’extérieur.

 

C’est pourquoi, les propositions de terrains d’assiette faites par les communes d’EPERVANS et de VARENNES-LE-GRAND restent d’actualité pour implanter ce centre, dans le respect du cahier des charges qui ne nous a toujours pas été communiqué, malgré notre demande lors de notre rendez-vous au ministère.

Le Département de Saône-et-Loire s’intéresse aussi au projet de reconversion du Château de Montlaville, en partenariat avec la filière viticole, et des pistes pourront être évoquées dans les prochaines semaines.

 

Aussi, il est urgent de retrouver la sérénité qu’impose ce dossier. Il est nécessaire de dégager une solution viable pour le bien-être des mineurs concernés, pour le succès de la Sauvegarde 71 dans sa mission de service public, et pour la commune qui accueillera le CEF par choix dans un projet de territoire. C’est le sens de nos démarches et de notre engagement.

 

Marie Mercier, Jean-Paul Emorine et Jérôme Durain 

Sénateurs de Saône-et-Loire

 

 

POLITIQUE : Jérôme Durain, sénateur socialiste de Saône-et-Loire, s'oppose à la proposition de loi «Anti casseurs»

Il était chef de file du texte pour le groupe socialiste et républicain au Sénat.

FRANCE : L'Eglise catholique ouvre une "opération-vérité" suite aux témoignages de victimes d''abus sexuels

Monseigneur Benoît Rivière, évêque d'Autun, vient de signer, avec les autres membres du Conseil Permanent de la Conférence des évêques de France, un message adressé aux fidèles catholiques. Ce message évoque aussi le Carême et la conversion.

EXPRESSION CITOYENNE : "Le Vallon de la honte"...

Vallon_de_la_honte_260219 (1).jpg
macon-infos republie ici l'effaremment de deux lecteurs sur la situation inhumaine que vivent certains migrants. Un journaliste de macon-infos confirme la véracité de la situation ce samedi 9 mars. Article à venir.

MÂCON : Un débat citoyen, en marge du Grand débat

DSC00727 _ DEBAT CITOYEN.jpg
Une cinquantaine de personnes est venue participer ce vendredi 1er mars, en soirée, à un débat organisé par un "collectif de citoyens", salle Pavillon.

EXPRESSION CITOYENNE – Grand débat national : Un citoyen présente son programme pour « un changement profond de notre société »

Face à « la mafia ENArchique qui tient les rênes » et au « lobbying qui sera là encore demain », Régis C., « citoyen lambda » comme il se qualifie, souhaite apporter sa contribution à un grand débat national « plein d’idées fausses et de rancoeurs » dont « il risque de n’en rien ressortir ».

MUNICIPALES À MÂCON : Un collectif de gauche lance un appel pour une campagne participative avec Eve Comtet-Sorabella

MUNICIPALES 2020 MACON GAUCHE ECOLOGISTES.jpg
Ce mercredi 13 février, des citoyennes et citoyens, organisations, mouvements et associations de gauche, unis par des valeurs communes, ont lancé un appel aux Mâconnaises et Mâconnais afin de construire et de porter ensemble un véritable projet écologique et solidaire pour Mâcon.

GRAND DEBAT NATIONAL : La CFDT appelle à un "Grenelle du pouvoir de vivre"

Les militants CFDT du département se sont réunis mardi 12 février à Chalon pour apporter leur contribution au grand Débat.

EXPRESSION POLITIQUE : "Où est la cohérence du gouvernement ?" s’insurge FNE BFC

L'association gouvernementale ne comprend pas que "le gouvernement prône la transition écologique, encourage le débat… mais supprime les enquêtes publiques environnementales". Elle précise sa position dans un communiqué.

GILETS JAUNES - Thierry Lichet : « Justice fiscale et réappropriation démocratique sont les 2 grands axes de revendications »

Thierry-Lichet_Consultation_GJ_100219.jpg
Docteur en Sociologie et ancien responsable associatif étudiant, ce Mâconnais a soutenu les gilets jaunes dès le début du mouvement. Il a surtout travaillé en back-office sur des travaux réflexifs visant à comprendre ce phénomène inédit. Il livre à macon-infos sa vision des politiques et les résultats de sa grande consultation.

EXPRESSION POLITIQUE : Les enseignants de collège crient leur ras le bol au Président Macron

Suite à la mobilisation de jeudi soir au collège de Vonnas, les enseignants de plusieurs collèges de Bresse et du Val de Saône expriment leur désespoir dans une lettre ouverte.

EXPRESSION CITOYENNE : "Ensemble, libérons 9 milliards de pouvoir d’achat !"

La contribution de l'UFC-Que Choisir de Saône-et-Loire au grand débat national.