mardi 16 juillet 2019
  • locaux commerciaux MACON HABITAT.jpg
  • Pub-web_TDF_410x270px.jpg
  • WINE TOUR MACON 2019 UNE.jpg

conférence presse inspection académique Mâcon  (3).JPG

Fabien Ben, directeur académique, a présenté les principales nouveautés de cette rentrée dans les écoles, collèges et lycées au cours d’une conférence de presse ce vendredi. Le point sur les grands changements.

Les écoles maternelles et primaires

La prochaine année scolaire sera marquée par l’apparition des classes de CE1 avec effectifs réduits pour 8 établissements du réseau d’éducation prioritaire (aucun à Mâcon), par la création de deux nouvelles classes ULIS (à Chalon et Charoles), et par des postes supplémentaires pour encadrer des élèves en difficulté ou pour encadrer des élèves qui ne parlent pas le Français (leur nombre a considérablement augmenté ces dernières années avec l’arrivée de réfugiés syriens, mais aussi des migrants des Balkans : 620 enfants de plus en 2018 dans tout le département).

Un poste à temps partiel dédié à ces élèves allophones concernera ainsi les écoles de Mâcon qui devront le mutualiser (poste itinérant). Ils existent déjà à Mâcon du personnel dédié à ces élèves aux écoles de Perrières et Arc-en-ciel. En Saône-et-Loire existent 17 classes de CP, 3 classes de CE1 et 5 classes CP/CE1 avec 12 élèves (effectif réduit).

Toujours à Mâcon, les écoles élémentaires Vincent Auriol et Perrières bénéficieront de classes supplémentaires, notamment à cause de l’augmentation des effectifs d’élèves.

La scolarisation, facultative, des enfants de moins de 3 ans en maternelles sera l’autre défi de la prochaine rentrée, dans le cadre de la mise en place préconisée de l’instruction obligatoire à partir de 3 ans. Conformément aux estimations, environ 150 enfants de 2 ans vont être scolarisés en Saône-et-Loire, souvent pour une demi-journée. En plus des 39 groupes de petite section qui seront créées dans les maternelles, 3 toutes petites sections feront ainsi leur apparition.

« La scolarisation précoce pour les populations les plus éloignées du monde de l’école, enfants qui ne parlent pas le Français, est très bénéfique : on crée une appétence pour l’école, des habitudes pour les élèves, on stabilise des populations » a précisé Fabien Ben.

Des écoles rurales auront des postes d’enseignants supplémentaires. Toutes celles existantes seront maintenues. Dans les regroupements pédagogiques intercommunales où il y a parfois trois ou même quatre niveaux dans la même classe, le nombre d’élèves par classe ne dépassera pas le seuil de 23, ce qui signifie que des classes supplémentaires seront créées pour respecter ce « taux d’encadrement », des classes avec des effectifs réduits.

Pas d’entrée en Réseau d’Education Prioritaire pour l’Ecole des Perrières à Mâcon ! car la carte de l’éducation prioritaire est arrêtée jusqu’en 2020, et en attente d’un rapport sur les territoires prioritaires en France, commandé par le ministre. Fabien Ben a précisé qu’il suit de près la situation de cette école où, du fait de l’arrivée des enfants étrangers, les effectifs fluctuent d’une année à l’autre et que des postes supplémentaires seront créés si la situation le demandera.

Les prévisions de l’Inspection Académique envisagent une perte de 693 élèves en Saône-et-Loire à la rentrée 2019 par rapport à la rentrée 2018 (44 598 élèves), sans baisse du nombre d’enseignants.

Le nombre d’élèves en situation de handicap accompagnés en scolarisation individuelle a augmenté et continuera de le faire : de 2016 (1271 élèves) à présent (1295 élèves). En scolarisation collective (classes ULIS), le nombre d’élèves a augmenté de 503 (en 2016) à 532 élèves de nos jours (542 estimés pour la rentrée 2019).

 

L’équité entre les établissements similaires a été le principe à la base de toutes les décisions. Nous avons assumé un soutien discriminé en direction des écoles rurales et dans des situations socio-économiques difficiles, en réseau d’éducation prioritaire ou dans des quartiers difficiles.

 

Les collèges

Cette rentrée sera marquée par la stabilisation des effectifs, avec 9 élèves supplémentaires alors que, de manière générale, depuis la rentrée 2014, ces effectifs n’ont cessé de chuter (de 21 777 à 21 261 collégiens estimés pour la rentrée de cette année). Deux classes ULIS seront créés pour les élèves avec difficultés d’apprentissage (dont une au collège Saint Exupéry de Mâcon).

Les répartitions de postes et heures par collège continueront à être sujet de discussions entre l’Inspection académique et les établissements du département, tout comme la préparation de la rentrée qui continuera avec les dernières décisions et derniers ajustements en juin et septembre.

Les lycées 

Les élèves de seconde devront choisir les enseignements de spécialité (trois de quatre heures chacun en première, deux de six heures chacun en terminale) qui servent d’appui aux épreuves du baccalauréat.

« Nous avons déjà reparti la carte des enseignements de spécialité pour chaque lycée de Saône-et-Loire. Certains lycées en ont huit. Dans ce cas-là, les élèves peuvent en choisir trois en première. Ce choix doit être fait en fonction de la spécialisation que chacun vise pour ses études post-bac. C’est le vrai enjeu du lycée et de cette réforme. Trop d’élèves, six sur dix, échouent dès la première année d’études supérieures. Maintenant les universités ont publié les compétences à maîtriser pour réussir dans leurs formations. Ainsi les élèves peuvent choisir au lycée les modules d’enseignements de spécialité qui vont leur permettre d’avoir ces compétences et connaissances requises » a expliqué Fabien Ben.

Pour le directeur académique, les élèves et les parents doivent savoir qu’ils peuvent choisir parmi les modules d’enseignements de spécialité d’autres lycées, même si cela signifie de changer d’établissement après la seconde. « Mais l’internat n’est souvent pas perçu comme un gage de réussite par les parents et les élèves. Il y a une réticence qui fait que certains établissements sont choisis pour leur proximité et leur prestige » a rappelé Fabien Ben.

En Saône-et-Loire tous les lycées ont minimum 7 enseignements à proposer sauf deux (celui de Cluny et Nicéphore Niepce à Chalon), qui proposeront six enseignements à cause de leur forte orientation industrielle ou technologique.

Cristian Todea

 


 

conférence presse inspection académique Mâcon  (6).JPG

MÂCON : Glisse et sensation sur la Saône avec le club de ski nautique !

MI ski nautique accueil.jpg
Le club de ski nautique et de wakeboard de Mâcon organisait ce dimanche ses traditionnelles portes ouvertes. Avec une eau à 25 °C et un grand ciel bleu, toutes les conditions étaient réunies pour des baptêmes et des initiations réussis.

VÉLO : Quand le cyclisme s’accorde au féminin en Mâconnais

CYCLISME femmes solidaires 25.jpg
Donnons des elles au vélo J-1 s’est arrêtée à Davayé une journée avant le passage du tour à Mâcon. Cette opération, qui emmène chaque jour treize cyclistes françaises, hollandaise et anglaise, sur les routes du Tour de France, est soutenue par l’association Femmes Solidaires.

MÂCON : La qualification de l'équipe d'Algérie fêtée sur les quais

MACON algerie quai 1.jpg
L'Algérie s'est qualifiée pour la finale de la CAN en l'emportant en toute fin de match (2-1) sur le Nigeria. Aussitôt le coup de sifflet final, les supporters des Fennecs sont descendus sur les quais à Mâcon pour saluer l'exploit de leur équipe.

PHOTOS : C'était le Tour de France à Mâcon

TOUR DE FRANCE 2019 MACON ALB61.jpg
Dernier volet de notre reportage sur le Tour de France à Mâcon.

SAINT-AMOUR - Tour de France : Le trio de tête est passé !

TOUR DE FRANCE _ SAINT-AMOUR38.jpg
La ronde des hélicoptères et l’arrivée des premières motos et véhicules aux galeries chargées de vélos signalèrent l’approche imminente du peloton parti de Mâcon...

SAINT-AMOUR - Tour de France : Lorsque la caravane passe...

TOUR DE FRANCE _ SAINT-AMOUR6.jpg
Ambiance familiale et bon enfant, ce matin, entre Le Plâtre-Durand et Saint-Amour, dans l’attente du passage de la caravane publicitaire. Prises de température et retour en images.

MÂCON - Direction de la MJC de l'Héritan : Jean-Marc Dumas passe la main à Nathalie Canard

NATHALIE CANARD JEANMARC DUMAS.jpg
Jean-Marc Dumas, directeur pendant 21 ans, fait valoir ses droits à la retraite. Nathalie Canard, qui connaît parfaitement la maison, prend sa suite. Retour sur le parcours d'un homme d'éducation populaire.

MÂCON-SANCÉ : Une future Zone d’Aménagement Concertée aux Quatre Pilles

ZAC MACON SANCE - 8.jpg
L’Agglomération du Mâconnais-Beaujolais (MBA) souhaite développer le potentiel économique du Nord du territoire en accueillant des entreprises artisanales.

MÂCON : La transformation de l'îlot des Minimes fait débat

reunion publique abords Ilot Minimes.jpg
Mercredi soir, à l’Hôtel de ville, la Ville de Mâcon organisait une nouvelle réunion publique autour du projet d’aménagement des abords de l’îlot des Minimes.

CLUNY ET CHAROLLES : Un nouveau contrat pour lutter contre les violences intrafamiliales, sexistes et sexuelles

contrat mobilisation  violences intrafamiliales sexistes sexuelles (1).jpg
Premiers contrats de ce type en Bourgogne Franche-Comté, ils officialisent la création des réseaux VIF (Violences Intrafamiliales) dans les communes de Cluny et Charolles.