samedi 23 février 2019

conférence presse inspection académique Mâcon  (3).JPG

Fabien Ben, directeur académique, a présenté les principales nouveautés de cette rentrée dans les écoles, collèges et lycées au cours d’une conférence de presse ce vendredi. Le point sur les grands changements.

Les écoles maternelles et primaires

La prochaine année scolaire sera marquée par l’apparition des classes de CE1 avec effectifs réduits pour 8 établissements du réseau d’éducation prioritaire (aucun à Mâcon), par la création de deux nouvelles classes ULIS (à Chalon et Charoles), et par des postes supplémentaires pour encadrer des élèves en difficulté ou pour encadrer des élèves qui ne parlent pas le Français (leur nombre a considérablement augmenté ces dernières années avec l’arrivée de réfugiés syriens, mais aussi des migrants des Balkans : 620 enfants de plus en 2018 dans tout le département).

Un poste à temps partiel dédié à ces élèves allophones concernera ainsi les écoles de Mâcon qui devront le mutualiser (poste itinérant). Ils existent déjà à Mâcon du personnel dédié à ces élèves aux écoles de Perrières et Arc-en-ciel. En Saône-et-Loire existent 17 classes de CP, 3 classes de CE1 et 5 classes CP/CE1 avec 12 élèves (effectif réduit).

Toujours à Mâcon, les écoles élémentaires Vincent Auriol et Perrières bénéficieront de classes supplémentaires, notamment à cause de l’augmentation des effectifs d’élèves.

La scolarisation, facultative, des enfants de moins de 3 ans en maternelles sera l’autre défi de la prochaine rentrée, dans le cadre de la mise en place préconisée de l’instruction obligatoire à partir de 3 ans. Conformément aux estimations, environ 150 enfants de 2 ans vont être scolarisés en Saône-et-Loire, souvent pour une demi-journée. En plus des 39 groupes de petite section qui seront créées dans les maternelles, 3 toutes petites sections feront ainsi leur apparition.

« La scolarisation précoce pour les populations les plus éloignées du monde de l’école, enfants qui ne parlent pas le Français, est très bénéfique : on crée une appétence pour l’école, des habitudes pour les élèves, on stabilise des populations » a précisé Fabien Ben.

Des écoles rurales auront des postes d’enseignants supplémentaires. Toutes celles existantes seront maintenues. Dans les regroupements pédagogiques intercommunales où il y a parfois trois ou même quatre niveaux dans la même classe, le nombre d’élèves par classe ne dépassera pas le seuil de 23, ce qui signifie que des classes supplémentaires seront créées pour respecter ce « taux d’encadrement », des classes avec des effectifs réduits.

Pas d’entrée en Réseau d’Education Prioritaire pour l’Ecole des Perrières à Mâcon ! car la carte de l’éducation prioritaire est arrêtée jusqu’en 2020, et en attente d’un rapport sur les territoires prioritaires en France, commandé par le ministre. Fabien Ben a précisé qu’il suit de près la situation de cette école où, du fait de l’arrivée des enfants étrangers, les effectifs fluctuent d’une année à l’autre et que des postes supplémentaires seront créés si la situation le demandera.

Les prévisions de l’Inspection Académique envisagent une perte de 693 élèves en Saône-et-Loire à la rentrée 2019 par rapport à la rentrée 2018 (44 598 élèves), sans baisse du nombre d’enseignants.

Le nombre d’élèves en situation de handicap accompagnés en scolarisation individuelle a augmenté et continuera de le faire : de 2016 (1271 élèves) à présent (1295 élèves). En scolarisation collective (classes ULIS), le nombre d’élèves a augmenté de 503 (en 2016) à 532 élèves de nos jours (542 estimés pour la rentrée 2019).

 

L’équité entre les établissements similaires a été le principe à la base de toutes les décisions. Nous avons assumé un soutien discriminé en direction des écoles rurales et dans des situations socio-économiques difficiles, en réseau d’éducation prioritaire ou dans des quartiers difficiles.

 

Les collèges

Cette rentrée sera marquée par la stabilisation des effectifs, avec 9 élèves supplémentaires alors que, de manière générale, depuis la rentrée 2014, ces effectifs n’ont cessé de chuter (de 21 777 à 21 261 collégiens estimés pour la rentrée de cette année). Deux classes ULIS seront créés pour les élèves avec difficultés d’apprentissage (dont une au collège Saint Exupéry de Mâcon).

Les répartitions de postes et heures par collège continueront à être sujet de discussions entre l’Inspection académique et les établissements du département, tout comme la préparation de la rentrée qui continuera avec les dernières décisions et derniers ajustements en juin et septembre.

Les lycées 

Les élèves de seconde devront choisir les enseignements de spécialité (trois de quatre heures chacun en première, deux de six heures chacun en terminale) qui servent d’appui aux épreuves du baccalauréat.

« Nous avons déjà reparti la carte des enseignements de spécialité pour chaque lycée de Saône-et-Loire. Certains lycées en ont huit. Dans ce cas-là, les élèves peuvent en choisir trois en première. Ce choix doit être fait en fonction de la spécialisation que chacun vise pour ses études post-bac. C’est le vrai enjeu du lycée et de cette réforme. Trop d’élèves, six sur dix, échouent dès la première année d’études supérieures. Maintenant les universités ont publié les compétences à maîtriser pour réussir dans leurs formations. Ainsi les élèves peuvent choisir au lycée les modules d’enseignements de spécialité qui vont leur permettre d’avoir ces compétences et connaissances requises » a expliqué Fabien Ben.

Pour le directeur académique, les élèves et les parents doivent savoir qu’ils peuvent choisir parmi les modules d’enseignements de spécialité d’autres lycées, même si cela signifie de changer d’établissement après la seconde. « Mais l’internat n’est souvent pas perçu comme un gage de réussite par les parents et les élèves. Il y a une réticence qui fait que certains établissements sont choisis pour leur proximité et leur prestige » a rappelé Fabien Ben.

En Saône-et-Loire tous les lycées ont minimum 7 enseignements à proposer sauf deux (celui de Cluny et Nicéphore Niepce à Chalon), qui proposeront six enseignements à cause de leur forte orientation industrielle ou technologique.

Cristian Todea

 


 

conférence presse inspection académique Mâcon  (6).JPG

PRISSÉ : Une tartiflette géante pour Charly !

Charly (9).JPG
L'association Team Charly avait préparé une tartiflette géante ce vendredi pour récolter des fonds au profit du poney d'Octavie.

PETANQUE : Les vétérans de la pétanque mâconnaise en pleine forme sur leurs terres et au-delà !

DSC04058 _ groupe boulodrome.jpg
Supers résultats au mois de février pour les vétérans mâconnais !

MACON : L’avenir du quartier de la Chanaye discuté entre élus et habitants

réunion publique Chanaye.jpg
Une réunion publique a eu lieu ce jeudi 21 février, avec les habitants du quartier de la Chanaye-Résidence, des élus locaux et des responsables des services techniques de la Ville, de l’agglomération et de Mâcon Habitat.

CRECHES – Château d’Estours : Le témoignage de la résistante Josette Ilinsky-Molland pérennisé dans un livre

Ouvrage_Resistance_Creches_Chateau_Estours (1).jpg
Roger Dailler, auteur du livre « Soif de vivre », lui a remis ce lundi à Nice le premier exemplaire de l’ouvrage.

SOLIDARITE : La Caf de Saône-et-Loire verse 40 360 € en soutien à des projets jeunesse

photo accueil appel à projet jeunes.jpg
13 projets d'intérêt collectif, portés par des jeunes entre 11 et 25 ans sur le thème des solidarités, vont bénéficier du soutien de la Caf de Saône-et-Loire en 2019 dans le cadre de l'Appel à projets jeunesse, pour un montant global de 40 360 euros.

MACON : A la découverte de Lamartine, homme des Affaires étrangères

conférence Lamartine Guy Fossat.jpg
Guy Fossat, écrivain et membre de l’Académie de Mâcon, a présenté une synthèse de la vision d’Alphonse de Lamartine sur les affaires étrangères de la France, dans le cadre des conférences Agora.

MÂCON : 200 personnes au rassemblement contre l’antisémitisme

MACON RASSEMBLEMENT CONTRE ANTISEMITISME 19FEV - 1.jpg
C’est au pied de la statut de Lamartine que la foule s’est réunie ce soir pour dire « Ça suffit ! » à l’antisémitisme. ACTUALISÉ ce mercredi à 14h15 : le droit de réponse de Bernard Cois.

GRAND DEBAT NATIONAL : Clôture des cahiers citoyens dans les mairies au plus tard le 21 février

Les citoyens-nes peuvent s'exprimer sur internet jusqu'au 18 mars.

Jean-Patrick Courtois appelle au rassemblement contre l'antisémitisme ce mardi soir

ACTUALISÉ MARDI Á 10 HEURES : Le député Benjamin Dirx s’associe à l’appel au rassemblement du maire de Mâcon.

MJC HÉRITAN : Une Université Populaire pour sauver le climat

UnivPop_MjcHeritan_Transition-energetique_140219 (3).jpg
La séance de jeudi soir était consacrée à la transition énergétique.

INSOLITE : Un hélicoptère survole Mâcon au petit matin

Hélicoptère_mâcon_17022019_0002.jpg
ARTICLE MIS A JOUR A 10H20 : Précisions sur les raisons du survol

ST-VALENTIN : 10 confirmations de mariage à St-Amour

StAmour (45).JPG
La mairie de St Amour a célébré la Saint Valentin ce samedi pour 10 couples venus de toute la France.

PHOTOS : C'était carnaval au lycée René Cassin (2)

CARNAVAL LYCEE CASSIN 2019 MACON - 34.jpg
2ème volet de notre album souvenirs.

PHOTOS : C'était carnaval au lycée René Cassin

CARNAVAL LYCEE CASSIN 2019 MACON - 8.jpg
Les lycéens ont sacrifié à la tradition du carnaval cet après-midi, jour de vacances. Ils étaient plusieurs dizaines à investir le gymnase pour ce qui s'est apparenté à un bal costumé. "Une fête organisée à 100% par les élèves du CVL et la MDL" a souligné le proviseur Claude Roger. Souvenirs.

LA CHAPELLE DE GUINCHAY - Grand débat : Injustice fiscale et transition écologique au coeur des échanges

GRAND DEBAT LACHAPELLEDEGUAY 15FEV89.jpg
Une soixantaine de personnes a participé à la réunion publique, ce mercredi 15 février, dès 11 heures, au Château des Broyers, organisée et co-animée par Jean-François Guéritaine, maire de la commune et Thierry Faillebin, directeur général des services, en présence du député LREM de Saône-et-Loire, Benjamin Dirx.