dimanche 24 février 2019

 CBBS REIMS 26JANV.jpg

Le match vu par le speaker

 

Tu pousses le bouchon un peu trop loin, Maurice

C’est par le souvenir de cette pub des années 2000, où l’on voyait un gamin, plein de chocolat autour de la bouche, accuser son poisson rouge d’avoir fini le pot de pâte à tartiner que je ne nommerai pas, mais qui commence par ‘’Nuté’’ et finit par ‘’Lla’’, que je débute ce ‘’match vu du speaker’’.

Mais, ce samedi soir, ce sont les Pinkies qui avaient envie de pousser le bouchon de champagne un peu plus loin. Le club de Reims débarquait au Cosec, avec son équipe de pétillantes. Reims, qui pointait à la quatrième place, à un point derrière le Cbbs au classement. Reims, qui avait battu d’un point le Cbbs en début de saison en Coupe de France. Reims, à qui le Cbbs avait piqué à l’inter-saison, Laetitia Guapo. Reims, où Irma Rahmanovic a joué il y a trois saisons. Reims, qui la dernière fois avait oublié ses maillots de jeu à la maison.

Reims et sa cathédrale, face à Charnay et son église Sainte-Madeleine. Reims et ses 182 000 habitants, face à Charnay et ses 7 500 habitants. Reims, où fut baptisé Clovis, le roi des Francs, et qui serait devenu à 1505 années près, le roi des euros. Je précise pour les ignorants, que les euros ne sont pas tous des cavaliers capés, chapeautés, masqués en noir et champions d’escrime, mais bien de la monnaie, qui a fait que tout est passé de 10 francs à 10 euros en peu de temps.

Et enfin, Reims et son champagne, face à Charnay et ses crémants de Bourgogne. Alors qu’un bon crémant vaut largement un mauvais champagne. Du coup, y’a pas de quoi se la péter avec les bulles de Chardonnay de la région Rémoise. Les nôtres me vont bien. Bref, les pétillantes ne venaient pas pour parler tricot ou canevas, mais bien pour en découdre avec des Pinkies et leur formidable début de saison.

Le fils est je, la mère est tu et le père est on

Je le savais depuis quelques jours, ce n’était plus un secret. Une centaine de personnes du club de basket du Pérréon devait être présente ce soir. Je confirme. Elles étaient bien là, avec à leur tête, leur sympathique président, Yvan Farjat. On les a vus, et on les a surtout entendus. Du plus jeune au plus ancien, tout le monde y est allé de son encouragement tout au long du match. Ils ont mis une ambiance comme rarement j’en ai vu au Cosec. Mais, j’y reviendrai. Des U13 féminines région de Chalon étaient également présentes dans les gradins.

C’est pas parce qu’on est au régime qu’on ne regarde pas le menu

Tout était prêt. Les équipes, les coachs, les arbitres, la table de marque, le public conséquent, et haut en couleurs avec une banderole géante inédite, la buvette (avec des nouveaux verres en carton recyclable). Les pizzas cuisaient, le saucisson mijotait, les pommes vaporisaient, les fromages chevraient, et les tartes pommaient. Comme les Rémoises en fin de match, j’espère. Les U18 région, étaient présentées au public en même temps que leurs grandes sœurs de Ligue 2.

Il ne manquait que Romane Jeanneaux, qui blessée à un genou, était mise au repos. Le coup d’envoi de cette rencontre était donné par Claire Buhot, charmante représentante du Crédit Mutuel, la seule banque qui fait parler les chiens à la télé, qui appartient à ses clients, et parrain du match de ce soir. Les domaines de Valanges de Davayé, et Yannick de Vermont de Vaux en Beaujolais, se tenaient en embuscade, prêts à décapsuler leurs bouteilles, lors de la soirée VIP. Merci à tous.

Une cagnotte Leetchi par jour c’est bien ! Il manque 4 fruits et légumes à trouver 

Coup de sifflet arbitral, et c’est parti mon kiki, pour 40 minutes de basket de haut-niveau. Ça joue, ça dribble, ça passe, et pan, un trois points tiré par Reims trouve la cible, et du coup, met en route le tableau d’affichage, du côté pétillant. Re-pan deux minutes plus tard. Les plombs sautent, disjonctent, et le Cosec se retrouve en moins de temps qu’il n’en faut à ceux qui font partie d’un gratin d’avocats, pour défendre celles que la cour jette, dans le noir complet. Du coup, le public s’émeut, se trouble, et se met à faire des Ahh !!, des Ohh !!, alors que les dirigeants se dirigent à grands pas vers l’armoire à plomb. C’est réenclenché. Le courant revient. L’affichage se rallume.

La partie reprend. Et re-re-pan, le compteur Linky du Cosec re-re-pète les plombs. L’arbitre s’agace, s’irrite, s’énerve, s’exaspère, m’interroge. Je lui propose de mettre une cagnotte Leetchi en route, des fois que la commune de Charnay n’est pas réglée sa dernière facture EDF. Les joueuses, pour ne pas se refroidir, se rééchauffent sous les paniers. Dix minutes plus tard, tout est réparé. Le match peut reprendre. Laetitia Guapo, ex-rémoise, fait parler la poudre, avant que toute l’équipe participe et y mette du sien. Extérieur, intérieur, rien n’arrête les filles en rose. La rémoise Asia Logan, pourtant pas joueuse low cost de chez Dacia, et ses coéquipières tentent de résister à la vague rose des Pinkies.

Fin du premier ¼ temps : 22-13. Début du second, on prend les mêmes et on recommence. Les Charnaysiennes prennent le temps de dresser un mur aussi infranchissable que celui de Berlin dans leur zone, avec des panneaux d’interdiction d’entrer. Comme les Rémoises sont peu disciplinées, elles essayent quand même, mais butent sur des gardes-frontières qui ne rigolent pas. Fin de la première mi-temps : 38-21.

Ola, Olé, Au lait, Au lit, Honolulu

Les 20 dernières minutes démarrent sur les chapeaux de roues. Les Pinkies balancent du 2 et du 3 points, comme si de rien n’était, face à des Champenoises qui ne savent plus quoi faire. Les Charnaysiennes tissent leur toile comme Spiderman. Au contraire du prince Charles, qui lui n’est toujours pas un homme à régner. Alors que la princesse Grace de Monaco était la femme à Rainier, elle. Ce court moment écrit pour les arachnophobes princiers, permet de passer le troisième 1/4 temps.

Troisième ¼ temps, pendant lequel nos amis du Pérréon, décidément inarrêtables, lancent plusieurs ‘’Ola’’, qui font le tour du Cosec dans une ambiance survoltée. Ils sont vraiment, ils sont vraiment phénoménaux… Merci à vous ! Vous revenez quand vous voulez !! Ce moment d’émotion passé, revenons à nos moutons rémois. 56-34 au bout de 30 minutes. A mon avis, le match est plié.

Heureusement que l’effervescence ne coûte pas cher. Je m’en fous, je roule au diesel

Malgré ce dernier ¼ temps offert aux Rémoises, les Pinkies pétillent toujours, alors que leurs adversaires coincent un peu moins la bulle, et se remettent à jouer. Matthieu veille au grain, et en donne à moudre à l’adversaire. Laetitia sort pour 5 fautes. Pas grave, ça continue. Le match se termine sur le score de 64-47, devant un public debout et chaud comme une femme qu’a la braise en Sicile. Ban bourguignon, tour d’honneur. Les jeunes Pérréonnaises se font photographier, et demandent des autographes aux Pinkies qui jouent le jeu, et ne se font pas prier pour ce moment de partage, après cette belle victoire. Quelle belle soirée !

Comme pour remercier le Pérréon, la suite de la soirée fut Beaujolaise 

Avec son saucisson cuit dans le vin rouge, et ses pommes de terre vapeur. Repas excellent et convivial, auquel ont participé près de 300 personnes, dans une ambiance détendue et pleine de sourires. Même pas mal à la tête ce matin.

Et ensuite ? Me demandez-vous

Je vous réponds que c’est simple. Le marathon avec un match par semaine continue. Les filles se rendent à Aulnoye dans le Nord, le weekend prochain, avant de recevoir Toulouse et ses mangeuses de cassoulet dans 15 jours, même endroit, même heure.

  • Duel des scoreuses : Laetitia 15 pts, Laure 11 points pour le Cbbs
  • Pour Reims : Elisabeth Pavel 17 pts et Asia Logan (de chez Dacia) 12 pts

 

Rémy MATHURIAU

Photos Dominique Martin

 



Sample-0002CCBS Reims.jpg

Photos Dominique Martin

Sample-0003CCBS Reims.jpg

Sample-0004CCBS Reims.jpg

 

Sample-0006CCBS Reims.jpg


 

Sample-0011CCBS Reims.jpg


Sample-0012CCBS Reims.jpg

Sample-0013CCBS Reims.jpg



Sample-0015CCBS Reims.jpg 


Sample-0016CCBS Reims.jpg


Sample-0017CCBS Reims.jpg


Sample-0018CCBS Reims.jpg


Sample-0020CCBS Reims.jpg


Sample-0023CCBS Reims.jpg

Sample-0025CCBS Reims.jpg


Sample-0026CCBS Reims.jpg