mardi 18 juin 2019
  • MA REGION EST LA BOURGOGNE SPORT.jpg
  • PRESENTATION SAISON 2019 THEATRE MACON (1).jpg
  • SEQUANES JUIN2019.jpg

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg

Kevin C., 31 ans, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel pour des faits de violences commis le 10 décembre à Mâcon.

 

Coup et insultes contre sa compagne et un collègue de celle-ci venu la défendre. Cette fin d’après-midi prenait une tournure démentielle pour cette femme chauffeur de poids-lourd. Fou de jalousie, n’acceptant qu’elle se rende chez sa mère après le travail, Kevin C. a débarqué là où il savait la trouver après avoir tenter de l’en dissuader par texto : à l’entrepôt logistique de Carrefour Supply chain.

Après cela, insultes envers les policiers, crachat sur un aide-soignant !…

 

Il est 17h30 quand les policiers, alertés par la direction de l’entrepôt, viennent le cueillir à proximité. Quelques minutes auparavant, Kevin venait de déverser sa colère sur sa compagne à coups de pied et coups de poing. Une chance qu’elle s’en sorte sans blessure. Un collègue s’était interposé, prenant au passage coups et insultes.

Les policiers le font souffler. Aucune trace d’alcoolisation ! Notre homme est un toxicomane qui se soigne à la méthadone. Ce jour-là, il n’a pas pris son traitement. La jalousie maladive prend possession de son être tout entier, le rend fou au point de frapper et d’insulter tout ce qui passe, y compris les policiers, qui l’embarquent et le conduisent à l’hôpital. C’est là-bas qu’il s’en prend à eux, car l’interpellation s'est plutôt bien passée. « Flic de merde, petit enculé… je vais baiser leurs femmes et leurs mères »… un niveau de violence rarement atteint…

 

Notre homme est récidiviste. Six mentions au casier judiciaire depuis 2009, dont deux condamnations pour violences sur conjointe, sur son ex, avec qui il a deux enfants.

Sa compagne actuelle a déjà subi sa violence. « Pourquoi porter plainte seulement aujourd'hui ? » interroge le juge. « J’ai ouvert les yeux, et je voulais protéger mon fils » répond-elle. Des affaires de stup et d'infractions au code de la route également. 

 

Aujourd’hui SDF (20 000€ de dettes de loyer), sans travail, il vit chez elle. Elle a bien voulu le recueillir, lui donner encore une chance.

Après les violences du 10 décembre, c’est terminé, définitivement ! Elle n’a pas d’avocat mais est accompagnée d’une personne de l’AMAVIP (association d’aide aux victimes d’infractions pénales). Elle s’est constituée partie civile, ne demande que l’interdiction qu’il s’approche encore d’elle.

 

Kevin C. est présenté sous escorte. Il a été incarcéré le 12 à la suite des violences commises le 10. Présenté au tribunal en comparution immédiate, il avait sollicité un délai pour préparer sa défense. Le voilà donc à nouveau, ce 7 janvier, devant le juge.

Fait surprenant, son avocate l’a lâché, elle n’est pas là. Le président décide donc de suspendre l’audience pour prendre contact. Pas de réponse. C’est donc une autre avocate qui est appelée et vient assurer sa défense. 2 heures pour prendre connaissance du dossier et défendre une homme que tout accable, y compris sa reconnaissance des faits. Elle tentera le tout pour le tout en plaidant l’insécurité affective, la honte qu’il a de lui-même. Cela ne pèsera que très peu.

La première audience s’était mal passée. Il avait tenté de se tailler les veines devant le juge avec le manche d’une cuillère en plastique sortie de sa poche.

 

Cette somme de circonstances fera la peine prononcée : il est déclaré coupable de tous les faits qui lui sont reprochés et écope de 24 mois de prison, dont 9 avec sursis, assorti d’un SME (sursis mise à l’épreuve de 3 ans). Le maintien en détention est également prononcé. « Le tribunal a estimé que les faits étaient très graves Monsieur » lui explique le juge Mahrez Abbassi, qui lui indique également une interdiction de se présenter au domicile de la victime et de rentrer en contact avec elle. 

 

Rodolphe Bretin

 

CHAINTRÉ : Homicide volontaire dans un hôtel des Bouchardes

MEURTRE CRECHES SUR SAONE - 1.jpg
Actualisé à 10h10 : Le meurtrier présumé s'est rendu au commissariat. Actualisé à 12h30 : Il aurait étouffé sa femme. L'hôtel est situé sur la commune de Chaintré et non pas Crêches-sur-Saône.

ROMANECHE-THORINS : Le petit train de Touroparc fermé suite à un accident qui a blessé sept personnes

le-petit-train-du-touroparc-photo-anthony-levrot-flickr-1559409173.jpg
En début d'après-midi ce samedi, le petit train s'est renversé, avec à son bord une trentaine de personnes. Sept personnes ont été blessées, dont trois enfants.

SAÔNE-ET-LOIRE : Incident chimique à l’usine de traitement d’eau potable de Blanzy

La Sorme a été polluée. 80 pompiers de tout le département ont été mobilisés.

MÂCON : 3 blessés, dont 1 grave, dans un accident impliquant une dépanneuse

ACCIDENT MACON 28MAI RUECASSIN - 2.jpg
Actualisé : les jours de la passagère de la Peugeot, placée en urgence absolue par les pompiers, ne sont pas en danger.

FUISSÉ : Un viticulteur blessé dans un accident de tracteur

FUISSE TRACTEUR TONNEAUX - 3.jpg
ACTUALISÉ à 17h55 : C'est une vitesse qui s'est enclenchée et a provoqué l'accident sur un terrain à fort dévers. Le tracteur a fait un tonneau.

MÂCON : bizarre et surprenant... le fait du nettoyeur de la Saône

VELO SAONE MACON 222.jpg
ACTUALISÉ - Le fin mot de l'histoire, une histoire qui met au jour une chose que sans doute peu de gens savent : la Saône est considérée par quelques uns.es comme une poubelle !...

MÂCON : MacDonald's Nord (à Sancé) ravagé par les flammes cette nuit

MACDO MACON SANCE - 5.jpg
ACTUALISÉ : La police scientifique se rend sur place cet après-midi pour tenter de déterminer la cause de cet incendie dévastateur. Le gérant de l'établissement annonce d'ores et déjà la reconstruction du Mac Donald's d'ici 6 à 9 mois maximum.

THOISSEY : Collision frontale au niveau du port

COLLISION FRONTALE PORT THOISSEY - 1.jpg
Un des blessés, gravement touché, a été héliporté.

MÂCON : Un quadragénaire profère des menaces de mort de chez lui vers l'extérieur

1541352411_police-afp.jpg
Les faits se sont produits hier soir rue de Bourgogne à Mâcon. Il était à peu près 20h30 quand un homme de 45 ans, alcoolisé, a proféré des menaces de mort vers l'extérieur, envers les pompiers notamment. Il était chez lui dans son appartement.