Collage film Dominique Marchais Mâcon.jpg

L’association de cinéphiles L’Embobiné et le Cinémarivaux avaient programmé ce dimanche trois des films du réalisateur français Dominique Marchais. Il est venu discuter avec les spectateurs lors de ces projections.

Son dernier documentaire « Nul homme n’est une île », mais aussi « La ligne de partage des eaux » et « Le temps des grâces », étaient programmés. Ces films traitent des alternatives aux modèles actuels d’organisation des sociétés occidentales en s’inspirant des exemples trouvés dans d’autres pays (vous trouverez en fin de reportage les bandes annonces des trois films). Un clin d’œil au forum des alternatives « Alternatiba », qui se déroulait ce même week-end à Cluny.

« Le point de départ a été le paysage. Pour moi, c’était la porte d’entrée dans les questions d’agriculture, d’écologie, de gestion de l’eau, de gouvernance et d’urbanisme. Regarder le paysage rural, observer ses métamorphoses et essayer de comprendre ce que ça raconte et quelles sont les forces qui le façonnent. Et à partir du paysage, comprendre le monde dans lequel on vit » a expliqué Dominique Marchais. En allant dans d’autres pays, l’auteur confie qu’il voulait rencontrer des gens qui avaient un autre rapport à la politique, à l’autorité et à la démocratie.

Dominique Marchais Embobiné Mâcon (5).JPG

C’est une façon de questionner la France. Et pour faire cela, il faut en sortir. On est pris dans notre culture et nos traditions politiques où on a du mal à croire qu’on puisse penser autrement. Nous avons tendance de croire qu’on a tout compris mieux que tout le monde. Ce qui est manifestement faux. Nous avons un système qui peut être efficace, mais qui peut être aussi une source d’inertie incroyable. Aujourd’hui, on en est là. Les Français doivent connaître ce qui se fait bien chez nos voisins européens. Ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas des bonnes pratiques et volontés en France, mais on a un problème à passer à l’échelle supérieure.

 

« Est-ce qu’un projet de paysage est un projet politique ? Est-ce qu’un projet politique est un projet de paysage ? » se questionne le documentaliste dans ses films.

Diplômé de philosophie et critique de cinéma, Dominique Marchais est connu du public mâconnais en tant que participant à deux des éditions de la Manufacture d’idées.

Cristian Todea

 



Dominique Marchais Embobiné Mâcon (1).JPG

Dominique Marchais, accueilli par l'équipe de l'Embobiné

Dominique Marchais Embobiné Mâcon (3).JPG

Dominique Marchais Embobiné Mâcon (4).JPG

Dominique Marchais Embobiné Mâcon (6).JPG

Dominique Marchais Embobiné Mâcon (7).JPG