lundi 19 août 2019
  • ROUTE71 CD71 2019 - 1.jpg
  • ETE FRAPPE MACON 2019 16JUILLE - 1.jpg
  • WINE TOUR MACON 2019 UNE.jpg
  • locaux commerciaux MACON HABITAT.jpg

greve-ehpad-saint-laurent-sur-saone---1.jpg

Les personnels de l’Ehpad avaient initié une grève mardi matin dont la durée était prévisionnellement illimitée. Devant la bonne volonté du directeur par intérim de reprendre le dialogue, celle-ci a été levée le soir même.

Cette grève concernait uniquement l’établissement de St Laurent-sur-Saône qui comporte 120 personnels.

 

Selon Marie-Laure Get-Brevet, secrétaire générale de la CFDT Ain secteurs santé et social, « nous avons été interpellés par les représentants du personnel et les délégués syndicaux suite à une réunion avec la direction le 12 juin dernier. Lors de celle-ci, Claude Maréchal, directeur par intérim de l’établissement (Madame Pichat, ancienne directrice, est en arrêt depuis un an et demi), a annoncé un déficit prévisionnel de plus de 350 000 euros sur l’exercice 2018 imputable, selon lui, à la masse salariale. Pour les personnels de cet établissement familial, il s’agissait d’une stigmatisation. Ceci d’autant plus, que rien n’avait été présenté aux instances du personnel (CTE et CHSCT). »

 

Lors de la réunion du 12 juin, le directeur Claude Maréchal a annoncé différentes restrictions pour financer les 11 anciens contrats aidés à budgéter dorénavant sur le budget de l’établissement :

  • Modification des astreintes des maîtresses de maison,

  • Non renouvellement de certains postes,

  • Non remplacement des arrêts maladies de moins de 15 jours,

  • Baisse du volume de RTT.

 

« Un courrier a été adressé à la direction début juillet. Devant l’absence de réponse, nous avons déposé ce préavis de grève illimitée la semaine dernière. Nous dénonçons les restrictions budgétaires mais sommes prêts à reprendre le dialogue » a déclaré Marie-Laure Get-Brevet.

 

« Nous avons rencontré la direction ce mardi matin. Ils se sont aperçus qu’ils avaient fait une grosse boulette en n’intégrant pas les personnels à la réflexion. Un groupe de travail devrait être mis en place dès septembre avec représentation des différents professionnels. La CFDT interviendra également sur la renégociation de l’accord RTT. Claude Maréchal nous a assuré avoir réalisé des demandes de fonds exceptionnels auprès de l’Agence Régionale de Santé (ARS) Auvergne Rhône-Alpes et du Conseil Départemental de l’Ain » poursuit la secrétaire générale de la CFDT.

 

38 grévistes sur 44 agents assignés s’étaient déclarés, le mouvement a ainsi été suivi par 86% des personnels. Ceux-ci ont décidé collégialement de la suspendre dès le mardi soir du fait des avancées obtenues. « Nous n’hésiterons pas à reprendre le mouvement courant septembre si la direction ne tient pas ses engagements » explique Agnès Laurent, déléguée CFDT à la Maison Bouchacourt.

 

« La souffrance au travail à l’Ehpad de St Laurent n’est pas une situation isolée. Nous sommes énormément sollicités par les différents établissements, publics et/ou privés, du département » nous a confié Marie-Laure Get-Brevet. « Le plan gouvernemental Ehpad est une goutte dans l’océan. Il représente seulement 1,2 millions d’euros supplémentaires pour le Département de l’Ain. »

 

Joint par téléphone ce mercredi, le directeur par intérim Claude Maréchal a tenu à rappeler que « la convention tripartite (Ndlr : la feuille de route de l’établissement) signée pour cinq ans entre l’établissement et les financeurs (Département et ARS) début 2014 comportait une proportion importante de contrats aidés. Le système est destructeur : les moyens stagnent alors que la masse salariale, qui représente 80 % du budget, augmente tous les ans du fait du glissement vieillesse-technicité (Ndlr : passage d’échelon des agents par exemple). Je comprends la démarche des agents : ils ne sont ni reconnus, ni bien payés. Il faudrait que les financeurs mettent la main à la poche ! »

 

Éric Bernet