mardi 23 octobre 2018

 

Communiqué de l’association départementale « Agir pour la Laïcité et les valeurs de la République »

L’idée de la laïcité en France est ancienne. Elle ne saurait être réduite à la loi du 9 décembre 1905 qui en pose les bases juridiques en organisant la séparation des pouvoirs spirituels et politique. C’est un fait qu’il est essentiel de rappeler : la laïcité est liée à notre histoire et à notre culture. Sans ce principe érigé en loi de la République, comment animer l’enthousiasme et l’ambitieux  triptyque Liberté Égalité Fraternité, comment affirmer l’égalité des femmes et des hommes, comment affirmer l’égalité des citoyens?

C’est grâce à ce principe que nous pouvons réellement  faire société au-delà de nos opinions, de nos origines ou  de nos religions.

Alors, aujourd’hui, comment expliquer la pluie de critiques s’abattant systématiquement sur ceux qui défendent et clament les vertus de cette laïcité. Comment expliquer ce minutieux et tenace travail de sape qui ne doit ni au hasard ni à l’improvisation?

La laïcité serait contre les religions, mais qui l’affirme ? La loi de 1905, au contraire, garantit la liberté de conscience de tous.

Le lien avec les églises serait abimé? Quels sont les torts de la République? (et pourquoi en aurait-elle ?)

La défense de la laïcité amènerait au radicalisme? Mais de quoi parle-t-on : de l’organisation de conférences durant lesquelles sont rappelées les valeurs de la République, d'une défense d'une éducation et d'un enseignement égalitaire?

A qui profitent ces attaques si ce n’est aux plus radicaux des religieux en rupture avec le pacte républicain?  Il suffit de visiter les sites internet des organismes qui animent ces polémiques pour le comprendre : derrière la remise en cause du principe de laïcité c’est la République qui est visée. La tolérance qui y est souvent évoquée cache mal le souhait d’un droit à plusieurs vitesses selon les appartenances.

Que cache ce projet? :

-la promesse d'un modèle libéral, sans valeurs politiques, philosophiques, autres que celle du marché ? 

-le choix d'une société sous la coupe d'un ordre moral religieux placé au-dessus de tout autre système ?

Des élus présents à la rupture du jeune du Ramadan, un président chanoine du Latran reçu au Vatican, des remises en cause du système scolaire public…. Agir pour la laïcité et les valeurs de la République observatoire de la laïcité en Saône et Loire regrette ces atteintes au principe de Laïcité qui insidieusement affaiblissent la République.

Défendre la laïcité, ce n’est pas combattre la singularité de chacun, c’est permettre qu’ENSEMBLE nous construisions une société sociale et démocratique qui respecte tous ses membres, dans toutes leurs différences.

 

Informations : contact@laicitevaleursrepublicaines71.org

POLITIQUE : Huit Français sur 10 prêts à se battre pour l'Europe... Les Marcheurs avec eux

En_Marche_Europe.jpg
Les citoyens désirant faire acte de candidature pour les élections européennes ont jusqu'au 15 novembre.

POLITIQUE : Une rentrée avec une ministre pour les Marcheurs de Saône-et-Loire, pour booster la foi

DIRX VIDAL LAREM71.jpg
Invitée à Tournus par LaREM à l’occasion de la rentrée départementale du parti, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, est venue transmettre son enthousiasme.

RENTREE POLITIQUE DE LaREM 71 - Francois Patriat : « France is back !… et on fait ce qu’on a dit ! »

LAREM71 PATRIAT5 - 1.jpg
L’ex-président de la Région Bourgogne, aujourd’hui président du groupe LaREM au Sénat et des députés LaREM de Saône-et-Loire, a conclu la matinée de travail et d’échanges avec les Marcheurs de Saône-et-Loire réunis à Tournus. Extraits de son intervention.

DEMISSION DE NICOLAS HULOT – Benjamin Dirx : « Il se trompe sur son bilan »

BENJAMIN DIRX HULOT.jpg
Le député de la 1ere circonscription a réagit pour macon-infos à la suite de la démission du ministre de la Transition écologique.

DÉMISSION DE NICOLAS HULOT : "Nous ne voulons plus nous mentir" réagissent les écologistes d'EELV BFC

A lire aussi, les réactions de la CAPEN 71 et des Jeunes Avec Macron.