dimanche 16 juin 2019
  • MA REGION EST LA BOURGOGNE SPORT.jpg
  • PRESENTATION SAISON 2019 THEATRE MACON (1).jpg
  • SEQUANES JUIN2019.jpg

VIOLENCE CONJUGALE MACON.jpg

C'est ce qui a été mis au jour ce lundi après-midi au cours d'une comparution immédiate.

 

J.T., dans le box des accusés, la trentaine, bel homme, s'en est pris à sa compagne ce 22 juin au soir. Alors qu'elle passe chez elle avant de sortir avec une amie pour la fête de la musique, J.T. se sent un besoin irrepressible de lui parler de cette séparation qu'ils envisagent depuis quelques semaines.

Le problème est qu'il a bu et qu'il perd le contrôle. Comme il l'avait perdu 6 mois auparavant, drogué à la cocaïne, sur sa femme enceinte, écopant alors de 4 mois de prison avec sursis assortis d'un sursis mise à l'épreuve de 2 ans.

 

Ce vendredi soir, il est donc sous le coup de ce sursis quand il s'adresse à Mylène (le prénom de la victime a été changé par nos soins, par respect pour elle).

Deux ans qu'ils sont ensemble. Un petit garçon est né de leur union. Il a trois mois. Heureusement, il n'est pas là quand la dispute éclate. Il est chez sa grand-mère.

Heureusement en effet, car papa se montre particulièrement violent envers maman quand il a bu. Ce vendredi soir, son taux d'alcool dans le sang atteint 1g54.

 

Il est 21h et Mylène sort du travail et s'apprête à sortir. Particulièrement énervé, il balance un coup de poing dans le placard avant de lui distribuer plusieurs gifles, lui met un coup de genou dans la cuisse qui la fait tomber. Elle se relève, s'assoit sur le lit, lui demande de se calmer, mais il l'attrape par le coup et commence à l'étrangler. Puis il reprend ses esprits et... appelle la police. « C'est la 1ere fois en 15 ans que je vois ça : l'auteur des violences qui appelle lui-même la police ! » C'est Maître Vieudrin qui parle, son avocate, sa chance ! Il en faut toujours un peu dans la vie...

 

Sa compagne s'avance à la barre et demande 100€ de dommages et intérêts, ainsi que de ne plus le voir s'approcher de leur domicile à Mâcon.

Maître Vieudrin souligne dans sa plaidoirie « la gestion administrative calamiteuse de ce dossier » : la victime a présenté un certificat médical qui atteste de la violence subie ce soir-là, mais il se trouve que ce certificat a été produit le jour même de la comparution immédiate.

« J'entend bien la souffrance de madame mais qu'est-ce que ça veut dire que cette garde à vue qui prend fin et qui reprend ?... ce certificat qui arrive aujourd'hui-même alors que, me semble-t-il, en pareil situation, c'est tout de suite que Madame aurait dû voir un médecin, pour que le parquet ordonne un éventuel mandat de dépôt. Mais non, le mandat de dépôt est demandé aujourd'hui par madame la procureure. Tout cela a le caractère de la gestion loufoque ! »

 

Ajoutées à cela, la reconnaissance des faits par le prévenu, l'absence du bébé au domicile le soir de cette dispute qui dégénère, les démarches d'emploi et de déménagement qu'a déjà entamé J.T., une garde à vue qui reprend sans difficulté, et sa vie va en être changée par la clémence du juge, sensible aux arguments de la défense... alors que la procureure requierait donc le mandat de dépôt (incarcération immédiate), c'est 8 mois de prison dont 4 avec sursis qu'il obtient, assortis d'un SME (Sursis mis à l'épreuve de 2 ans) et obligation de soins, ainsi que l'interdiction de paraître au domicile de la victime. Pas de mandat de dépôt en a finalement décidé le tribunal. J.T. bénéficiera d'un aménagement de peine avec bracelet électronique.

 

Entré sous escorte policière, il ressort du tribunal libre, mais avec l'obligation de se rendre au SPIP (service pénitenciaire d'insertion et de probation). Sinon, les 4 mois risquent de tomber. « Vous avez votre destin entre vos mains Monsieur » a conclu le juge Santourian.

 

Rodolphe Bretin

 

CHAINTRÉ : Homicide volontaire dans un hôtel des Bouchardes

MEURTRE CRECHES SUR SAONE - 1.jpg
Actualisé à 10h10 : Le meurtrier présumé s'est rendu au commissariat. Actualisé à 12h30 : Il aurait étouffé sa femme. L'hôtel est situé sur la commune de Chaintré et non pas Crêches-sur-Saône.

ROMANECHE-THORINS : Le petit train de Touroparc fermé suite à un accident qui a blessé sept personnes

le-petit-train-du-touroparc-photo-anthony-levrot-flickr-1559409173.jpg
En début d'après-midi ce samedi, le petit train s'est renversé, avec à son bord une trentaine de personnes. Sept personnes ont été blessées, dont trois enfants.

SAÔNE-ET-LOIRE : Incident chimique à l’usine de traitement d’eau potable de Blanzy

La Sorme a été polluée. 80 pompiers de tout le département ont été mobilisés.

MÂCON : 3 blessés, dont 1 grave, dans un accident impliquant une dépanneuse

ACCIDENT MACON 28MAI RUECASSIN - 2.jpg
Actualisé : les jours de la passagère de la Peugeot, placée en urgence absolue par les pompiers, ne sont pas en danger.

FUISSÉ : Un viticulteur blessé dans un accident de tracteur

FUISSE TRACTEUR TONNEAUX - 3.jpg
ACTUALISÉ à 17h55 : C'est une vitesse qui s'est enclenchée et a provoqué l'accident sur un terrain à fort dévers. Le tracteur a fait un tonneau.

MÂCON : bizarre et surprenant... le fait du nettoyeur de la Saône

VELO SAONE MACON 222.jpg
ACTUALISÉ - Le fin mot de l'histoire, une histoire qui met au jour une chose que sans doute peu de gens savent : la Saône est considérée par quelques uns.es comme une poubelle !...

MÂCON : MacDonald's Nord (à Sancé) ravagé par les flammes cette nuit

MACDO MACON SANCE - 5.jpg
ACTUALISÉ : La police scientifique se rend sur place cet après-midi pour tenter de déterminer la cause de cet incendie dévastateur. Le gérant de l'établissement annonce d'ores et déjà la reconstruction du Mac Donald's d'ici 6 à 9 mois maximum.

THOISSEY : Collision frontale au niveau du port

COLLISION FRONTALE PORT THOISSEY - 1.jpg
Un des blessés, gravement touché, a été héliporté.

MÂCON : Un quadragénaire profère des menaces de mort de chez lui vers l'extérieur

1541352411_police-afp.jpg
Les faits se sont produits hier soir rue de Bourgogne à Mâcon. Il était à peu près 20h30 quand un homme de 45 ans, alcoolisé, a proféré des menaces de mort vers l'extérieur, envers les pompiers notamment. Il était chez lui dans son appartement.