samedi 23 février 2019

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg

Quand la vie ne fait pas de cadeau, s’en sortir relève du combat quotidien. C’est le cas pour ce jeune homme de 25 ans, A.K., qui comparaissait ce vendredi devant le tribunal de Mâcon pour des faits de vols, rébellion, et consommation de cannabis, le tout en récidive.

 

25 ans, un passif qui va le conduire à s’expliquer dans le cadre d’une comparution immédiate pour vols et rébellion commis le 22 mai. « Pas de réelle gravité » défendra son avocat Maître Pierre Dufour, « simplement un enfant de la rue qui a subit de la maltraitance. »

Le passé était alors évoqué : son père meurt alors qu’il a 11 ans. Les ennuis avec la justice ne vont faire que commencer. 25 ans et 25 mentions au casier judiciaire ! Le voilà le passif qui justifie la comparution immédiate ce 24 mai. 80% d’entre elles sont les mauvais fruits de cette enfance traumatisée par le choc de la perte du père. Le 24 mai, A.K. demande un délai pour préparer sa défense. Un mois après, il revient donc dans le box des accusés, escorté par les policiers. 

 

Après le choc traumatique, il y aura la « cassure » insiste tout de suite son avocat : un an et demi de vie en Turquie dans la famille du défunt père, qui lui inflige des mauvais traitements. « Le séjour en Turquie, c’est un cauchemar » précise maître Dufour.

A.K. rentre en France grâce à sa mère. Mais le gamin est mal en point. « Là-bas, je vivais de petits boulots. Ces gens me tapaient et m’attachaient. Quand je suis revenu en France, je ne savais plus ce que j’étais… Français, Turc ?… J’étais devenu un enfant de la rue. La rue était ma thérapie. »

Il sera placé en CEF (centre éducatif fermé) et connaîtra la prison pour escroquerie, violences, délit de fuite, violences sur personne dépositaire de l’autorité publique. Les refuges ? Alcool et stupéfiants (jusqu’à dix cigarettes par jour).

 

Ce 22 mai, à 10h25, il est interpellé à un distributeur automatique de billets pour vol d’une sacoche au gymnase du CFA automobile de Mâcon. Il est entré dans les vestiaires. Il cherchait soi-disant un ami, et repart avec cette sacoche, contenant notamment un téléphone portable et une carte bleue dont il est soupçonné de s'être servi pour effectuer deux achats sur internet, selon le propriétaire. A.K. conteste ces achats.

Au cours de l’interpellation, il tente de fuir, saisit la policière qui essaie de l’attraper en tirant sur son tee-shirt par les bras, et la repousse, à deux reprises. Puis il heurte un poteau de chantier, tombe et se retrouve maintenu au sol par deux policiers.

 

Au début du mois de mai, un vol de portable dans une maison en chantier de rénovation est signalé par un dépôt de plainte de la propriétaire des lieux. Notre homme est l’auteur du vol. Il travaillait pour l'entreprise en charge du chantier de rénovation. Le téléphone contient une application qui permet de le géolocaliser. A.K. est confondu rapidement, d’autant qu’il s’est servi du téléphone avec sa carte sim personnelle.

Ces deux derniers faits et le casier bien chargé le conduiront directement en prison le 24 mai, et maintien en détention le 25 après une première comparution.

 

Son avocat se retrouve avec la procureure sur le principe du sursis mise à l’épreuve pour tenter de mettre fin à l’escalade, provoquer la prise de conscience. A.K. confie participer à un groupe de parole en prison, pour extirper le mal.

 

« C’est une grande immaturité que vous pouvez constater chez cet homme » défend maître Dufour. « Il agit avec les réflexes de l’enfant de la rue. Il y a quelque chose à faire pour cet homme, bien loin d’être un voleur professionnel. J’apprécie et je partage l’idée de la peine de prison révocable de Mme la procédure. En revanche, il me semble qu’une peine 8 mois de prison fermes, c’est trop » (le ministère public requérait quelques minutes avant 12 mois de prison dont 4 avec sursis assortis d’une sursis mise à l’épreuve de 2 ans).

Il sera en partie entendu : la décision du tribunal condamne A.K. à 1 an de prison dont 6 mois avec sursis, assortis de 3 ans de SME, obligation de soins psychologiques et en addictologie. Il également décidé de le maintenir en détention.

 

Sa compagne, qui a deux enfants, l’attendra à sa sortie. Le projet familial est réel : avoir la garde des enfants et vivre tous ensemble. L’espoir d'en finir avec les fantômes du passé est entier.

 

Rodolphe Bretin

 

MÂCON-LOCHÉ : Suicide sur les voies du TGV

L'accident est survenu ce début d'après-midi sur les voies de la ligne TGV, allant de Mâcon à Lyon.

TRIBUNAL DE MÂCON : Contrôlé deux fois en une semaine au volant alors qu’il n’avait pas le permis

TGI_MACON.jpg
A 64 ans, Patrick est bien connu des services de police : 24 mentions au casier judiciaire !

TRIBUNAL DE MÂCON : Fou de jalousie, il frappe, insulte et crache sur tout ce qui passe

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg
Kevin C., 31 ans, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel pour des faits de violences commis le 10 décembre à Mâcon.

PONT-DE-VEYLE : Une maison en feu dans la grande rue

Feu_habitation_Pdv_161218 (5).jpg
ACTUALISÉ LUNDI 14H : Un appel urgent à une aide vestimentaire est lancé.

MÂCON : Une blessée grave dans une collision avec délit de fuite

ACCIDENT MACON RUE BIGONNET 0912 - 5.jpg
ACTUALISÉ : Un appel à témoins est lancé.

SAÔNE-ET-LOIRE : 3 morts dans un crash d'avion près de Charolles

Crash avion.jpg
Après des recherches par hélicoptère, l'avion a été localisé vers 14h dans le bois de Beaubery. Les trois occupants, pilote et passagers, sont morts carbonisés. ACTUALISÉ : Le procureur Eric Jaillet, qui s'est rendu place, a donné les 1eres informations en milieu d'après-midi.

TRIBUNAL DE MÂCON – Violences conjugales : jusqu'à la plaie et l'hématome au visage

VIOLENCE CONJUGALE MACON.jpg
Elle était là, assise en face de la juge, le visage marqué par les blessures. Son homme était à quelques mètres, dans le box des accusés, escortés par les gendarmes. Le couple s'est battu dans la nuit de mercredi à jeudi...

CHARNAY : Ivre au volant, il provoque un accident et fait 2 blessés

ALCOOL AUVOLANT A CHARNAY.jpg
ACTUALISÉ : Le verdict du tribunal de Mâcon

MÂCON : Embardées sur la route, sous l'emprise de la drogue et de l'alcool, et plus encore...

C'est au volant, peu après 21h, et pourtant interdit de séjour en Saône-et-Loire (sauf pour travailler) que Frédéric, 47 ans, commet cet acte délictueux ce dimanche soir place Gardon. ACTUALISÉ : La juge a décidé de son incarcération.

TRIBUNAL DE MÂCON : Ivre au volant, il avait percuté la voiture des gendarmes

TGI_MACON.jpg
Les faits se sont déroulés samedi à 00h40 à Tournus.