Comme on sait, il existe deux « Irlande » au nord de l’Angleterre : l’Irlande du Nord qui appartient au Royaume Uni, avec l’Angleterre, l’Écosse et le Pays de Galles, et dont la capitale est Belfast ; et l’Irlande du Sud, dite République d’Irlande, qui a pour capitale Dublin.

 

Le 26 mai dernier, en votant à 68% pour le retrait du 8ème amendement à la Constitution qui criminalisait l’avortement, les irlandais-e-s du Sud ont garanti désormais à toutes les femmes sans restriction, un droit à l’avortement jusqu’à la douzième semaine de grossesse.

Dans un pays ultra-conservateur où la question morale repose sur quatre sujets tabous : divorce, homosexualité, contraception et avortement, les résultats de cette élection constituent une formidable victoire qui a des répercussions sur l’Irlande du Nord, seul pays du Royaume-Uni où les femmes ne peuvent pas encore avorter légalement, à moins que leur vie ne soit en danger…

 

La pression monte donc en Irlande du Nord
Jeudi dernier, des partisanes de l’autorisation de l’avortement en Irlande appelaient à la libéralisation de l’IVG dans leur pays : « The North is next ! »*
Pourtant, invoquant des questions de procédure, la Cour suprême britannique a indiqué uniquement que : « la loi actuelle d(evait) être reconsidérée de manière radicale ».

Les Femmes Solidaires de Mâcon rappellent que l’avortement fait partie des droits humains fondamentaux.
Dans un contexte européen et international de menaces pour les droits des femmes (comme en Pologne, en Italie, en Amérique latine, par exemple), nous nous devons de rester vigilantes sur ce sujet.Et donc soutenir les femmes qui, en Irlande du Nord et ailleurs, se battent aujourd’hui pour obtenir la garantie d’un accès à ce droit.

 

* « C’est au tour du Nord ! »