mardi 23 avril 2019

Comme on sait, il existe deux « Irlande » au nord de l’Angleterre : l’Irlande du Nord qui appartient au Royaume Uni, avec l’Angleterre, l’Écosse et le Pays de Galles, et dont la capitale est Belfast ; et l’Irlande du Sud, dite République d’Irlande, qui a pour capitale Dublin.

 

Le 26 mai dernier, en votant à 68% pour le retrait du 8ème amendement à la Constitution qui criminalisait l’avortement, les irlandais-e-s du Sud ont garanti désormais à toutes les femmes sans restriction, un droit à l’avortement jusqu’à la douzième semaine de grossesse.

Dans un pays ultra-conservateur où la question morale repose sur quatre sujets tabous : divorce, homosexualité, contraception et avortement, les résultats de cette élection constituent une formidable victoire qui a des répercussions sur l’Irlande du Nord, seul pays du Royaume-Uni où les femmes ne peuvent pas encore avorter légalement, à moins que leur vie ne soit en danger…

 

La pression monte donc en Irlande du Nord
Jeudi dernier, des partisanes de l’autorisation de l’avortement en Irlande appelaient à la libéralisation de l’IVG dans leur pays : « The North is next ! »*
Pourtant, invoquant des questions de procédure, la Cour suprême britannique a indiqué uniquement que : « la loi actuelle d(evait) être reconsidérée de manière radicale ».

Les Femmes Solidaires de Mâcon rappellent que l’avortement fait partie des droits humains fondamentaux.
Dans un contexte européen et international de menaces pour les droits des femmes (comme en Pologne, en Italie, en Amérique latine, par exemple), nous nous devons de rester vigilantes sur ce sujet.Et donc soutenir les femmes qui, en Irlande du Nord et ailleurs, se battent aujourd’hui pour obtenir la garantie d’un accès à ce droit.

 

* « C’est au tour du Nord ! »

 

 

EUROPÉENNES – Laurence Lyonnais à Mâcon : « C'est l'Europe telle qu'elle se construit aujourd'hui qui prépare la guerre »

FI MACON LAURENCE LYONNAIS1.jpg
On le sait et on le dit souvent, l'idée originelle de l'Union européenne est née de la volonté de garantir la paix en Europe. Mais aujourd'hui, en 2019, pour la candidate de La France Insoumise, « c'est l'Union européenne telle qu'on nous la propose qui conduira à la guerre, en mettant les travailleurs en compétition. »

EUROPÉENNES - Julien Odoul (RN) : « Nous avons une chance historique de faire l’Alliance européenne des Nations, au service des peuples »

ODOUL EUROPEENNES MACON1.jpg
Le Conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté est venu à Mâcon ce vendredi soir faire campagne.

MUNICIPALES 2020 : Le Collectif Mâcon Citoyens 2020 est entré en campagne

Citoyen2020 (1).JPG
Le Collectif Mâcon Citoyens 2020 a tenu sa première réunion publique au centre Paul Bert ce jeudi.

POLITIQUE : Jérôme Durain, sénateur socialiste de Saône-et-Loire, s'oppose à la proposition de loi «Anti casseurs»

Il était chef de file du texte pour le groupe socialiste et républicain au Sénat.

FRANCE : L'Eglise catholique ouvre une "opération-vérité" suite aux témoignages de victimes d''abus sexuels

Monseigneur Benoît Rivière, évêque d'Autun, vient de signer, avec les autres membres du Conseil Permanent de la Conférence des évêques de France, un message adressé aux fidèles catholiques. Ce message évoque aussi le Carême et la conversion.

EXPRESSION CITOYENNE : "Le Vallon de la honte"...

Vallon_de_la_honte_260219 (1).jpg
macon-infos republie ici l'effaremment de deux lecteurs sur la situation inhumaine que vivent certains migrants. Un journaliste de macon-infos confirme la véracité de la situation ce samedi 9 mars. Article à venir.

MÂCON : Un débat citoyen, en marge du Grand débat

DSC00727 _ DEBAT CITOYEN.jpg
Une cinquantaine de personnes est venue participer ce vendredi 1er mars, en soirée, à un débat organisé par un "collectif de citoyens", salle Pavillon.

EXPRESSION CITOYENNE – Grand débat national : Un citoyen présente son programme pour « un changement profond de notre société »

Face à « la mafia ENArchique qui tient les rênes » et au « lobbying qui sera là encore demain », Régis C., « citoyen lambda » comme il se qualifie, souhaite apporter sa contribution à un grand débat national « plein d’idées fausses et de rancoeurs » dont « il risque de n’en rien ressortir ».