L'histoire commence vendredi soir 18 mai quand L.M., femme de 37 ans, SDF de la rue de la Barre, une fille de deux ans placée dans une famille d'accueil, a une altercation en soirée avec un riverain. Elle tient des propos racistes et une rixe éclate.

ACTUALISÉ : Le verdict du 11 juin

La police intervient. L'équipage est insulté par cette femme, qui se rebelle et crache sur les policiers. Elle profère des menaces de mort et, comble, porte un couteau.

Interpellée, placée en garde à vue, elle sera conduite à la maison d'arrêt de Varennes-le-Grand dès le samedi.

Présentée d'abord au parquet, le procureur décidait une comparution immédiate. Elle se présentait donc sous escorte ce mardi au tribunal correctionnel de Mâcon. L'on apprenait que cette enfant de la DDASS, sans emploi (700€ d'allocation par mois pour seuls revenus), dans la rue depuis deux ans, avait provoqué 42 dépôts de main courante au commissariat en à peine plus d'un an. 90 % de ces mains courantes concernaient des faits commis rue de la Barre. 

Demandant un délai pour préparer sa défense, elle sera jugée le 11 juin. Dans l'intervalle, le juge a décidé son maintien en détention compte tenu du risque de renouvellement de faits délictueux et de l'absence de garanties de logement, et donc de risque d'absence à l'audience du 11 juin. 

R.B.

 

Le verdict du 11 juin :

L.M. a été condamnée à six mois d’emprisonnement assorti de sursis, avec obligation d’accomplir des travaux d’intérêts généraux à hauteur de 140 heures dans les 18 prochains mois.

Elle est astreinte à différentes obligations dans le cadre de ce sursis :

- Fixer son domicile,

- Suivre des soins,

- Rechercher un emploi,

- Justifier du paiement des sommes dues au Trésor Public et aux parties civiles (dans la limite de ses ressources).

 

En outre, elle est interdite de paraître rue de la Barre pendant 18 mois.

Jusqu’à alors en détention provisoire, elle a été libérée suite à l’audience.