jeudi 24 janvier 2019

Communiqué du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) de Saône-et-Loire

Un mois de luttes et de grèves n’ont pas suffi à faire plier Macron. Il s’agit désormais de faire franchir un cap à la mobilisation. 

Le 7 mai 2017, Macron l’emportait au second tour de l’élection présidentielle. Un an plus tard, force est de constater que le président de la «start-up nation», pourtant mal élu, a considéré avoir reçu un mandat pour décupler loffensive contre les classes populaires. Une posture qui a, dans un premier temps, suscité peu de réactions d’ampleur, avec un mouvement ouvrier dans une posture attentiste et acceptant le jeu trompeur du «dialogue social». Mais petit à petit, le vent a tourné, et Macron est aujourd’hui dans une situation beaucoup plus conflictuelle et instable que ses déclarations pleines d’une arrogante assurance peuvent le laisser supposer.

Un changement de climat social s’est en effet opéré au cours des dernières semaines et si pour l’instant aucun recul significatif n’est à mettre au crédit des mobilisations qui se sont développées dans de multiples secteurs, il est évident que la sidération n’est plus de mise et que c’est bel et bien la résistance à l’offensive macronienne qui est à l’ordre du jour. 

La colère monte

Le mois de mai s’est ouvert avec des manifestations importantes, avec des cortèges denses et souvent combatifs. Le signe d’une colère qui monte contre Macron, dans les universités, à la SNCF, mais aussi dans l’ensemble du monde du travail et de la jeunesse.

L’attention s’est particulièrement focalisée sur les «violences» qui se sont déroulées dans les rues de Paris, comme si le véritable scandale, depuis plusieurs semaines, n’était pas la violence employée de manière quasi systématique par le pouvoir, en premier lieu contre les étudiantEs occupant leurs universités. 

Ainsi, si nous ne partageons pas la politique des groupes autonomes, nous comprenons la colère grandissante d’une partie de la jeunesse, qui fait face à la violence sociale et policière dans sa vie quotidienne. C’est bien du gouvernement que vient la responsabilité de la confrontation actuelle: il est celui qui agresse le monde du travail et la jeunesse, refusant dentendre la contestation sociale, la traitant par le mépris et la provocation en distribuant des cadeaux aux plus riches, quand cela ne suffit pas, par la politique de la matraque. 

Une contestation qui s’installe

Mais ce mépris doublé de violence n’a pas suffi à renverser la vapeur, et le climat de contestation s’installe, avec une multiplication des échéances de mobilisation, de plus en plus rapprochées. Si l’on y ajoute le fait que, malgré la communication outrancière de la SNCF, la grève des cheminotEs est loin de s’être «essoufflée», le mois de mai promet de ne pas être un long fleuve tranquille pour le gouvernement. 

Il importe toutefois d’être lucide et de constater que le rapport de forces jusqu’ici établi n’a pas permis de faire cesser l’offensive de Macron et Cie, sans même parler de les faire reculer. Pour que ce mois de mai soit victorieux, il s’agit donc de faire un premier bilan d’étape, en considérant les forces mais aussi les faiblesses du mouvement de contestation actuelle, et en se donnant les moyens, touTEs ensemble, de lui faire franchir un cap. 

Unité, massivité, radicalité

Concernant les points positifs, on notera que la mobilisation est multi-sectorielle, des cheminotEs aux étudiantEs en passant par les postierEs, les personnels hospitaliers, celles et ceux des finances publiques, de l’éducation nationale, avec également des luttes dans des entreprises aussi diverses que Carrefour, Air France ou Ford Blanquefort. Cette pluralité est une force à la condition que des convergences s’opèrent, ce qui a commencé à se faire avec la construction de passerelles entre secteurs mobilisés et l’organisation d’initiatives communes, sans oublier le cadre unitaire des organisations politiques à l’initiative du NPA. 

Des éléments positifs qui ne suffisent malheureusement pas. Il s’agit en effet de faire un double saut, qualitatif et quantitatif, en alliant unité, massivité et radicalité, et en ne perdant jamais de vue que seule une mobilisation de masse, durable et déterminée, pourrait faire plier le pouvoir. En d’autres termes, l’urgence de l’heure est d’étendre et de faire converger les luttes, en multipliant les cadres d’information et de mobilisation locaux,  en menant la bataille pour que, dans les organisations syndicales, les logiques d’appareil soient bousculées et en luttant contre toute forme de sectarisme et d’électoralisme du côté des organisations politiques. 

Une petite musique commence en effet à se faire entendre, qui tente de nous faire croire que, plus le temps passe, plus la logique voudrait que la bataille en cours contre Macron ne pourrait se concrétiser que lors des futures échéances électorales, européennes en 2019 et municipales en 2020. Or, rien n’est moins vrai. Le seul moyen de faire barrage au gouvernement, c’est de prendre la rue et de la garder, de construire un vaste mouvement, ici et maintenant, qui se donne pour perspective le blocage du pays. Faute de quoi, c’est bientôt Macron qui pourra faire la fête.

Le NPA 71

 

ÉLECTIONS EUROPÉENNES : La France Insoumise du Mâconnais lance sa campagne vendredi soir

Une réunion publique en présence de la candidate bourguignonne Isabelle Michaud

EXPRESSION CITOYENNE : Réflexions et propositions d'une Azéenne pour le grand débat national

macon-infos donne la parole à toutes celles et ceux qui souhaitent s'exprimer à l'occasion du grand débat national. Yolande Paon, citoyenne d'Azé, nous a adressée ses réflexions, que nous publions intégralement. Vous pouvez vous aussi envoyer votre contribution à maconinfosrb@gmail.com.

EXPRESSION CITOYENNE : "La Pologne pleure… Une démocratie en danger !"

POLOGNE CHARNAY - 2.jpg
Un Charnaysien, également Polonais, réagit après l'assassinat de Pawel Adamowicz.

EXPRESSION CITOYENNE - Gare de Mâcon-Ville : "Non, à Mâcon, nous ne sommes pas en train !"

Le comité pour la mise en accessibilité de la gare de Mâcon Ville réagit aux annonces de SNCF Réseau.

EXPRESSION CITOYENNE : "Non, monsieur le Président des grandes fortunes, vous n'avez pas compris"...

Capture d’écran 2018-12-28 à 16.59.24.png
Les gilets jaunes de Crêches-sur-Saône s'adressent à Emmanuel Macron. Ils ont bien voulu en donner la primeure à macon-infos. La lettre des "premiers de corvée" au "premier de cordée" en intégralité.

CONSEIL REGIONAL : L'opposition demande l'annulation de la hausse des tarifs du TER et la baisse du prix des cartes grises

CR OPPOSITION.jpg
Le président du groupe de la droite et du centre, François Sauvadet, n'y est pas allé de main morte ce mardi en conférence de presse d'avant session...

GILETS JAUNES - Intervention du chef de l'Etat : Pour les Socialistes de Saône-et-Loire, le compte n’y est pas !

Les socialistes de Saône-et-Loire, réunis ce lundi 10 décembre en Conseil fédéral à Chalon-sur-Saône, ont adopté à l’unanimité la résolution suivante...

EXPRESSION POLITIQUE : Quelles réponses donner aux gilets jaunes ? Et si l’on prenait exemple sur les élus ruraux...

Communiqué de presse de l’Union des Maires des Communes Rurales de Saône-et-Loire

POLITIQUE - Marie-Noëlle Liennemann à Mâcon : Ils veulent recomposer la gauche !

Conf_Causes_communes_061218 (2) (Copier).JPG
Marie-Noëlle Lienneman, Sénatrice ex Parti Socialiste (PS), et Bastien Faudot, Porte-parole du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC), étaient à Mâcon ce mercredi soir pour présenter leur projet de parti politique qui fédérerait l’actuel MRC et le mouvement « Après ».

EXPRESSION CITOYENNE : Les Foulards rouge demandent "le rétablissement de l'ordre public et des libertés individuelles"

Le mouvement des foulards rouge est né en réaction au mouvement des Gilets jaunes. Ils s'expriment par communiqué transmis à macon-infos.

POLITIQUE : Marie-Noëlle Lienemann à Mâcon ce mercredi soir

MNLienneman_CausesCommunes.jpg
ACTUALISÉ : Le congrès fondateur est annoncé en Saône-et-Loire

CONSO - Garantie légale: "L’effectivité du droit français est en danger" selon un collectif d'associations

Les ministres des 28 Etats membres se prononceront ce jeudi 6 décembre sur le sort qui sera réservé à la garantie légale de conformité.