samedi 23 février 2019

 

Le Procureur de la République Karine Malara a fait le point sur l’enquête ce mardi au cours d'une conférence de presse.

Le Parquet a sollicité tous les moyens de la police technique pour diligenter une enquête efficace : "dans un contexte actuellement hyper-sensible, le fait ne pouvait qu’être interprété comme une manifestation au minimum d’islamophobie par les citoyens, et il fallait savoir à quoi s’en tenir au plus vite."

Les images des caméras de vidéosurveillance de la mosquée ont été traitées à Lyon, par l’Institut National de la Police Scientifique (INPS), qui a pu en extraire le numéro de la plaque d’immatriculation du véhicule utilisé par les jeunes gens.
Le Fichier National Automatisé des Empreintes Génétiques a retrouvé, lui, l’ADN d’un des auteurs, ADN prélevé sur du papier toilette, à l’origine utilisé pour mettre le feu, et dont le surplus avait été négligemment jeté alentour. Le jeune homme avait commis des dégradations alors qu’il était mineur, et même s’il n’a pas eu de sanction pénale, on avait relevé ses empreintes.

Identifiés, l’un par son ADN, l’autre par la plaque d’immatriculation de son véhicule, les deux jeunes gens ont donc reconnu les faits, mais il manque un morceau au puzzle : pourquoi ?

 

Leurs casiers judiciaires sont vierges, ils n’ont que 18 et 19 ans, ils travaillent tous deux, n’ont aucune revendication politique, aucune revendication religieuse, et le supplément d’enquête vise à examiner d’autres éléments de leurs vies, pour tâcher de comprendre leur mobile.

Le Parquet a ordonné des perquisitions, l’examen de leurs téléphones portables et de leurs ordinateurs, et la collecte de tous les éléments d’environnement connus qui aideront à comprendre dans quel contexte l’idée de l’incendie a surgi, et comment ils en ont organisé l’exécution. Le mode opératoire n’est pas sophistiqué : ils n’ont pas pu imaginer détruire l’édifice ainsi, mais tout de même, ils avaient un peu de matériel pour démarrer un feu.

Les deux suspects auraient fait état de tensions avec des turcs, et c’est en ce sens que l’enquête se poursuit. Donc, à moins de faits radicalement nouveaux qui nécessiteraient l’ouverture d’une information judiciaire, les jeunes gens seront jugés ce mercredi, en comparution immédiate.

Le préjudice est limité sur le plan matériel, et il n’y a aucune victime, mais ils seront poursuivis pour « dégradations volontaires en réunion » aggravées par le fait qu’elles portent « sur un lieu affecté à un culte ». La peine encourue est de 10 ans de prison.

 

F. Saint-Arroman

MÂCON-LOCHÉ : Suicide sur les voies du TGV

L'accident est survenu ce début d'après-midi sur les voies de la ligne TGV, allant de Mâcon à Lyon.

TRIBUNAL DE MÂCON : Contrôlé deux fois en une semaine au volant alors qu’il n’avait pas le permis

TGI_MACON.jpg
A 64 ans, Patrick est bien connu des services de police : 24 mentions au casier judiciaire !

TRIBUNAL DE MÂCON : Fou de jalousie, il frappe, insulte et crache sur tout ce qui passe

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg
Kevin C., 31 ans, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel pour des faits de violences commis le 10 décembre à Mâcon.

PONT-DE-VEYLE : Une maison en feu dans la grande rue

Feu_habitation_Pdv_161218 (5).jpg
ACTUALISÉ LUNDI 14H : Un appel urgent à une aide vestimentaire est lancé.

MÂCON : Une blessée grave dans une collision avec délit de fuite

ACCIDENT MACON RUE BIGONNET 0912 - 5.jpg
ACTUALISÉ : Un appel à témoins est lancé.

SAÔNE-ET-LOIRE : 3 morts dans un crash d'avion près de Charolles

Crash avion.jpg
Après des recherches par hélicoptère, l'avion a été localisé vers 14h dans le bois de Beaubery. Les trois occupants, pilote et passagers, sont morts carbonisés. ACTUALISÉ : Le procureur Eric Jaillet, qui s'est rendu place, a donné les 1eres informations en milieu d'après-midi.

TRIBUNAL DE MÂCON – Violences conjugales : jusqu'à la plaie et l'hématome au visage

VIOLENCE CONJUGALE MACON.jpg
Elle était là, assise en face de la juge, le visage marqué par les blessures. Son homme était à quelques mètres, dans le box des accusés, escortés par les gendarmes. Le couple s'est battu dans la nuit de mercredi à jeudi...

CHARNAY : Ivre au volant, il provoque un accident et fait 2 blessés

ALCOOL AUVOLANT A CHARNAY.jpg
ACTUALISÉ : Le verdict du tribunal de Mâcon

MÂCON : Embardées sur la route, sous l'emprise de la drogue et de l'alcool, et plus encore...

C'est au volant, peu après 21h, et pourtant interdit de séjour en Saône-et-Loire (sauf pour travailler) que Frédéric, 47 ans, commet cet acte délictueux ce dimanche soir place Gardon. ACTUALISÉ : La juge a décidé de son incarcération.

TRIBUNAL DE MÂCON : Ivre au volant, il avait percuté la voiture des gendarmes

TGI_MACON.jpg
Les faits se sont déroulés samedi à 00h40 à Tournus.