vendredi 17 août 2018
  • WINE TOUR OFFICE TOURISME MACON JUILL2018222.jpg
  • CROQUEZ LA SAONEETLOIRE2 - 1.jpg
  • APPLI_VOIE_VERTE71_CD2.jpg
  • ETE FRAPPE 2018 MACON PGM.jpg
  • UN ETE SPORT ET LOISIRS PISCINE MBA.jpg
  • MARCHE_ETE_CLUNY_2018__-_1.jpg

Mâconnais

 DELIT GRANDE VITESSE MILLY LAMARTINE RCEA.jpg

D.B., 23 ans, a été pris au volant d'une voiture à très grande vitesse le 2 avril, à hauteur de Milly-Lamartine. Il était jugé ce vendredi en comparution immédiate.

 

Mesuré à 187 km/h !... Les gendarmes ont retenu 177 km/h. A ce niveau-là, la différence importe finalement assez peu. La vitesse est limitée à 110km/h sur la portion sur laquelle il a été vu pied au plancher. Mais il a seulement 23 ans et vient d'avoir son permis... vitesse donc limitée à 100 pour lui. Accablant !

Dans le box des accusés, il comparait sous escorte. Le juge d'application des peines a décidé de lui faire passer deux nuits en prison, espérant sans doute un électrochoc.

Les trois jours d'incarcération semblent avoir fait effet.

D.B. a reconnu tout de suite les faits qui lui sont reprochés.

 

5 à 6 joins par jour

En voiture, sa copine était avec lui. « Elle est ma seule famille » lâche-t-il à la présidente du tribunal. Celle-ci cherche à comprendre l'extrémité de son acte. « Vous encourez 4 ans de prison monsieur avec le casier que vous avez. Mais que vous est-il donc passé par la tête ? Je n'arrive même pas à imaginer cette vitesse à laquelle vous rouilliez. Pourquoi ?... Vous étiez à peine titulaire du permis. Vous mettez la vie des autres en danger, la vôtre aussi ! »

Réponse, classique somme toute, de celui qui prend le volant après avoir fumé des joins : « Je ne sais pas. » Le cannabis fait des dégâts, on perd le contrôle. Ce 2 avril, D.B. a perdu la raison. Il avoue fumer 5 à 6 joins par jour, qui lui coûtent 30€ par semaine. Il vit pour l'heure avec à peine 1 000€ par mois d'indemnités de chômage.

 

Pas envie de rendre service

Il en avait consommé avant de prendre le volant pour se rendre dans sa famille d'accueil, parents qui lui avaient demandé de s'occuper de leurs animaux pendant leur absence. Pas content d'avoir à rendre ce service, il monte dans la voiture de sa copine, qui l'accompagne, et file à fond la caisse entre Cluny et Mâcon s'acquitter de la tâche.

Les gendarmes en opération de contrôle le voient et le prennent en chasse. Il est intercepté. Le test d'alcoolémie est négatif. En revanche, le test salivaire révèle une consommation de cannabis. Il est placé en garde à vue et, le 18 avril, fait un séjour en prison.

Il a neuf mentions au casier judicaire ! Toujours pour les mêmes types de fautes : usages de produits stupéfiants et délits routiers. Il avait jusque là échappé à la prison. Cette fois s'en est trop.

 

L'amour pour s'en sortir

Son histoire familiale, chaotique, plaide en sa faveur. Son avocate, maître Florence Pidoux, lui avait conseillé de se servir de ces trois jours d'incarcération pour écrire cette histoire qui le détruit, son histoire. Coucher sur papier le mal pour pouvoir l'exprimer et commencer à l'extirper. C'est ce qu'il parviendra à faire ce vendredi devant la juge, péniblement.

Ce jeune homme est en souffrance et ça se voit. Ses parents se sont séparés quand il avait 5 ans. A 13 ans, il tombe dans la fume. Ce sera son refuge. « Ma mère et mon beau- père était saouls du matin au soir. Mon père s'est tiré. 3 ans que je ne les ai pas vu. Ma seule famille, c'est ma copine. J'ai compris ces trois derniers jours que le cannabis me faisait du mal. Je veux arrêter, sortir de là. J'en ai vraiment pris conscience ces jours-ci. »

C'est donc un sentiment d'abandon qui le détruisait à petit feu. L'amour peut le sauver, on lui souhaite évidemment de tout coeur.

Sa copine était dans la salle, en empathie totale avec lui. Au moment du délibéré, ils se prennent dans les bras, se serrent fort. On comprend que ce jeune homme était paumé et que son salut est peut-être là, tout près de lui.

 

Le ministère public posera quand même la question qui taraude : « Pourquoi n'avez-vous pas laissé le volant à votre compagne ? » Réponse hallucinante : « quand je suis passager, je fume encore plus. »

 

Verdict

Après une quinzaine de minutes de délibéré, la présidente rend son verdict, suivant les réquisitions de la substitut du procureur : 6 mois de prison fermes, sans mandat de dépôt. L'aménagement de peine sera donc possible. D.B. devra s'acquitter également d'une amende de 400€ et n'est pas autorisé à repasser son permis de conduire avant un an.

« D'abord les soins, le permis après » conclu la juge. « Réglez votre problème de cannabis avant. »

 

Rodolphe Bretin

 

SAÔNE-ET-LOIRE - RCEA : Deux blessés dans une collision entre un poids-lourd et une voiture

CLERMAIN RCEA AOUT2018.jpg
L'accident s'est produit à hauteur de Clermain ce début d'après-midi. La poids lourd a fini sa course en contre-bas.

SANCÉ : Quatre blessés sur la D906 ce jeudi après-midi

Accident_Sance_020818 (8).jpg
ACTUALISÉ VENDREDI MIDI : Les blessures des quatre victimes sont minimes.

CHAINTRÉ : Le camion de pompier s'embrase

FEU CAMION POMPIER CHAINTRE - 8.jpg
Les pompiers de Chaintré font appel à la solidarité des habitants.

TRIBUNAL DE MACON : « Je vais t’enterrer vivante » gueule-t-il à sa femme, « je vais te saigner » à un gendarme

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg
Que de misère sociale et morale en ce bas monde… Christian M., enfance flinguée par un père alcoolique qui l’emmenait dans les bars, abandonné à 13 ans, sombre à son tour dans les affres de l’alcool, à 13 ans !

TRIBUNAL DE MÂCON : Il fracasse la tête d'un jeune homme un soir de fête

TGI_MACON.jpg
K.C., 30 ans, 16 mentions au casier judiciaire. Son avocat le compte en page – 5 en tout ! – retraçant le parcours d'un individu qui, manifestement, a du mal à gérer ses pulsions agressives...

TRIBUNAL DE MACON - Violence conjugale : Il frappe et mord sa compagne devant ses enfants

violences-conjugales.jpeg
Le 18 mai en fin d'après-midi, alors que la famille rentre après quelques achats effectués à Décathlon, le père et la mère commencent à se disputer sur un sujet au demeurant fort banal : les grands travaux routiers en cours à proximité du magasin. Les choses ne font que commencer...