Bernard Chevallier a envoyé une lettre au maire de Charnay en début de mois pour demander l'ouverture du débat. macon-infos vous en propose la lecture.

 

Monsieur le Maire,

 

Vous êtes à mi-mandat et, ainsi que vous l'aviez indiqué, vous ne serez pas candidat à votre succession.

C'est donc pour vous l'occasion de proposer des décisions courageuses, celles que bien des élus n'osent pas prendre, car elles mettraient en cause leur réélection.

 

Comme maire de Charnay et Vice président de la Communauté d'agglomération vous avez pu vous rendre compte de la réalité de la situation locale. Mâcon et Charnay, avant d'être deux communes, sont un ensemble d'habitants ayant une communauté de destin. C'est aux élus qu'il convient d'organiser cette perspective en mutualisant les moyens qui leur sont confiés en dehors de tout ego politicien.

Créer les conditions du développement économique, industriel et commercial, organiser le transport, rendre cohérente l'offre d'habitat, améliorer les services et soutenir un réseau associatif serein, tout en réduisant la pression fiscale : voilà la mission des élus du territoire qui doivent pour cela mutualiser leurs moyens en fusionnant les communes dont tous les points précédents sont communs.

L'exemple des communes associées à Mâcon comme Sennecé, Saint-Jean-le-Priche ou Loché montre bien qu'ensemble l'avenir est plus prospère, tout en sauvegardant le souhait des citoyens de maintenir leurs racines.

 

Ce n'est évidemment pas au moment des élections municipales qu'il faut évoquer une fusion, car aucun candidat porteur de cette idée ne serait élu. L'idée a besoin d'un débat serein, toujours absent au moment d'une campagne électorale.

Il faut que les habitants de Mâcon et Charnay admettent que les maires de ces deux communes seront toujours concurrents, quels qu'ils soient ; ou alors l'un sera soumis à l'autre, ce qui n'est pas mieux. Cette concurrence coûte cher et ce sont les citoyens des deux communes qui payent.

Oser étudier une fusion dans l'intérêt des citoyens pourrait, monsieur le Maire, ouvrir des perspectives plus respectueuses de l'avenir des citoyens, et serait plus profitable qu'un Nième combat d'ambitions politiques.

Si les maires de Mâcon et Charnay osaient cette approche, la face du Mâconnais en serait changée.

 

Bernard Chevallier