BGE CLUB FISCALITE (1).JPG

Dans le cadre de BGE Club, Christiane Pageot (cabinet BR Audit) a récemment animé un séminaire sur les réformes fiscales en cours.

Le BGE Club est ouvert aux chefs d’entreprises, aux personnes en création ou en portage salarial. Il est animé par Valentine Florin sur Mâcon. Selon elle, il s’agit « d’un réseau d’échanges et d’informations ». Il se réunit régulièrement sur un thème précis qui vise à approfondir les connaissances des auditeurs.

La dernière conférencière en date a été celle de Christiane Pageot du cabinet BR Audit (Mâcon). Son intervention a traité de la loi de finances 2018 en deux temps.

Les mesures pour les particuliers

Le premier temps a été consacré aux mesures pour les particuliers telles que les évolutions de l’impôt sur le revenu (IR), de la Contribution sociale généralisée (CSG) ou de la taxe d’habitation.

L’IR a connu une revalorisation de son barème de 1 % (inflation). Selon la conférencière, « en réalité, la limite à laquelle on ne paie pas d’IR est d’environ 16 000 euros. » Elle a également rappelé la progressivité de cet impôt par ses paliers progressifs (14 – 30 – 41 et 45 %) qui restent inchangés. En 2018, la télédéclaration devient obligatoire si le revenu fiscal de référence est supérieur à 15 000 euros (télépaiement obligatoire à partir de 1000 euros). L’IR sera prélevé à la source à partir de 2019.

Les mesures destinées aux entreprises

Lors du second temps, les évolutions liées au milieu entrepreneurial ont été décrites et expliquées. Tour à tour, il a été question notamment de l’impôt sur les sociétés, du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) et des seuils de chiffres d’affaires pour les micro-entreprises.
Ces derniers sont doublés depuis le 1er janvier 2018 mais les seuils pour la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) restent identiques. Ainsi, un micro-entrepreneur pourra être assujetti à la TVA en cours d’année selon son niveau de chiffre d’affaires. « Cela complexifie le statut » selon Valentine Florin qui pense que « la micro-entreprise n’est pas forcément la meilleure solution du fait de l’impossibilité de déduire les charges liées à son activité. » Elle a conclu la soirée en recommandant à chaque entrepreneur en réflexion un suivi tel que le propose la Boutique de gestion (BGE) à Mâcon.

Éric Bernet

 

 

Catherine Pageot (à gauche), expert-comptable, avec Valentine Florin, animatrice du BGE Club

BGE CLUB FISCALITE (4).JPG