samedi 5 décembre 2020
  • ILLUMINTATIONS 8DEC2020 CHARNAY.jpg
  • BFC_Macon_Infos_280x410px-2.jpg
  • CONCIERGERIE MACON2111.jpg
  • MACON HABITAT LOCAUX COMMERCIAUX 20NOV2020.jpg

Communiqué de presse

Cette fin Janvier clôture la période traditionnelle des vœux, et à Charnay, c’est la fin d’une période de communication très intense orchestrée par l’équipe municipale. Quels enseignements pour les Charnaysiens ?

Les étapes de la communication municipale

Il y a eu la réunion publique « bilan à mi-mandat » du 13 décembre, le bulletin municipal Charnay Mag, les vœux à la population du 12 janvier, et les vœux aux entreprises ; tant d’occasions de communiquer pour finalement … ne rien apprendre, sinon la « douche froide » au conseil municipal du 29 janvier.

Pour l’équipe municipale, très rodée à cet exercice, peu importe les appels de l’opposition et des citoyens ; le message à passer était le suivant :

-              Les finances sont mauvaises, mais ce n’est pas notre faute !

-              Préparons les Charnaysiens à une hausse massive des impôts

Alors que l’équipe actuelle est aux affaires de la commune depuis près de 4 ans, il serait temps d’assumer ses échecs. A ce titre, les informations données lors de la présentation du Rapport d’Orientation Budgétaire au dernier Conseil Municipal ne sont guère rassurantes.

Les choix de l’équipe municipale

Pour « redresser » l’économie de notre commune, la majorité persiste dans des solutions qui ne fonctionnent plus : la fiscalité, les coupures budgétaires, ou encore le recours à l’endettement. Ce ne sont plus des leviers financiers adaptés à notre conjoncture économique. Retour sur les chiffres de 2017 :

Selon la majorité, nous sommes à court de financement ! Curieusement, les décisions sont en décalage avec le discours officiel aux Charnaysiens :

  • Sans augmenter le taux de fiscalité, le chapitre « impôts et Taxe » augmente de 300 000€ environ par rapport à 2016.
  • Une gestion maîtrisée des charges de fonctionnement ? Elles ont augmenté de 167 000€ par rapport à l’année dernière, sachant que 45 000€ sont dû à l’omission d’un règlement au syndicat départemental d’énergie de Saône-et-Loire.
  • Notre commune est surendettée ? Depuis 2014, la majorité a souscrit plusieurs emprunts qui s’élèvent à plus de 1 500 000€. Avec quels objectifs ? Quelles priorités dans les investissements ?
  • L’emprunt de structure pénalise les finances Charnaysiennes ? Son coût annuel est de 200 000€ environ, soit compensé par l’apport fiscal des nouveaux habitants mentionné ci-dessus.
  • Les subventions aux associations sont maîtrisées ? Depuis 2014, elles ont diminué de 150 000€. BVC2020 considère cette situation à minima comme du désintéressement, voire un abandon. Toutes les associations ressentent ce trou financier ; lors de leurs évènements, et dans la communication qui leur est offerte.

Cette situation financière met en évidence tout simplement une gestion budgétaire hasardeuse depuis près de 4 ans, et en 2018, Monsieur le maire et son équipe veulent emprunter 200 000€ et augmenter le taux d’imposition de 3%.

Ces décisions ne vont pas révolutionner la situation économique de Charnay, mais elles vont également aggraver son image.

Charnay fait déjà partie des plus mauvais élèves de notre strate nationale quant à son résultat comptable, les marges de manœuvres que nous possédons pour de nouvelles politiques et pour la pression fiscale que nous exerçons.  Pour récolter 112 000€ de recette fiscale en plus, et augmenter notre capacité de financement, ces décisions sont-elles raisonnables ?

Nous avions déjà expliqué qu’il existait d’autres outils financiers qui permettraient de redynamiser économiquement une commune. Ces outils sont déjà utilisés dans d’autres collectivités, et les exemples ne manquent pas.

A suivre en 2018

BVC2020 regrette infiniment que les Charnaysiens n’entendent en ce début 2018 qu’un message anxiogène avec des décisions qui impacteront leur pouvoir d’achat, sans aucune projection constructive pour l’avenir, alors que des solutions existent pour redynamiser Charnay et créer localement de la richesse, sans recourir à des hausses massives d’impôts. Dans un an, les chiffres de 2018 parleront d’eux-mêmes et nous donneront raison.

RP FD QR pour BIEN VIVRE A CHARNAY 2020

POLITIQUE : Fabien Genet défend l'enseignement agricole au sénat

« Votre budget n’est pas à la hauteur de l’ambition agricole qui devrait être celle de notre pays ! » a-t'il lancé à la tribune.

SANTÉ - 31 millions d'€ pour la région BFC : « Une belle enveloppe qui ne règle pas tout »

Le 14 novembre, le ministre de la Santé annonçait une enveloppe de 31 millions d'euros pour la Bourgogne-Franche-Comté attribuée dans le cadre du Ségur de la Santé. Michel Maillet, membre du collectif Santé protection sociale de l’Union Départementale CGT de Saône et Loire, a réagi à cette annonce.

Général Electric : « C’en est trop » s'indigne Marie-Guite Dufay

Après l’annonce de nouvelles suppressions de postes dans le cadre de la réorganisation de GE Steam Power, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, réagit avec force...

CRISE SANITAIRE ET POUVOIR D'ACHAT : Les retraités de la CGT demandent 100€ tout de suite

L’Union syndicale des Retraités CGT de Saône et Loire invite toutes les retraitées et tous les retraités à signer une pétition en ligne

EXPRESSION POLITIQUE : « De quoi ont besoin les quartiers populaires de Mâcon ? »

La réaction du PCF cu Mâconnais suite aux violences urbaines du week end à Mâcon.

COVID-19 : Les étudiants infirmiers de Mâcon refusent de sacrifier leur formation sur l’autel des dysfonctionnements de l’hôpital

Mobilisés pour renforcer les équipes hospitalières dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de COVID-19, les étudiants de l’IFSI de Mâcon dénoncent les conditions de leur mobilisation et les conséquences sur leur formation.

LIVRE – Crise sanitaire : Sortie de « Quand la psychose fait dérailler le monde »

Ce n'est pas le livre d'un professeur de médecine mais d'un agrégé de philosophie et d'un journaliste, spécialistes de géopolitique, qui tirent leur légitimité de leur citoyenneté, mais également, s'agissant d'une crise sanitaire mondiale, de leur spécialité. Ils critiquent ouvertement et de manière très argumentée le reconfinement. Une autre voie est possible défendent-ils.

EDITO : C’est d’un « plan De Gaulle » dont la France a besoin aujourd’hui...

...pour Laisser les commerçants-es travailler et laisser nos gosses tranquilles !

CONSEIL REGIONAL : Gilles Platret portera la parole de l'opposition, à la place de François Sauvadet

Gilles Platret, maire de Chalon, est le candidat déclaré de la droite et du centre aux procahines élections régionales. Ça pourrait chauffer dans l'hémicycle régionale ce vendredi...