jeudi 28 mai 2020
  • TREMA MACON NOUVELLES REGLES (2).jpg
  • VOTRE ANNONCE ICI.jpg
  • CREMANTS VIGNERONS IGE MAIJUIN20202 - 1.jpg

Communiqué de presse

Cette fin Janvier clôture la période traditionnelle des vœux, et à Charnay, c’est la fin d’une période de communication très intense orchestrée par l’équipe municipale. Quels enseignements pour les Charnaysiens ?

Les étapes de la communication municipale

Il y a eu la réunion publique « bilan à mi-mandat » du 13 décembre, le bulletin municipal Charnay Mag, les vœux à la population du 12 janvier, et les vœux aux entreprises ; tant d’occasions de communiquer pour finalement … ne rien apprendre, sinon la « douche froide » au conseil municipal du 29 janvier.

Pour l’équipe municipale, très rodée à cet exercice, peu importe les appels de l’opposition et des citoyens ; le message à passer était le suivant :

-              Les finances sont mauvaises, mais ce n’est pas notre faute !

-              Préparons les Charnaysiens à une hausse massive des impôts

Alors que l’équipe actuelle est aux affaires de la commune depuis près de 4 ans, il serait temps d’assumer ses échecs. A ce titre, les informations données lors de la présentation du Rapport d’Orientation Budgétaire au dernier Conseil Municipal ne sont guère rassurantes.

Les choix de l’équipe municipale

Pour « redresser » l’économie de notre commune, la majorité persiste dans des solutions qui ne fonctionnent plus : la fiscalité, les coupures budgétaires, ou encore le recours à l’endettement. Ce ne sont plus des leviers financiers adaptés à notre conjoncture économique. Retour sur les chiffres de 2017 :

Selon la majorité, nous sommes à court de financement ! Curieusement, les décisions sont en décalage avec le discours officiel aux Charnaysiens :

  • Sans augmenter le taux de fiscalité, le chapitre « impôts et Taxe » augmente de 300 000€ environ par rapport à 2016.
  • Une gestion maîtrisée des charges de fonctionnement ? Elles ont augmenté de 167 000€ par rapport à l’année dernière, sachant que 45 000€ sont dû à l’omission d’un règlement au syndicat départemental d’énergie de Saône-et-Loire.
  • Notre commune est surendettée ? Depuis 2014, la majorité a souscrit plusieurs emprunts qui s’élèvent à plus de 1 500 000€. Avec quels objectifs ? Quelles priorités dans les investissements ?
  • L’emprunt de structure pénalise les finances Charnaysiennes ? Son coût annuel est de 200 000€ environ, soit compensé par l’apport fiscal des nouveaux habitants mentionné ci-dessus.
  • Les subventions aux associations sont maîtrisées ? Depuis 2014, elles ont diminué de 150 000€. BVC2020 considère cette situation à minima comme du désintéressement, voire un abandon. Toutes les associations ressentent ce trou financier ; lors de leurs évènements, et dans la communication qui leur est offerte.

Cette situation financière met en évidence tout simplement une gestion budgétaire hasardeuse depuis près de 4 ans, et en 2018, Monsieur le maire et son équipe veulent emprunter 200 000€ et augmenter le taux d’imposition de 3%.

Ces décisions ne vont pas révolutionner la situation économique de Charnay, mais elles vont également aggraver son image.

Charnay fait déjà partie des plus mauvais élèves de notre strate nationale quant à son résultat comptable, les marges de manœuvres que nous possédons pour de nouvelles politiques et pour la pression fiscale que nous exerçons.  Pour récolter 112 000€ de recette fiscale en plus, et augmenter notre capacité de financement, ces décisions sont-elles raisonnables ?

Nous avions déjà expliqué qu’il existait d’autres outils financiers qui permettraient de redynamiser économiquement une commune. Ces outils sont déjà utilisés dans d’autres collectivités, et les exemples ne manquent pas.

A suivre en 2018

BVC2020 regrette infiniment que les Charnaysiens n’entendent en ce début 2018 qu’un message anxiogène avec des décisions qui impacteront leur pouvoir d’achat, sans aucune projection constructive pour l’avenir, alors que des solutions existent pour redynamiser Charnay et créer localement de la richesse, sans recourir à des hausses massives d’impôts. Dans un an, les chiffres de 2018 parleront d’eux-mêmes et nous donneront raison.

RP FD QR pour BIEN VIVRE A CHARNAY 2020

POLITIQUE : Jérôme Durain pose au Gouvernement la question de la responsabilité des élus locaux

Le Sénateur de Saône-et-Loire estime que « L'Etat qui décide de tout ne peut pas reporter sa responsabilité sur les élus locaux »

EXPRESSION POLITIQUE : « Les masques, où est la vérité ? » demande instamment Marie Mercier

La sénatrice de Saône-et-Loire fait part de la consternation, voire du dégoût des professions médicales et para-médicales...

Covid-19 : Les nouveaux élus de gauche au Conseil municipal de Mâcon veulent être impliqués

Dans une lettre adressée au maire, ils formulent quelques propositions et demande un effot de transparence.

Le sénateur Jérôme Durain demande au gouvernement des consignes claires concernant la gestion des masques

Lors de la séance de questions au gouvernement ce mercredi, le sénateur PS de Saône-et-Loire et conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté a évoqué la réquisition par l'Etat des masques commandés par la Région.

EXPRESSION POLITIQUE : L’URDC demande plus d'«ambition» pour sauvegarder les entreprises

Présidant le groupe d'opposition URDC au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, François Sauvadet salue les mesures d’urgence prises par la majorité face à la crise sanitaire, tout en proposant d'ajouter des aides directes pour sauvegarder les entreprises et les emplois.

EXPRESSION POLITIQUE : Julien Odoul regrette « un rendez-vous en catimini »...

et appelle à l'union régionale autour des soignants et de la Bourgogne Franche-Comté. Le président du groupe Rassemblement national au conseil régional s'exprime dans un long communiqué avant l'assemblée de ce vendredi.

Toni Spinazze (CAPEB 71) : "La vie d’un artisan ou d’un ouvrier du BTP vaudrait-elle moins que celle de n’importe quel autre citoyen ?"

Il n'y pas que les médecins et le personnel soignant qui soient scandalisés par les manquements du Gouvernement... Après celle de Pierre Bost, patron de Alpes Bourgogne Constructions, la charge du président de la CAPEB 71 contre Muriel Pénicaud dans une lettre ouverte.