lundi 18 février 2019

CENTRECULTURELTURC2.jpg

Les faits se sont produits le 25 avril vers 4h du matin. Actualisé : le verdict est tombé cet après-midi

Actualisé mercredi 6 mai : Les deux jeunes auteurs passaient donc en comparution immédiate, comme annoncé, ce mercredi après-midi. Ils écopent tous les deux de 3 ans de prison dont 30 mois avec sursis et mandat de dépôt, mise à l'épreuve pendant 3 ans avec obligation de travailler pour réparer les dommages.

 

Le récit de l'audience

 « Le feu est l’arme des intolérants, de tous temps. Je regrette que les prévenus manquent de culture à ce point. » Le Ministère Public cadre les débats : l’enjeu du jugement de Florian L., 19 ans, et Adrian P., 20 ans, poursuivis pour avoir causé volontairement un début d’incendie à la mosquée turque de Mâcon, sera la défense de la liberté de culte dans un Etat laïque, contre les passions des uns et des autres.

Dans la salle, 60 personnes, turques, ou françaises d’origine turque, majoritairement des hommes, sont venues en soutien à l’association culturelle franco-turque qui se constitue partie civile. On entendra parfois des rires, des manifestations d’opinions, et le Ministère Public a aussi quelque chose à leur dire : « S’il y avait la moindre vengeance, l’Etat serait tout aussi réactif et des comparutions immédiates auraient lieu de la même façon. »

Florian et Adrian sont amis, l’un vit à Mâcon, l’autre dans l’Ain, en face. Ils ont prévu de se rendre à Reims le 27 avril, pour suivre un match de l’OL, ils ont réservés des places dans un car qui part de Lyon, tôt le matin. Ils se retrouvent dans la nuit, et font un détour à la Chanaye. Voilà comment, vers 4 heures du matin, on les verra sur les images de vidéosurveillance, sortir un bidon d’essence, y mettre du papier toilette et faire brûler l’ensemble. Ils s’éloignent, puis reviennent, trouvent des chaises en plastique à l’arrière du bâtiment, les jettent dans le feu, sans doute pour le faire prendre : le plastique part en fumée. Puis les deux garçons se rendent à Lyon, y prennent le bus, et vont supporter l’OL.

Ils ont reconnu les faits pendant leur garde à vue, reste à comprendre ce qui les a amenés à de tels actes.

« Un ras le bol de la cohabitation avec les communautés turques et magrébines, dont certains membres sont arrogants et agressifs », déclare Adrian. Il poursuit sur « le vivre ensemble qui semble se dégrader ».

« Racisme », « xénophobie », ne sauraient contribuer en rien au « vivre ensemble » leur renvoie le Tribunal.

Les jeunes hommes évoqueront le « climat », les attentats à Charlie Hebdo. « Avec ce qui se passe actuellement, ça a pu jouer inconsciemment à l’intérieur de mon esprit, et j’ai fait ce que j’ai fait », explique Adrian. Les deux amis sont « proches des idées de l’extrême droite française », avec des postures racistes degré zéro, et des clichés à l’emporte-pièce qui les ont colonisés. Pas de culture, pas de recul, pas la moindre élaboration. Un passage à l’acte xénophobe, donc, mais le CV d’un copain turc dans le coffre du scooter : il faut bien s’entraider.

Cela ne peut jouer en leur faveur, d’autant moins que leur acte était prémédité, puisqu’ils marinaient leur coup depuis deux à trois semaines, et le lieu choisi met à vif les craintes de tous, quelles qu’elles soient, et les tensions sous-jacentes, qui ne datent pas de janvier dernier.

Adrian, toujours lui, présente des excuses à la communauté turque, dont certains représentants n’ont pas retenu des rires et des réactions contre les auteurs des dégradations.

Le Parquet requiert 3 ans de prison dont 6 mois ferme avec un mandat de dépôt. L’avocat des garçons, qui a eu connaissance du dossier en fin de matinée, va se démener pour qu’on leur épargne l’incarcération : ils y risquent des représailles, et ne sont pas taillés pour y faire face.

C’est donc dans un climat oppressant, malgré la ligne de partage sans appel posée par le Parquet, que le Tribunal se retire pour délibérer. A l’extérieur, les tensions sont palpables : ils doivent être sévèrement réprimés. Il n’y a plus un seul enjeu, la défense de la liberté de culte, mais plusieurs, et tout cela dépasse largement les petites personnes des deux ados imprégnés d’une sorte de bouillie qui les conduit à invoquer « la liberté d’expression » au mépris des lois en vigueur qui la limitent, justement.

Verdict :

Reconnus coupable Florian L. et Adrian P. sont condamnés à 3 ans de prison dont 30 mois de sursis avec mise à l’épreuve pendant 3 ans, l’obligation de travailler, et de réparer les dommages (renvoi sur intérêt civil fin septembre). Le tribunal décerne un mandat de dépôt, ils seront incarcérés ce soir.

L’avocat de l’association culturelle franco-turque de Mâcon s’exprime au nom de la communauté : « On est un peu déçus, on attendait une peine plus sévère de prison ferme. »

F. Saint-Arroman

 

Karine Malara, procureur de la République, a confirmé cet après-midi en conférence de presse que ce sont bien de jeunes de 18 et 19 ans qui sont actuellement en garde à vue pour les faits qui leurs sont reprochés. Ils d'ailleurs reconnus les faits, mais sans se revendiquer de quoi que ce soit. L'enquête se poursuit pour établir le mobile. Les deux jeunes passerons en compartution immédiate ce mercredi.

Lundi 4 mai - L'on sait que deux jeunes majeurs originaires de Mâcon et de l'Ain sont actuellement entendus par la police dans le cadre d'une garde à vue. Ils auraient 18 et 19 ans et ont été interpellés dans la journée. Saisi de l'affaire, le parquet devrait communiquer mardi après-midi.  

Notre article du lundi 27 avril - Selon le président de l'association culturelle turque de Mâcon, Ismaël Serin, deux individus d'une vingtaine d'années se sont approchés du centre situé rue Olivier de Serres avec un bidon d'essence et un rouleau de papier toilette. "Nous avons des caméras de surveillance qui permettent de voir ces messieurs en train d'agir, à visages découverts. Ils portaient simplement gants et bonnets. Ils ont déroulé le papier et l'ont aspergé d'essence. Le feu n'a pas pris. Ils ont essayé une seconde fois. Mais le feu s'est éteint tout seul."

En effet, les pompiers n'ont pas été sollicités. Plus de peur que de mal donc pour les nombreux adhérents de l'assocaition "qui vivent paisiblement leur culte". Le président condamnait fermement cet acte qui a des allures d'acte terroriste. "L'acte paraît tout à fait intentionnel quand on regarde les vidéos" précisait Ismaël Serin ce lundi matin, "et non commis par des hommes d'ici."

La police s'est rendue sur place dimanche, tout comme le sénateur-maire de Mâcon Jean-Patrick Courtois, et le consul général de Turquie en France Hilmi Ege Turemen, venu spécialement pour ça.

Le président de l'assocaition a déposé plainte dès hier.

Ce matin, il recevait le soutien de Ozdemir Turan Ahmet, attaché consulaire aux affaires sociales et président de la DITIB, fédération regroupant les associations culturelles turques.

R.B.

MÂCON-LOCHÉ : Suicide sur les voies du TGV

L'accident est survenu ce début d'après-midi sur les voies de la ligne TGV, allant de Mâcon à Lyon.

TRIBUNAL DE MÂCON : Contrôlé deux fois en une semaine au volant alors qu’il n’avait pas le permis

TGI_MACON.jpg
A 64 ans, Patrick est bien connu des services de police : 24 mentions au casier judiciaire !

TRIBUNAL DE MÂCON : Fou de jalousie, il frappe, insulte et crache sur tout ce qui passe

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg
Kevin C., 31 ans, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel pour des faits de violences commis le 10 décembre à Mâcon.

PONT-DE-VEYLE : Une maison en feu dans la grande rue

Feu_habitation_Pdv_161218 (5).jpg
ACTUALISÉ LUNDI 14H : Un appel urgent à une aide vestimentaire est lancé.

MÂCON : Une blessée grave dans une collision avec délit de fuite

ACCIDENT MACON RUE BIGONNET 0912 - 5.jpg
ACTUALISÉ : Un appel à témoins est lancé.

SAÔNE-ET-LOIRE : 3 morts dans un crash d'avion près de Charolles

Crash avion.jpg
Après des recherches par hélicoptère, l'avion a été localisé vers 14h dans le bois de Beaubery. Les trois occupants, pilote et passagers, sont morts carbonisés. ACTUALISÉ : Le procureur Eric Jaillet, qui s'est rendu place, a donné les 1eres informations en milieu d'après-midi.

TRIBUNAL DE MÂCON – Violences conjugales : jusqu'à la plaie et l'hématome au visage

VIOLENCE CONJUGALE MACON.jpg
Elle était là, assise en face de la juge, le visage marqué par les blessures. Son homme était à quelques mètres, dans le box des accusés, escortés par les gendarmes. Le couple s'est battu dans la nuit de mercredi à jeudi...

CHARNAY : Ivre au volant, il provoque un accident et fait 2 blessés

ALCOOL AUVOLANT A CHARNAY.jpg
ACTUALISÉ : Le verdict du tribunal de Mâcon

MÂCON : Embardées sur la route, sous l'emprise de la drogue et de l'alcool, et plus encore...

C'est au volant, peu après 21h, et pourtant interdit de séjour en Saône-et-Loire (sauf pour travailler) que Frédéric, 47 ans, commet cet acte délictueux ce dimanche soir place Gardon. ACTUALISÉ : La juge a décidé de son incarcération.

TRIBUNAL DE MÂCON : Ivre au volant, il avait percuté la voiture des gendarmes

TGI_MACON.jpg
Les faits se sont déroulés samedi à 00h40 à Tournus.