mardi 17 septembre 2019
  • FANTASTIC 2019 PICNIC CHATEAU GREFFIERE - 1.jpg
  • Pub_CSI_Mâcon_infos_270x410px.jpg
  • EMAP_2019_270x410.jpg
  • GRAND DEBALLAGE MACON 2019-1.jpg

Communiqué

 

Les syndicats FO de la santé publique vont adresser à la ministre de la Santé une motion pour dire leur refus de l’éventuelle publication d’un décret permettant le licenciement de fonctionnaires hospitaliers en cas de suppressions de postes.

Le licenciement des fonctionnaires hospitaliers sera-t-il bientôt rendu possible ? Une disposition issue de la loi de 1986 sur le statut de la fonction publique hospitalière, en sommeil depuis plus de trente ans, devrait être prochainement validée par le gouvernement, via la publication d’un décret d’application. 

 

Trois propositions d’emplois vacants ou le licenciement

 

Ce texte autoriserait les licenciements de fonctionnaires en cas de suppressions d’emplois dans la fonction publique hospitalière. Plus précisément, l’agent dont le poste est supprimé se verrait proposer trois emplois vacants, selon un ordre de priorité géographique - le périmètre pourrait être départemental, régional, voire national selon les emplois et les catégories. En cas de refus de ces trois propositions de postes, le fonctionnaire hospitalier serait licencié. 

 

Une véritable provocation

 

C’est une véritable provocation, pour la fédération des services publics et de santé FO (SPS-FO), qui a décidé de prendre les devants.

Lors du dernier Conseil supérieur de la fonction publique hospitalière, le 20 décembre, ses représentants ont interpellé la représentante du gouvernement. Il nous a été répondu que le ministère publierait ce décret avant avril 2018 , indique Luc Delrue, secrétaire fédéral à la fédération SPS-FO. 

 

Une injonction du Conseil d’État

 

Le 9 janvier, dans une réponse à un courrier adressé par Denis Basset, secrétaire général de la branche santé de la fédération SPS-FO, à la ministre de la Santé fin novembre, la directrice générale de l’offre de soins confirme la position du gouvernement. Elle explique notamment que celle-ci résulte d’une injonction du Conseil d’État à élaborer dans un délai de six mois – avant juin 2018 – le fameux décret d’application.

Le Conseil d’État a en effet été saisi par un syndicat CFDT Santé-sociaux des Hauts-de-Seine, dans le cadre d’un recours contentieux. 

 

Suppressions d’emplois en vue avec les GHT

 

Ce serait la première fois depuis 1986, date de l’instauration du statut des fonctionnaires, qu’un gouvernement oserait passer à l’acte sur le licenciement des titulaires, s’insurge Luc Delrue.

Comment ne pas faire le lien entre la volonté de promulguer ce décret, les restructurations et les suppressions d’emplois qui s’annoncent avec les Groupements hospitaliers de territoire et le plan d’économie de 4,2 milliards d’euros dans la santé décidé par le gouvernement ? interroge-t-il.

Une première action des hospitaliers FO La Fédération des services publics et de santé FO a décidé d’une première action pour marquer son opposition à la décision gouvernementale. Ses syndicats vont adresser par courrier et par mail à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, une motion contre tout décret organisant les licenciements de fonctionnaires hospitaliers. 

 

Une nouvelle mobilisation n’est pas à exclure

 

Le gouvernement, s’il persistait dans sa volonté d’appliquer les injonctions du Conseil d’État, prendrait la lourde responsabilité d’une nouvelle mobilisation dans les hôpitaux déjà au bord de l’explosion, prévient la Fédération des Services publics et de Santé FO dans sa motion.

 

En 1998, le gouvernement avait tenté de publier un tel décret, avant de reculer sous la pression des syndicats.

La campagne nationale pour l’abandon du projet, initiée à l’époque par FO, avait porté ses fruits.

Les hospitaliers FO lance aujourd’hui une nouvelle campagne nationale.

 

EXPRESSION CITOYENNE : Un Mâconnais demande le retour de "l'ordre et du calme", rue de la Barre

Par une lettre au préfet de Saône-et-Loire qui nous est parvenue via un riverain qui partage le point de vue de l’auteur (celui-ci souhaitant rester anonyme).

DÉCÈS DU MAIRE DE SIGNES : La commission des lois du Sénat lance une grande consultation des maires

La séntarice Marie Mercier, secrétaire de la commission des lois, s'exprime sur le sujet dans un communiqué. Les maires ont jusqu'au 15 septembre pour répondre en ligne à un questionnaire.

CONSEIL MUNICIPAL DE MÂCON : Ça s’échauffe sévèrement sur le centre-ville

CONSEIL MUNICIPAL MACON JUILLET2019 - 1.jpg
On n’avait pas vu le conseil municipal atteindre un tel niveau électrique dans les échanges entre majorité et opposition depuis bien longtemps…

POLITIQUE : Elisabeth Roblot rejoint Agir, la droite constructive

ROBLOT.jpg
La Vice-présidente du conseil départemental de Saône-et-Loire rappelle ainsi son engagement à défendre une droite libérale, humaniste et pro-européenne

MUNICIPALES 2020 : La liste Mâcon citoyens 2020 mise sur la démocratie citoyenne

apéro Mâcon citoyens 2020.jpg
Mercredi, les représentants du mouvement politique Mâcon citoyens 2020 sont partis à la rencontre des Mâconnais autour d’un apéro citoyen en centre-ville.

EXPRESSION POLITIQUE - Jérôme Durain : "C’est un quart des effectifs de GE que la direction souhaite rayer d’un trait de plume"

Dans un communiqué, le sénateur socialiste de Saône-et-Loire rappelle la "doctrine Montebourg" pour GE.