samedi 21 juillet 2018
  • WINE TOUR OFFICE TOURISME MACON JUILL2018222.jpg
  • 19EME_MARCHE_DEGUSTATION_VIGNERONS_TERRES_SECRETES.jpg
  • APPLI_VOIE_VERTE71_CD2.jpg
  • ETE FRAPPE 2018 MACON PGM.jpg
  • OFFRES ETE PLANCHAS COLLET FEILLENS MOBILE.jpg
  • MARCHE_ETE_CLUNY_2018__-_1.jpg

telephone-au-volant.jpg

Alors que le gouvernement vient d’annoncer des mesures drastiques contre l’utilisation du téléphone au volant, une étude révèle l’ampleur et la nature de l’utilisation des smartphones par les conducteurs français.

 

 

Communiqué de presse

La généralisation des smartphones a entraîné une explosion de l'usage du téléphone sur la route. Tenu à la main, en roulant ou dans les bouchons... Il est omniprésent, chez les conducteurs français. Selon les résultats du baromètre* « Usages du Smartphone au Volant » publiés ce jour par la Fondation MAIF et l’IFSTTAR (Institut Français des Sciences & Technologies, des Transports, de l’Aménagement et des Réseaux), 43% des conducteurs utiliserait son téléphone en conduisant. Même s’ils sont nombreux à en faire usage, les conducteurs ont tout de même conscience de la dangerosité que représente le mobile.

L’usage du téléphone se banalise au volant

Le smartphone nous suit partout y compris au volant. Véritable compagnon de voyage, il tend à remplacer la plupart des accessoires & options à bord : GPS, lecteur de musique, accès internet... plus de la moitié des conducteurs de moins de 34 ans utilisent leur téléphone au volant, et les utilisateurs fréquents sont 2 à 3 fois plus nombreux que les occasionnels en fonction des tranches d’âge.
En dehors des conversations (39% des conducteurs reçoivent et passent des appels), les autres usages augmentent : 30% écrivent ou lisent des SMS et messageries instantanées, 13% lisent ou répondent à leurs emails et près de 30% utilisent leur smartphone en GPS (contre 22% en 2016). Les réseaux sociaux, faisant dorénavant partie intégrante de notre quotidien, sont également de plus en plus présents au volant : 9% des conducteurs les consultent ou publient des posts en roulant et parmi eux, les 18-25 ans sont près de 20% à les utiliser occasionnellement ou fréquemment. 17% des conducteurs reçoivent des messages comportant texte et image ou vidéo, 8% en envoient.
Si le téléphone utilisé au volant est d’abord jugé utile par l'ensemble des conducteurs, son côté envahissant et stressant est également pointé. Le côté distrayant n’apparaît qu’en dernière position.

Des utilisateurs conscients des risques et des usages favorisant la sécurité qui progressent

Même s’ils sont nombreux à l’utiliser, les conducteurs semblent plutôt conscients de la dangerosité de l’usage du téléphone au volant : la réception et l’envoi de messages écrits restent notamment associés à une très forte prise de risque.
Les conducteurs sont de plus en plus nombreux à ne plus tenir leur téléphone en mains pendant les conversations : ils sont 67% à avoir déjà utilisé un système mains-libres ou la commande vocale contre 60% en 2016.
Cependant, encore près de la moitié (47%) des conducteurs qui reçoivent des messages les lisent en tenant le téléphone à la main, au moins de temps en temps. 59% des conducteurs qui envoient des messages, les écrivent en tenant le téléphone à la main, au moins de temps en temps.
Marie-Pierre Bruyas, chercheur à l’IFSTTAR, explique : « Les usages du smartphone au volant sont de plus en plus complexes et multiplient les sollicitations auxquelles les conducteurs ne peuvent pas toujours résister. Réalisées manuellement, ces opérations monopolisent l’attention du conducteur, détournent son regard de la route et interfèrent avec la tenue du volant. Ce qui augmente très fortement le risque d’accident. Dans ce contexte, on ne peut que regretter la sous-utilisation des mains-libres, des interactions vocales et la méconnaissance qu’ont les conducteurs des applications permettant une conduite plus sécuritaire telles que le « Mode conduite ».
Marc Rigolot, Directeur Général de la Fondation MAIF poursuit : « Nous observons deux évolutions majeures : les systèmes permettant de contrôler le smartphone via le véhicule et les comportements digitaux des personnes changent nos habitudes de conduite. Il faut les mesurer pour adapter la prévention des risques d'accidents ».

 

Ceux qui roulent le plus sont encore plus accros aux smartphones : L’étude montre que plus les kilomètres augmentent (au-delà de 35000kms parcourus / an), plus les conducteurs utilisent leur smartphone : les professionnels sont près de 60% à s’en servir quotidiennement mais 79% à effectuer leurs conversations & messages en mains-libres.
Mieux équipés que les particuliers, ils utilisent davantage leurs kits Bluetooth ou les commandes vocales de leur téléphone : les messages sont plus souvent écoutés et dictés que lus et écrits. La pratique des emails se développe nettement selon le profil du conducteur : souvent pour des motifs professionnels, elle reste l’apanage de ceux qui roulent le plus.


* Etude réalisée du 16 juin au 13 juillet 2017 par l’IFSTTAR grâce au financement de la Fondation MAIF sur un échantillon représentatif de la population française de 2671 personnes.

Photo d’accueil : © www.phonandroid.com

TRIBUNAL DE MÂCON : Il propose une « grosse sucette » à une fille de huit ans en se masturbant devant elle

TGI_MACON.jpg
Ce lundi après-midi, un trentenaire comparaissait devant le tribunal de grande instance de Mâcon, en comparution immédiate, pour avoir, samedi 30 juin, demandé une fellation à une fille de huit ans.

AUTOROUTE A6 : Deux morts, dont une femme enceinte, ce dimanche matin à hauteur de Charnay

2MORT SUR A6 MACON.jpg
L’accident est survenu ce matin vers 7h dans le sens Paris-Lyon, à hauteur de la ZI Sud de Mâcon, sur la portion située sur la commune de Charnay. A VOIR AUSSI : Les explications du capitaine Millery en vidéo.

TRIBUNAL DE MÂCON : « J’étais un enfant de la rue »

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg
Quand la vie ne fait pas de cadeau, s’en sortir relève du combat quotidien. C’est le cas pour ce jeune homme de 25 ans, A.K., qui comparaissait ce vendredi devant le tribunal de Mâcon pour des faits de vols, rébellion, et consommation de cannabis, le tout en récidive.

TRIBUNAL DE MACON : « Je vais t’enterrer vivante » gueule-t-il à sa femme, « je vais te saigner » à un gendarme

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg
Que de misère sociale et morale en ce bas monde… Christian M., enfance flinguée par un père alcoolique qui l’emmenait dans les bars, abandonné à 13 ans, sombre à son tour dans les affres de l’alcool, à 13 ans !

MÂCON : 42 mains courantes déposées contre elle au commissariat en 13 mois !

L'histoire commence vendredi soir 18 mai quand L.M., femme de 37 ans, SDF de la rue de la Barre, une fille de deux ans placée dans une famille d'accueil, a une altercation en soirée avec un riverain. Elle tient des propos racistes et une rixe éclate. ACTUALISÉ : Le verdict du 11 juin

TRIBUNAL DE MÂCON : Il fracasse la tête d'un jeune homme un soir de fête

TGI_MACON.jpg
K.C., 30 ans, 16 mentions au casier judiciaire. Son avocat le compte en page – 5 en tout ! – retraçant le parcours d'un individu qui, manifestement, a du mal à gérer ses pulsions agressives...

TRIBUNAL DE MÂCON : Un "petit" arsenal trouvé dans une cave aux Saugeraies quelques temps avant les attentats du 13 novembre...

TGI_MACON.jpg
Si aucun lien n'a été établit entre les attentats et cette terrifiante découverte, le contexte de la France fin 2015, était souligné par le minsitère public ce mercredi. Récit de l'audience qui a conduit deux prévenus à une condamnation sans équivoque.

TRIBUNAL DE MACON - Violence conjugale : Il frappe et mord sa compagne devant ses enfants

violences-conjugales.jpeg
Le 18 mai en fin d'après-midi, alors que la famille rentre après quelques achats effectués à Décathlon, le père et la mère commencent à se disputer sur un sujet au demeurant fort banal : les grands travaux routiers en cours à proximité du magasin. Les choses ne font que commencer...

TRIBUNAL DE MACON : 28 secondes pour braquer Le Tabac des quais

TGI_MACON.jpg
Ils étaient cinq prévenus à comparaître ce lundi après-midi devant le tribunal correctionnel de Mâcon. Deux frères pour le braquage du Tabac des quais commis le 22 octobre 2016, trois pour complicité, extorsion et complicité d'extorsion d’un des braqueurs. Le procès a duré plus de 6 heures.