vendredi 26 avril 2019

TGI_MACON.jpg

Ce qui devait être le bel anniversaire d'une adolescente de 14 ans s'est terminé dans la violence.

La maman s'est énervée après avoir été dérangée pour un paquet de levure. Elle a perdu le contrôle d'elle même et, dans son énervement, a assenné un coup de tête à sa fille avant de taper sa tête contre une porte !

Ce vendredi matin, elle comparaissait devant le tribunal correctionnel de Mâcon pour maltraitance envers sa fille.

 

Il en est ainsi des violences intra-familiales : on a souvent de quoi être surpris par les prétextes qui déclenchent les débordements, les actes intolérables. Une discussion autour d'un paquet de levure, qui dégénère... En effet, l'affaire avait de quoi faire sourire plus d'une personne dans le public, mais c'était évidemment vite oublier le drame familial qui se jouait derrière ce détail gastronomique. 

Le 30 septembre dernier, la jeune fille fête son 14ème anniversaire avec une copine et ses sœurs. Sa mère, qui a préparé les ingrédients pour le gâteau d'anniversaire, s'absente quelques instants chez une voisine. Elle a sorti tous les ingrédient, sauf la levure ! Ses enfants l'a rappellent alors pour lui en faire part et demander des indications pour le four. Une scène qui pourrait se dérouler dans des miliers de foyers sans qu'aucune dispute ne s'en suive. Ici, hélas, les choses vont vite dégénérer. Cette mère, condamnée à plusieurs reprises pour vol, rébellion, outrage et violences, perd la raison et s'en prend à sa fille. « Je n'ai le droit de rien faire, je dois toujours rester à la maison ! » aurait-elle crié en tirant sa fille par les cheveux.

 

« Cette histoire peut prêter à sourir,  mais pour cette jeune fille, ce n'est pas drôle du tout » rappelle l'avocate de la victime, se questionnant sur la capacité de la prévenue à se contrôler. « On a l'impression que vous avez du mal à vous comporter en parent » l'interpelle la procureure. « Après des passages en prison, je pense qu'il est aujourd'hui important de demander une condamnation financière afin de rendre les choses tangibles pour la prévenue » poursuit-elle tandis que la défense tente de contextualiser ces actes inaccpetables en dépeignant la vie d'une mère en difficulté.

« Elle n'a pas vraiement reçu une éducation bienveillante, et les deux pères des trois enfants sont royalement absents » explique l'avocate de la prévenue qui a qualifié la situation de « situation cocotte-minute qui a dérapé ». Alors seulement une réaction d'exaspération ? Quoi qu'il en soit, la prévenue est actuellement suivie par un psychologue pour parvenir à contrôler ses pulsions, tandis que sa fille a été placée afin de limiter les disputes familiales.

Mais le tribunal va au delà et condamne la mère à 80 jours d'amende à 5 euros, ainsi qu'une somme de 500 euros à verser à sa fille en guise de réparation du préjudice moral. Pas de blessures physiques pour la demoiselle.  

 

L'argent ne peut fait pas le bonheur, mais il y contribue dit-on... Formulons le voeu que l'amende agisse comme une sanction concrête qui provoque la prise de conscience immédiate. C'est en tout cas l'esprit qui semble avoir gouverné les réquisitions de la procueure.   

D.N.

 

THOISSEY : Collision frontale au niveau du port

COLLISION FRONTALE PORT THOISSEY - 1.jpg
Un des blessés, gravement touché, a été héliporté.

MÂCON : Un quadragénaire profère des menaces de mort de chez lui vers l'extérieur

1541352411_police-afp.jpg
Les faits se sont produits hier soir rue de Bourgogne à Mâcon. Il était à peu près 20h30 quand un homme de 45 ans, alcoolisé, a proféré des menaces de mort vers l'extérieur, envers les pompiers notamment. Il était chez lui dans son appartement.

MÂCON-LOCHÉ : Suicide sur les voies du TGV

L'accident est survenu ce début d'après-midi sur les voies de la ligne TGV, allant de Mâcon à Lyon.

TRIBUNAL DE MÂCON : Contrôlé deux fois en une semaine au volant alors qu’il n’avait pas le permis

TGI_MACON.jpg
A 64 ans, Patrick est bien connu des services de police : 24 mentions au casier judiciaire !

TRIBUNAL DE MÂCON : Fou de jalousie, il frappe, insulte et crache sur tout ce qui passe

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg
Kevin C., 31 ans, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel pour des faits de violences commis le 10 décembre à Mâcon.