samedi 18 novembre 2017

NUMERIQUE LIEN SOCIAL MJC HERITAN - 1.jpg

Milad Doueihi est historien des religions, titulaire de la chaire d'humanisme numérique à l'université de Paris-Sorbonne. Il fait un parallèle ici entre le maritime et le numérique, donnant quelques éléments de compréhension de l'évolution du monde. 

Auteur de livres sur le numérique, son prochain ouvrage, intitulé « Rivages numériques », paraîtra en janvier prochain. A ses côtés était invitée Cécile Untermaier, députée de la Saône-et-Loire, présidente du groupe de travail « La démocratie numérique et les nouvelles formes de participation citoyennes » à l'Assemblée nationale.

La « terre habitée » des anthropologues et ethnologues des XIX et XXe siècles n'existe plus. Elle n'existe plus à cause du numérique, précise Milad Doueihi. Désormais, on découvre, on observe, on voyage sans voyager. Le monde est devenu un village global. « La terre habitée n'est plus ce qu'elle était : de nouveaux lieux émergent et invitent à un regard autre, à une grille de lecture et d'analyse qui prend en compte la dimension urbaine et anthropologique et les spécificités et contraintes induites par la nature numérique des lieux », note le penseur, qui avance le concept de « terres habitables », une nouvelle façon de voir le monde.

Un vocabulaire qui navigue du maritime au numérique

Naviguer sur la toile, surfer sur le web… Le vocabulaire numérique a beaucoup emprunté au vocabulaire maritime, exprimant une manière de circuler librement dans une immensité sans démarcation. « La mer n'admet pas de frontières. » Dès lors, qui est souverain dans l'espace maritime ? Il a fallu deux siècles et demi de controverses entre nations avant d'aboutir à des négociations sur la souveraineté de cet espace. Ces débats contradictoires afin de dresser des règles juridiques maritimes offrent aujourd'hui des pistes pour élaborer un droit international concernant la souveraineté et la protection de l'individu, deux notions que les Etats ont du mal à gérer lorsqu'elles s'appliquent au numérique par essence sans patrie et sans limites.

Pendant des années, le numérique a été une « culture de la chaise » pratiquée sédentairement faute de pouvoir déplacer un matériel lourd et encombrant. Ce temps est révolu. Le numérique est devenu une culture nomade grâce à des équipements miniaturisés, mobiles et géolocalisables qu'on emporte avec soi, voire sur soi : « La peau est devenue une interface », souligne Milad Doueihi.

Le numérique, avide de données nouvelles, est ainsi sans cesse alimenté par des appareils de plus en plus précis et sophistiqués livrant des renseignements, des « traces », sur les utilisateurs et leur géolocalisation. L'exploitation de ces informations et de la traçabilité posent un problème de protection juridique. Les machines sont dans l'incapacité d'oublier. Qu'en est-il du droit à l'oubli ? « Nous vivons une période de transition dans laquelle la gestion de la mémoire, des écrits comme des identités, est floue, indécise », relève Milad Doueihi, qui constate que la massification des données transforme les concepts d'identité et de citoyenneté.

En modifiant nos rapports avec le temps, l'espace, la politique, nous-mêmes, le numérique induit des bouleversements tels qu'il faut repenser l'humain et accompagner cette réflexion d'une nouvelle gouvernance politique, juridique, sur un territoire qui échappe encore au législateur. Une nouvelle éthique est à définir : l'éthique numérique.

Sur ce plan, Cécile Untermaier rejoint Milad Doueihi.

La députée saône-et-loirienne est venue témoigner de son travail à l'Assemblée nationale et auprès des citoyens. Et particulièrement de son action à la présidence de la commission sur « la démocratie numérique et les nouvelles formes de participation citoyenne ».

Comment penser la citoyenneté à l'heure numérique ?

« Partis du constat que le politique est très éloigné du citoyen, nous avons été amenés à réfléchir à de nouveaux modes de fonctionnement. L'outil numérique doit permettre de rapprocher le citoyen de l'élu. » L'ambition de son groupe de travail : enrichir la démocratie représentative, revaloriser le dialogue en faisant participer le plus de monde possible à la décision politique par le biais du Net.

La pétition citoyenne en ligne est un dispositif qui mérite d'être expérimenté, argumente la députée. Inscrire dans la Constitution, qui est la loi fondamentale incontournable, cette évolution de l'expression citoyenne est un des objectifs de la commission. « Poser aussi comme condition qu'il y ait un droit universel à l'accès à internet, quelles que soient les générations, mais aussi en borner l'usage » en instaurant l'obligation de transparence. « La démocratie numérique, oui », approuve Cécile Untermaier. « Elle permet de consulter largement à travers une plate-forme transparente, d'interpeller le député. »

 

Dans la salle, parmi les auditeurs attentifs, étaient présents des élèves du lycée Lucie-Aubrac de Davayé et du lycée Cassin de Mâcon. Les questions posées aux intervenants reflétaient les inquiétudes de certains. Dans cette civilisation de la machine et des algorithmes qui s'annonce, où se situent l'humain, le libre-arbitre, le lien social ? Entre connectés et déconnectés, comment dialoguer ? L'avènement du numérique ne risque-t-il pas d'aggraver la fracture sociale ? Penser mutation numérique implique de penser fracture numérique, solitude numérique, exclusion numérique…

Relever le défi numérique, c'est prendre en considération toutes ces interrogations légitimes, les certitudes des uns, les doutes et les méfiances des autres.L'« humanisme numérique » de Milad Doueihi est « un idéal de transparence et de partage ».

R.A.

 

EXPO : L'artiste peintre Grégory Pouillat entraîne les Mâconnais dans son univers fantastique

galerie-mary-ann-macon-gregory-pouillat-expo7.jpg
Les graffitis, peintures et dessins minutieux de Grégory Pouillat, jeune artiste peintre mâconnais de talent, vous entraînent dans un monde fantastique avec crânes, squelettes, allégories de la mort et animaux.

EXPO : L'œuvre éclectique du peintre Paul Dailler exposée à la salle François Martin

expo Paul DAILLER Mâcon (21).JPG
Une fois de plus, le peintre et dessinateur Paul Dailler propose au public mâconnais de découvrir son art éclectique lors d’une exposition à la salle François Martin.

MILAD DOUEIHI À LA MJC HÉRITAN : "Le numérique a été une « culture de la chaise »"

NUMERIQUE LIEN SOCIAL MJC HERITAN - 1.jpg
Milad Doueihi est historien des religions, titulaire de la chaire d'humanisme numérique à l'université de Paris-Sorbonne. Il fait un parallèle ici entre le maritime et le numérique, donnant quelques éléments de compréhension de l'évolution du monde.

EXPO : « Rêves de nature », photos flamboyantes de Michel Lerouge et Amédée de Almeida à L'Envoûtée

galerie-mary-ann-macon-Michel Lerouge-et-Amedee-de-Almeida6.jpg
« Michel Lerouge et Amédée de Almeida sont deux photographes naturalistes parmi les meilleurs d'Europe », annonce Jean-Paul Gollin qui accueille à la galerie L'Envoûtée ces « deux artistes exceptionnels ».

MUSIQUE : Kaym, une nouvelle voix sur la scène musicale mâconnaise

Untitled12.jpg
Le compositeur et interprète mâconnais Kaym travaille à son premier album de chansons en Français. Il vient de tourner à Genève un vidéoclip pour une des chansons de ce futur album.

EXPO - Céphas Amévo L'Envoûtée : "je suis inspiré par les paysages français"

Céphase-Amévo_expo_envoûtée_08_2017_0004.jpg
Vives, lumineuses, incandescentes, les toiles de Céphas Amévo nous plongent d'emblée dans un univers coloré et flamboyant. Une explosion de couleurs, entre abstraction et figuratif.

EXPO : Frédéric Leroy, un artiste humaniste aux multiples talents

frederic-leroy-vernissage-sculpture-peinture-frederic-Leroy-hotel-senece-macon-academie-bourgogne-clesse-bois-pierre-tailleur-28-juillet-13-aout-2017-macon-infos7.jpg
Ce vendredi 28 juillet 2017, de nombreux amis et admirateurs sont venus au vernissage de Frédéric Leroy pour partager un moment convivial avec l’artiste, qui expose du 29 juillet au 13 août de nombreuses sculptures et peintures à l’Hôtel Senecé.

MUSIQUE RAP : Bousta Bouzihaine (Mâcon) prépare un album hommage au hip hop originel

BOUSTA BOUZIHAINE HIP HOP MACON.jpg
Il revient des Etats Unis et vient de créer un label. Rencontre.

LIVRE : Naïmi Ayad, Mâconnaise, signe L'Hymne à ma mère

AYAD.jpg
ACTUALISÉ : Elle sera ce soir à la MJC des Blanchettes pour une rencontre-dédicaces