jeudi 21 novembre 2019
  • CENTRE AQUATIQUE MBA MACON NOV2019 - 1.jpg
  • DECATHLON MACON TROCATHLON 2019223 - 1.jpg
  • AUTISME CD71 20NOV.jpg

TGI_MACON.jpg

Les prévenus étaient deux à se présenter sous escorte dans le box des accusés ce mercredi soir au tribunal de Mâcon, avec la mine du regret. Deux hommes de 24 et 36 ans ayant braqué un bureau de tabac au petit matin le 22 août dernier à Tournus. ACTUALISÉ : Les messieurs sont en prison.

Les deux individus, cagoulés, étaient entrés dans le bureau de tabac à un moment où il n’y avait pas de client. Le plus jeune était porteur d’une arme. Par chance, pour lui comme pour la buraliste, la menace avec arme n’a pas été retenue dans la qualification des faits, leur évitant à tous les deux la cour d’Assise. Il s’agissait en effet d’une vieille « arme rouillée » comme l’expliqua le prévenu détenteur, « achetée 10€ dans une brocante à un vieil homme ». Par ailleurs, l’arme n’était pas chargée, et est restée à hauteur du bassin du porteur, canon vers le bas.

 

Procès aux Assises évité donc pour ces deux toxicomanes, en quête de repentance pour l’un, le plus vieux, en CDI, qui commençait à se sortir de l’addiction à la drogue grâce à la prise de méthadone ; paniqué pour l’autre, accablé et menacé par un dealer pour une dette de 9 500€. « Oui, c’est moi qui ait eu l’idée du braquage » avoue-t-il au juge. Forcément, avec une épée de Damoclès pareille sur le tête et une addiction à la coke à 24 ans (et déjà trois condamnations), il fallait trouver une… « solution »… et mettre un de ses potes de shoot dans le coup par dessus le marché, pote qui ne devait au départ que conduire la voiture qui le mènerait à proximité du bureau de tabac et se tirer à Mâcon. Le Pote entrera finalement aussi dans le bureau de tabac.

Ces messieurs étaient visiblement pleins de regrets devant la victime, présente à l’audience.

 

Quoi qu’il en soit, Assises évitées, mais pas la Correctionnelle. Le vol est caractérisé et la gérante, effrayée et traumatisée, a bénéficié de 10 jours d’ITT (interruption totale de travail). « J’ai déjà été braquée, c’est très difficile à vivre. » 

Cette fois-ci, elle a déclenché un fumigène dans son bureau de tabac pour tenter de faire fuir les malfaiteurs, qui sont finalement partis avec une dizaine de cartouches de cigarettes, du tabac et un peu d’argent, 40€. Maigre butin pour faire face à la dette du fils de son amie.

 

Bien sûr, la grande question qui s’est posée est celle-ci : la buraliste a-t-elle reconnu le plus jeune des braqueurs, fils de son amie ? « Non, il m’a fait pensé à lui pendant quelques secondes, mais je ne l’ai pas reconnu. Tout cela me désole, je ne comprends pas comment il a pu faire une chose pareil, sachant que j’ai dîné récemment avec sa mère. »

« Il n’était pas question de lui faire du mal » se défendront-ils tous les deux. Encore heureux !… Pour autant, le mal a été fait.

 

Quelque peu incrédule, comme tout le monde, le juge les provoquera avec une ironie interrogative : « Mais alors vous êtes quoi ? Les pieds nickelés ou de vrais malfaiteurs ? Oui, non, on le fait, on le fait pas ?… Mais on achète quand même une arme. Tout cela était prémédité, mais en seulement en 48h… Ce que vous avez fait est grave messieurs. En avez-vous pleinement conscience ? »

Le plus âgé, perquisitionné et interpellé chez lui par les gendarmes, reconnaîtra immédiatement les faits. Le plus jeune, pris de panique, la peur de la prison au ventre, ne reconnaîtra les faits qu’à la 3ème audition des gendarmes, quand il comprendra que son acolyte a tout avoué.

 

Tous les deux ont souhaité être jugés ce mercredi. Ils étaient présentés au tribunal en comparution immédiate et n'ont pas demandé de renvoi. Le plus jeune, Nicolas, a pris 5 ans de prison dont 2 ans de sursis mise à l'épreuve ; le second, Alexandre, a pris 3 ans dont 2 ans de sursis mise à l'épreuve. Un mandat de dépôt a été délivré pour ces deux messieurs. 

Le parquet a fait appel de la décision du tribunal pour Alexandre.   

 

Rodolphe BRETIN

 

MÂCON : Coups, crachats et injures à l'encontre d'agents SNCF

Mardi soir, vers 21 h, les policiers sont intervenus à la gare de Mâcon Ville. ACTUALISÉ avec le verdict du tribunal.

MÂCON : Au volant sans permis, shooté de la veille, dans une voiture qui ne lui appartenait pas

TGI_MACON.jpg
Un homme de 43 ans, qui se rendait mercredi matin à son stage chez un viticulteur, a été contrôlé par la police. L'affaire a été réglée au tribunal ce jeudi dans le cadre d'une comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Un train a percuté une personne, la ligne TER Paris-Marseille fermée dans les 2 sens

TRAIN SANCE 9OCT.jpg
Actualisé à 12:31 - La thèse de l'homicide a été envisagée.

MÂCON : Deux mineurs revendaient des iPhone XS achetés "une bouchée de pain" sur internet

Deux affaires de vente de produits contrefaits ont été mises à jour en deux jours par les policiers de la brigade anti-criminalité de Mâcon. La seconde a concerné un individu majeur revendant des contrefaçons de chaussures et de sacs de marque.

LA CHAPELLE DE GUINCHAY : Un blessé dans un carambolage en chaîne route de Juliénas

ACCIDENT ROUTE DE JULIENAS1.jpg
L'accident s'est produit ce samedi matin avant 11 heures, entre les communes de La Chapelle et de Juliénas.

CRÊCHES-SUR-SAÔNE : Un blessé dans une collision entre un véhicule et un poids lourd

CRECHES faits divers 1er aout.jpg
Toutes les photos de l'accident. Actualisé : les circonstances de l'accident.