mardi 23 octobre 2018

Quand M. Courtois n’entend pas les voix rurales


« Défense de la ruralité, trop longtemps sacrifiée » écrivait Jean-Patrick Courtois dans sa profession de foi pour les élections législatives du mois de juin 2017. Les discours et les promesses politiques se périment bien vite. Les communes rurales du mâconnais l’ont appris une fois encore à leur dépend. En prenant la décision, lors du conseil communautaire du 28 septembre, de supprimer le financement des bus scolaires de la pose méridienne, M. Courtois et l’ensemble de son exécutif ont mis en grandes difficultés de nombreuses familles des communes rurales qui comptaient sur ce service assuré jusqu’alors par le SITUM et désormais organisé par MBA. Dans les cas où les communes ou RPI ne se substitueront pas au désengagement de MBA, comment feront les enfants pour se rendre à la cantine ou chez eux pour le déjeuner ?

Quelle solution leur est offerte ? Aucune.

Par cette décision est créée une différence inédite entre les communes urbaines et les communes rurales. Sans parler de la navette mâconnaise payée par MBA et mise à disposition gratuitement des habitants de Mâcon. Coût de cette promesse de campagne du maire de Mâcon : 300000 € annuel qui, de ce fait, ne profite qu’à certains.
Quelques instants plus tard, lors de ce même conseil communautaire, M. Courtois faisait financer, par la communauté d’agglomération, l’éclairage du pont Saint Laurent, et cela hors des compétences MBA, hors des règlements d’intervention, hors fonds de concours. Dans quelle mesure n’y a t-il pas confusion de budget entre la MBA et la commune de Mâcon. Subsidiairement et compte tenu du fait que les habitants de Mâcon sont les premiers concernés par cette mise en valeur du pont, la commission finance avait proposé à l'unanimité d'augmenter un peu la participation de Mâcon. Malgré l'unanimité de la commission il n'a été tenu aucun compte de ce vote. Un beau cadeau aux habitants de Mâcon financé, une fois encore, par les communes rurales
La promesse du candidat Courtois de 1 € urbain rural : 1 € rural est bel et bien enterrée...... Comme est enterrée la promesse de remboursement de la CFE aux nombreux commerçants déjà assailli d’impôts -Car

M. Courtois, est l’homme qui a augmenté tous les impôts de notre territoire. Pour quels projets ?
Comme est enterrée sa promesse de ne pas prendre d’indemnité pour la présidence de MBA... Nous avons besoin de responsables qui tiennent leur parole qui, citons une fois encore M. Courtois: « sans esprit partisan et en privilégiant exclusivement l’intérêt général »

Aussi, dans un souci d’équité, nous demandons à M. Courtois et à son exécutif de rétablir les transports scolaires pour les enfants des écoles primaires fréquentant nos RPI. Bien qu’acceptée par la majorité des délégués communautaires, plus par appartenance politique que par souci de l’intérêt général, il est temps de montrer que l’exécutif de MBA peut écouter et décider sans esprit partisan et qu’ il est plus que temps de rétablir l’égalité de 1 € urbain et 1 € rural.
Pour les enfants des écoles évitez-nous d’appeler tous les parents des communes rurales à se joindre à nous pour défendre cette régression.

 

Patrick Monin,

maire d'Azé et membre de l'opposition à la Mâconnais Beaujolais Agglomération

 

 

 

POLITIQUE : Huit Français sur 10 prêts à se battre pour l'Europe... Les Marcheurs avec eux

En_Marche_Europe.jpg
Les citoyens désirant faire acte de candidature pour les élections européennes ont jusqu'au 15 novembre.

POLITIQUE : Une rentrée avec une ministre pour les Marcheurs de Saône-et-Loire, pour booster la foi

DIRX VIDAL LAREM71.jpg
Invitée à Tournus par LaREM à l’occasion de la rentrée départementale du parti, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, est venue transmettre son enthousiasme.

RENTREE POLITIQUE DE LaREM 71 - Francois Patriat : « France is back !… et on fait ce qu’on a dit ! »

LAREM71 PATRIAT5 - 1.jpg
L’ex-président de la Région Bourgogne, aujourd’hui président du groupe LaREM au Sénat et des députés LaREM de Saône-et-Loire, a conclu la matinée de travail et d’échanges avec les Marcheurs de Saône-et-Loire réunis à Tournus. Extraits de son intervention.

DEMISSION DE NICOLAS HULOT – Benjamin Dirx : « Il se trompe sur son bilan »

BENJAMIN DIRX HULOT.jpg
Le député de la 1ere circonscription a réagit pour macon-infos à la suite de la démission du ministre de la Transition écologique.

DÉMISSION DE NICOLAS HULOT : "Nous ne voulons plus nous mentir" réagissent les écologistes d'EELV BFC

A lire aussi, les réactions de la CAPEN 71 et des Jeunes Avec Macron.