dimanche 31 mai 2020
  • TREMA MACON NOUVELLES REGLES (2).jpg
  • MUSEE URSULINES MACON REOUVERTURE.jpg
  • CREMANTS VIGNERONS IGE MAIJUIN20202 - 1.jpg

Communiqué de presse

 

Comme près de 10 millions de Français, nous avons suivi attentivement ce dimanche le fameux premier grand entretien du président de la République.

Interviewé par les journalistes du groupe TF1, Emmanuel Macron, est d'abord revenu sur sa présidence ou plutôt son "hyperprésidence" ainsi que sur les fameuses phrases polémiques qui ont fait bien plus débat sur la forme que sur le fond. Premier vrai grand sujet de ce rendez-vous: la loi travail.

Le chef de l'Etat a confirmé sa ligne politique qui est de libérer et de protéger les différents acteurs des entreprises françaises.

Nous avons observé un certain réalisme de la vision du monde du travail du président, nous pensons que ces réformes étaient plus que nécessaires, c'était d'ailleurs l'un des cheval de batailles de la droite traditionnelle depuis des années.

C'est donc conformément à nos esprits de convictions que nos représentants a l'Assemblé national ont votés en faveur de ces réformes.

 

Néanmoins si le côté "libéré" est bien présent, nous, militants de Saône-et-Loire mettons un grand bémol sur la protection des salariés. En effet, le plafonnement des indemnités pour licenciement abusif nous semble être beaucoup trop bas. Mais nous ne pouvions pas ne pas voter un ensemble de bonnes réformes pour un point précis.

Notre organisation se veut être constructive et donc faire avancer autant que possible notre pays qui stagne depuis trop longtemps dû à des oppositions stériles.

C'est dans ce même esprit que nous saluons les réformes fiscales qu'Emmanuel Macron souhaite mettre en place, dont il a rappelé l'importance de ces dernières.

 

La suppression de l'ISF qui fait fuir nos concitoyens les plus "riches". La baisse des charges salariales qui redonnera du pouvoir d'achat à l'ensemble des salariés. Nous avons à cœur que le travail paye davantage.

 

Toutefois, si nous sommes en accord sur les deux points cités auparavant, nos députés ont émis des réserves. Nous sommes opposés à une hausse de la CSG, celle ci, impacteront directement et injustement certaines catégories de Français, comme les retraités. Nous favorisons une hausse de la TVA qui compensera ces mesures équitablement sur l'ensemble des concitoyens.

 

Pour conclure, nous souhaitions revenir sur la lutte antiterrorisme évoqué également lors de cette soirée. Il s'agit d'un point important de l'actualité de ces dernières années qui ont vu bon nombres de victimes périr sous la barbarie d'un ensemble d'individus prétendant agir au nom d'une religion qui prône en réalité la paie et l'amour entre les peuples. Alors que les opérations sentinelles sont de vraies réussites, l'état d'urgence constante elle, ne pouvait plus durer, elle s'avérait être bien plus onéreuse qu'efficace.

 

Une loi a été adoptée pour sortir la France de cette mesure décrétée par François Hollande au moment des attentats qui avaient touché Paris. Alors que dans le paysage politique français le parti représenté par Jean-Luc Mélenchon dénonçait une privatisation des libertés, pendant que la ligne LR de Laurent Wauquiez ainsi que la droite extrême dénonçaient eux à l'inverse un laxisme complet du gouvernement.

 

Nous avons rappelé le plus important pour nous. Redonner de la vie à la France. Nous avons donc voté cette loi qui nous semblait être équilibrée malgré quelques déceptions sur un manque de certaines mesures comme notamment la connaissance des individus fichés S par les maires des communes.

 

Mais une fois de plus nous avons fait le choix de faire avancer le pays dans la bonne direction tout en défendant nos revendications. Après ses premiers mois passés sous l'ère MACRON, nous sommes convaincus, malgré nos différences que la France avance enfin vers ce qu'elle doit être. Un pays moteur d'une Union européenne forte, capable de protéger et de rivaliser face aux géants américains ou asiatiques.

 

Nous travaillerons toujours en ce sens pour mener à bien ce projet.

 

Les constructifs de Saône-et-Loire

 

POLITIQUE : Jérôme Durain pose au Gouvernement la question de la responsabilité des élus locaux

Le Sénateur de Saône-et-Loire estime que « L'Etat qui décide de tout ne peut pas reporter sa responsabilité sur les élus locaux »

EXPRESSION POLITIQUE : « Les masques, où est la vérité ? » demande instamment Marie Mercier

La sénatrice de Saône-et-Loire fait part de la consternation, voire du dégoût des professions médicales et para-médicales...

Covid-19 : Les nouveaux élus de gauche au Conseil municipal de Mâcon veulent être impliqués

Dans une lettre adressée au maire, ils formulent quelques propositions et demande un effot de transparence.

Le sénateur Jérôme Durain demande au gouvernement des consignes claires concernant la gestion des masques

Lors de la séance de questions au gouvernement ce mercredi, le sénateur PS de Saône-et-Loire et conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté a évoqué la réquisition par l'Etat des masques commandés par la Région.

EXPRESSION POLITIQUE : L’URDC demande plus d'«ambition» pour sauvegarder les entreprises

Présidant le groupe d'opposition URDC au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, François Sauvadet salue les mesures d’urgence prises par la majorité face à la crise sanitaire, tout en proposant d'ajouter des aides directes pour sauvegarder les entreprises et les emplois.

EXPRESSION POLITIQUE : Julien Odoul regrette « un rendez-vous en catimini »...

et appelle à l'union régionale autour des soignants et de la Bourgogne Franche-Comté. Le président du groupe Rassemblement national au conseil régional s'exprime dans un long communiqué avant l'assemblée de ce vendredi.

Toni Spinazze (CAPEB 71) : "La vie d’un artisan ou d’un ouvrier du BTP vaudrait-elle moins que celle de n’importe quel autre citoyen ?"

Il n'y pas que les médecins et le personnel soignant qui soient scandalisés par les manquements du Gouvernement... Après celle de Pierre Bost, patron de Alpes Bourgogne Constructions, la charge du président de la CAPEB 71 contre Muriel Pénicaud dans une lettre ouverte.