C'était une matinée agitée pour cette femme de ménage qui était en train de nettoyer les locaux d'une entreprise située quai Lamartine. De l'autre côté de la petite cour, elle voit un homme d'une trentaine d'années se masturber devant elle. Comme elle avait aperçu ce même homme la veille, dans la même pose, elle alerte les forces de l'ordre qui se rendent aussi tôt sur les lieux.

 

Ce vendredi matin, les policiers pénètrent donc dans l'appartement qui fait plus penser à un squat en raison de son insalubrité qu'à un lieu de vie. Tout au fond du couloir, le voilà l’exhibitionniste : toujours nu et dans sa pose habituelle, il tient son sexe érigé dans la main.

Il déclare alors vivre seul et agir régulièrement ainsi, « à la vue des femmes » depuis sa fenêtre.

 

Placé en garde à vue, il est finalement remis en liberté et sera présenté à un psychiatre pour que celui-ci détermine s'il aura l'obligation de suivre un traitement ou s'il devra se présenter devant le tribunal pour ses actes.