mardi 23 octobre 2018

 

Communiqué 

Cette rentrée 2017 a comme un goût amer de retour en arrière. Le nouveau Président de la République, Emmanuel Macron, nous avait annoncé une nouvelle politique, de nouvelles manières d’agir, de donner la parole à la société civile. C’est dommage, quelques mois après son élection nous constatons qu’il fait comme avant, tout en bouleversant les repères. Il a simplement renouvelé l’élite qui reste bien dans la place. Il profite de tous les droits donnés par la Constitution pour imposer ses choix.

Il a oublié qu’il a été élu contre Marine Le Pen mais qu’une majorité de ses électeurs n’ont pas approuvé son programme. Même s’il avait annoncé vouloir gouverner par ordonnance, nous ne savions que très peu de choses sur le contenu de ces dernières avant le 31 août ... Il en est de même pour les autres secteurs des politiques publiques. Et cela va concerner les personnes handicapées comme le reste de la population.

Il eût été heureux que le Gouvernement augmente comme prévu l’allocation aux adultes handicapés. Le pays en a les moyens. Les 50 € supplémentaires versés en novembre 2018 et les 40 € versés en novembre 2019 sont bien en deçà de ce que réclamait les associations et notamment l’A.M.I. Cette annonce est un reniement de l’engagement du Président et met à terre sa doctrine du « en même temps » car la réduction de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune pour les très riches reste bien fixée au 1er janvier 2018.

Nous serons encore en dessous du seuil de pauvreté pour la France qui est de 1008 euros par mois et encore plus loin du montant du SMIC net - 1 139,81 euros mensuels - mesure de justice qui permettrait aux personnes qui ne peuvent pas travailler de vivre dans la dignité.

De plus, le pouvoir d’achat des allocataires de l’A.A.H sera réduit par la baisse de l’Aide Personnalisée au Logement et la refonte de la politique du logement et des règles de construction. Nous n’oublions pas non plus la hausse de la Contribution Sociale Généralisée sans compensation pour les invalides et les retraités. En l’absence de représentants du personnel et de personnes dûment mandatées, nous aurons plus de mal à faire respecter le droit à la formation, à l’insertion professionnelle durable dans l’entreprise, au droit au reclassement, au maintien dans l’emploi lorsqu’un problème de santé ou de handicap surviendra.

Cela sera d’autant plus difficile que l’on prévoit de diminuer les moyens des services de santé au travail, comme le rôle et les attributions du médecin du travail.

L’A.M.I demande au Gouvernement de respecter ses propres engagements, notamment une augmentation de l’A.A.H de 100 euros au 1er janvier 2018.
Afin qu’il modifie le calendrier annoncé le 20 septembre, l’A.M.I appelle l’ensemble des personnes malades et handicapées à faire part de leur mécontentement quant aux mesures envisagées.


Le Conseil National de l’A.M.I

POLITIQUE : Huit Français sur 10 prêts à se battre pour l'Europe... Les Marcheurs avec eux

En_Marche_Europe.jpg
Les citoyens désirant faire acte de candidature pour les élections européennes ont jusqu'au 15 novembre.

POLITIQUE : Une rentrée avec une ministre pour les Marcheurs de Saône-et-Loire, pour booster la foi

DIRX VIDAL LAREM71.jpg
Invitée à Tournus par LaREM à l’occasion de la rentrée départementale du parti, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, est venue transmettre son enthousiasme.

RENTREE POLITIQUE DE LaREM 71 - Francois Patriat : « France is back !… et on fait ce qu’on a dit ! »

LAREM71 PATRIAT5 - 1.jpg
L’ex-président de la Région Bourgogne, aujourd’hui président du groupe LaREM au Sénat et des députés LaREM de Saône-et-Loire, a conclu la matinée de travail et d’échanges avec les Marcheurs de Saône-et-Loire réunis à Tournus. Extraits de son intervention.

DEMISSION DE NICOLAS HULOT – Benjamin Dirx : « Il se trompe sur son bilan »

BENJAMIN DIRX HULOT.jpg
Le député de la 1ere circonscription a réagit pour macon-infos à la suite de la démission du ministre de la Transition écologique.

DÉMISSION DE NICOLAS HULOT : "Nous ne voulons plus nous mentir" réagissent les écologistes d'EELV BFC

A lire aussi, les réactions de la CAPEN 71 et des Jeunes Avec Macron.