dimanche 31 mai 2020
  • TREMA MACON NOUVELLES REGLES (2).jpg
  • MUSEE URSULINES MACON REOUVERTURE.jpg
  • CREMANTS VIGNERONS IGE MAIJUIN20202 - 1.jpg

 

Communiqué 

Cette rentrée 2017 a comme un goût amer de retour en arrière. Le nouveau Président de la République, Emmanuel Macron, nous avait annoncé une nouvelle politique, de nouvelles manières d’agir, de donner la parole à la société civile. C’est dommage, quelques mois après son élection nous constatons qu’il fait comme avant, tout en bouleversant les repères. Il a simplement renouvelé l’élite qui reste bien dans la place. Il profite de tous les droits donnés par la Constitution pour imposer ses choix.

Il a oublié qu’il a été élu contre Marine Le Pen mais qu’une majorité de ses électeurs n’ont pas approuvé son programme. Même s’il avait annoncé vouloir gouverner par ordonnance, nous ne savions que très peu de choses sur le contenu de ces dernières avant le 31 août ... Il en est de même pour les autres secteurs des politiques publiques. Et cela va concerner les personnes handicapées comme le reste de la population.

Il eût été heureux que le Gouvernement augmente comme prévu l’allocation aux adultes handicapés. Le pays en a les moyens. Les 50 € supplémentaires versés en novembre 2018 et les 40 € versés en novembre 2019 sont bien en deçà de ce que réclamait les associations et notamment l’A.M.I. Cette annonce est un reniement de l’engagement du Président et met à terre sa doctrine du « en même temps » car la réduction de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune pour les très riches reste bien fixée au 1er janvier 2018.

Nous serons encore en dessous du seuil de pauvreté pour la France qui est de 1008 euros par mois et encore plus loin du montant du SMIC net - 1 139,81 euros mensuels - mesure de justice qui permettrait aux personnes qui ne peuvent pas travailler de vivre dans la dignité.

De plus, le pouvoir d’achat des allocataires de l’A.A.H sera réduit par la baisse de l’Aide Personnalisée au Logement et la refonte de la politique du logement et des règles de construction. Nous n’oublions pas non plus la hausse de la Contribution Sociale Généralisée sans compensation pour les invalides et les retraités. En l’absence de représentants du personnel et de personnes dûment mandatées, nous aurons plus de mal à faire respecter le droit à la formation, à l’insertion professionnelle durable dans l’entreprise, au droit au reclassement, au maintien dans l’emploi lorsqu’un problème de santé ou de handicap surviendra.

Cela sera d’autant plus difficile que l’on prévoit de diminuer les moyens des services de santé au travail, comme le rôle et les attributions du médecin du travail.

L’A.M.I demande au Gouvernement de respecter ses propres engagements, notamment une augmentation de l’A.A.H de 100 euros au 1er janvier 2018.
Afin qu’il modifie le calendrier annoncé le 20 septembre, l’A.M.I appelle l’ensemble des personnes malades et handicapées à faire part de leur mécontentement quant aux mesures envisagées.


Le Conseil National de l’A.M.I

POLITIQUE : Jérôme Durain pose au Gouvernement la question de la responsabilité des élus locaux

Le Sénateur de Saône-et-Loire estime que « L'Etat qui décide de tout ne peut pas reporter sa responsabilité sur les élus locaux »

EXPRESSION POLITIQUE : « Les masques, où est la vérité ? » demande instamment Marie Mercier

La sénatrice de Saône-et-Loire fait part de la consternation, voire du dégoût des professions médicales et para-médicales...

Covid-19 : Les nouveaux élus de gauche au Conseil municipal de Mâcon veulent être impliqués

Dans une lettre adressée au maire, ils formulent quelques propositions et demande un effot de transparence.

Le sénateur Jérôme Durain demande au gouvernement des consignes claires concernant la gestion des masques

Lors de la séance de questions au gouvernement ce mercredi, le sénateur PS de Saône-et-Loire et conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté a évoqué la réquisition par l'Etat des masques commandés par la Région.

EXPRESSION POLITIQUE : L’URDC demande plus d'«ambition» pour sauvegarder les entreprises

Présidant le groupe d'opposition URDC au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, François Sauvadet salue les mesures d’urgence prises par la majorité face à la crise sanitaire, tout en proposant d'ajouter des aides directes pour sauvegarder les entreprises et les emplois.

EXPRESSION POLITIQUE : Julien Odoul regrette « un rendez-vous en catimini »...

et appelle à l'union régionale autour des soignants et de la Bourgogne Franche-Comté. Le président du groupe Rassemblement national au conseil régional s'exprime dans un long communiqué avant l'assemblée de ce vendredi.

Toni Spinazze (CAPEB 71) : "La vie d’un artisan ou d’un ouvrier du BTP vaudrait-elle moins que celle de n’importe quel autre citoyen ?"

Il n'y pas que les médecins et le personnel soignant qui soient scandalisés par les manquements du Gouvernement... Après celle de Pierre Bost, patron de Alpes Bourgogne Constructions, la charge du président de la CAPEB 71 contre Muriel Pénicaud dans une lettre ouverte.