mardi 23 octobre 2018

Les propos indignes d’un président de la République française tenus par Emmanuel Macron depuis Athènes révèlent une nouvelle fois tout le mépris que lui inspire la moindre opposition qu’elle vienne des médias, de l’Assemblée, des syndicats ou de la rue.

Alors que les ordonnances sur la loi travail seront présentées le 22 septembre en conseil des ministres, voilà le président et sa bande qui tapissent le front social d’annonces incendiaires : le chantier des retraites est rouvert pour instituer des pensions flottantes, donc sans garantie pour le bénéficiaire ; la baisse de 5€ des Aides personnalisées au logement (APL) n’était qu’un avant-goût avant celle à venir de 50€ des APL des locataires de HLM ; la transcription de l’état d’urgence dans le droit commun va placer les 2/3 de la population du pays à la merci de contrôles d’identité hors l’autorisation d’un juge ; les 16 millions de Français•es qui possèdent un Plan d'Epargne Logement (PEL) vont se faire faire les poches ; les retraités vont subir de plein fouet et sans compensation l’augmentation de la Contribution sociale généralisée (CSG)…

La stratégie du pouvoir est claire : profiter du coup de force des ordonnances de la loi travail comme d’un bélier pour faire feu de tout bois dès le début du mandat et casser les reins de ceux qui oseraient résister. Cette stratégie du coup d’état social a été éprouvée en leur temps par Ronald Reagan ou Margaret Thatcher. Mais aussi en France par Alain Juppé en 1995 ou Nicolas Sarkozy en 2007. Avec des destins radicalement inverses.

Le président Macron parle de refondation démocratique pour l’Europe. Il serait donc raisonnable de commencer par en faire vivre les principes en France. Il n:y a pas de majorité dans le pays pour poursuivre la destruction du code du travail. Les manifestations des jours à venir sont une expression démocratique de notre opposition frontale à la politique du président. Nous appelons toutes les citoyennes et tous les citoyens du Mâconnais-Clunisois à participer à la deuxième manifestation syndicale du 21 septembre prochains, ainsi qu’à la marche citoyenne contre le coup d’état social du 23 septembre à Paris. Il reste quelques places disponibles pour un car Mâcon-Paris via Chalon/Saône (téléphoner à Michelle Chambon 06 85 82 01 80) et aussi .au départ de l'Ain.

Afin de permettre la participation la plus large possible, nous vous proposons de faire vivre la solidarité entre nous. Nous lançons donc un appel aux dons. Celui-ci doit permettre de faciliter la montée à Paris de toutes celles et ceux qui veulent participer et n'ont pas les moyens de le faire. Votre contribution permettra de financer les déplacements depuis toute la France ou aussi demander une prise en charge du billet de bus valable pour ceux qui se sont inscrits via le site de la FI.

La France Insoumise du Mâconnais-Clunisois

Pour nous contacter : comite71jlm2017@laposte.net

POLITIQUE : Huit Français sur 10 prêts à se battre pour l'Europe... Les Marcheurs avec eux

En_Marche_Europe.jpg
Les citoyens désirant faire acte de candidature pour les élections européennes ont jusqu'au 15 novembre.

POLITIQUE : Une rentrée avec une ministre pour les Marcheurs de Saône-et-Loire, pour booster la foi

DIRX VIDAL LAREM71.jpg
Invitée à Tournus par LaREM à l’occasion de la rentrée départementale du parti, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, est venue transmettre son enthousiasme.

RENTREE POLITIQUE DE LaREM 71 - Francois Patriat : « France is back !… et on fait ce qu’on a dit ! »

LAREM71 PATRIAT5 - 1.jpg
L’ex-président de la Région Bourgogne, aujourd’hui président du groupe LaREM au Sénat et des députés LaREM de Saône-et-Loire, a conclu la matinée de travail et d’échanges avec les Marcheurs de Saône-et-Loire réunis à Tournus. Extraits de son intervention.

DEMISSION DE NICOLAS HULOT – Benjamin Dirx : « Il se trompe sur son bilan »

BENJAMIN DIRX HULOT.jpg
Le député de la 1ere circonscription a réagit pour macon-infos à la suite de la démission du ministre de la Transition écologique.

DÉMISSION DE NICOLAS HULOT : "Nous ne voulons plus nous mentir" réagissent les écologistes d'EELV BFC

A lire aussi, les réactions de la CAPEN 71 et des Jeunes Avec Macron.