BENJAMIN DIRX LEGISLATIVES MACON - 6.jpg

Derniers instants de campagne pour les finalistes à l'élection législative. macon-infos s'est livré à une petite interview express avant la toute fin de campagne.

Comment se passe un second tour quand on dispute sa 1ere élection après un raz de marée pareil ?

Nous avons poursuivi avec sérénité notre campagne de terrain, jusqu’au bout. Nous avons continué à rencontrer les élus, les acteurs économiques et sociaux, les habitants. Et nous travaillons sur le fond, par exemple avec des médecins, des infirmières et des aides soignantes en matière médicale pour faire face aux enjeux liés à la cardiologie interventionnelle.

 

Arriver 1er sur la ville de Mâcon et la circonscription, cela a une signification pour vous ?

C’est la première circonscription dans son ensemble qui me mobilise. A travers ce vote du premier tour nous constatons partout un désir de renouvellement, une confiance confirmée à l’égard d’Emmanuel Macron, une adhésion à notre campagne de terrain attentive, pugnace et ouverte.

 

Que répondez-vous à la critique sur le risque de la monochromie à l'assemblée et au fait d'être débutant en politique ?

Ce sont les Français qui souhaitent une majorité présidentielle cohérente, forte et utile. La diversité politique existera toujours dans notre pays.

Avec mon expérience professionnelle de chef d’entreprise, avec mes capacités d’écoute et de rassemblement, je m’engagerai avec d’autres à travailler demain comme hier au service d’une vision et d’une action d’intérêt général pour l’avenir. Je prendrai tous les dossiers les plus importants du territoire à bras le corps.

 

Quels sont les dossiers prioritaires pour vous ?

En ce moment les priorités, sans exclure d’autres suivis, sont les soutiens à l’emploi, la défense de nos centres de décisions administratives et judiciaires, le maintien de la cardiologie interventionnelle, les engagements de l’Etat pour la RCEA, la défense de l’agriculture et de la viticulture, notamment par l’aide à la recherche sur la vigne.   

 

Un mot sur votre adversaire

Je n’ai à juger personne, je ne veux pas entrer dans un jeu stéril de polémique politicienne. Notre problématique est la défense du territoire et de ses habitants avant tout. Nous avons défendu nos idées avec tolérance et bienveillance durant toute cette campagne. Nous devrons travailler ensemble, comme je l’ai toujours fait en acteur fédérateur, pour défendre des projets de territoire. 

Je serai un député qui travaillera avec tous dans l’intérêt général.