mardi 19 juin 2018
  • BANQUE_POP_MACON_ENOVAGENCE_JUIN2.jpg
  • CUO_MACON_AFFICHE_2018.jpg
  • SEQUANE_SENIOR_MACON_JUIN.jpg
  • INAUG AGRIEZMANN MACON.jpg

 

Communiqué de presse

 

Pas de ministre du logement : « tant pis pour les familles qui galèrent » ?


Le Premier Ministre vient d’annoncer la composition du nouveau gouvernement qui ne comprend pas de ministère du logement. La CNL s’inquiète de cette absence pour le quotidien des familles.


Il n’y aura donc pas de ministre du logement dans le gouvernement composé par Edouard Philippe. Les 150 000 personnes privées de toit, les 4 millions de mal-logés et les 15 millions de français fragilisés par la crise ne seraient donc plus une réalité et même une urgence ? Et les problèmes de logement tous réglés ? Evidemment non !

Cette décision semble clairement dire « tant pis pour les familles qui galèrent» comme le résume le président de la CNL, Eddie Jacquemart, réagissant à cette annonce.

L’incompréhension et l’inquiétude règnent à la Confédération Nationale du Logement qui a pourtant interpellé les acteurs politiques tout au long de la campagne présidentielle. Déjà en mars elle avait dénoncé l’absence de la thématique du logement lors du débat télévisé de TF1 et le silence de tous les candidats sur le sujet. Puis, lors de l’investiture du nouveau Président de la République, la CNL a publié une lettre ouverte attirant son attention sur la
problématique du logement en France et demandant un moratoire sur toutes les hausses de loyer ainsi qu’une revalorisation des aides au logement.

Si les interpellations de la CNL sont jusqu’ici resté sans réponse, celle apportée aujourd’hui par le gouvernement est plus qu’inquiétante et semble reléguer le logement au second plan.

La CNL appelle les habitants à s’organiser pour faire entendre leur voix.

 

MÂCON : « La Fête à Macron » en chansons

FETE A MACRON (18).jpg
150 à 200 personnes se sont retrouvées place Saint-Pierre samedi après-midi pour manifester contre la politique d'Emmanuel Macron, « Président des riches » depuis un an. Retour en images et en chansons.

POLITIQUE LOCALE : L'ancien Premier adjoint de la Ville de Mâcon aimerait un débat sur la fusion de Mâcon et Charnay

Bernard Chevallier a envoyé une lettre au maire de Charnay en début de mois pour demander l'ouverture du débat. macon-infos vous en propose la lecture.